Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les femmes s'en mêlent 2005
Help she can't swim - Jomi Massage - The Rogers Sisters - 50 Foot Wave  (Paris (La Maroquinerie))  26 avril 2005

Pour cette huitième édition d'un festival qui commence à devenir incontournable, Les Femmes s'en mêlent ont mis le paquet.

Tout d'abord parce que ce festival ne se contente pas d'une seule ville mais tourne un peu partout en France, mais aussi parce que l'affiche y est de qualité, comme ce fût le cas pour cette soirée à la Maroquinerie avec 4 groupes allant de la découverte totale à des stars que l'on ne présente plus !

Tout commence, devant un public un peu clairsemé, par les prometteurs et surtout très à la mode Help she can't swim, groupe de jeunes ados encore en pleine puberté qui délivre un rock énervé punkisant mais gentillet.

La jeune fille pousse des cris de goret qui font parfois penser à Blonde Redhead tandis que le guitariste gigotte dans tous les sens (et accessoirement s'essaie aussi à l'usage de ses cordes vocales en pleine mutations).

Vêtues d'une petite jupette à carreaux et d'un t-shirt pour le moins amusant ("please take your dick out of my mouth" peut-on y lire), la chanteuse agite ses couettes dans tous les sens et le résultat bien que plutôt désordonné, donne un rock brut assez joyeux …

Malgré tout avec un peu plus de maturité, ce groupe pourrait bien faire parler de lui rapidement.

Petite pause et c'est la blonde pulpeuse de Jomi Massage qui arrive sur scène … pour brancher son matériel…

Entre rock énervé et morceau plus calme au piano, la riot girl en dentelle noir de Jomi Massage fait mouche.

Le trio guitare basse batterie est fort efficace et sans faire dans le gros rock brut comme le groupe précédent, le groupe chauffe le public nettement plus nombreux que tout a l'heure.

Drôle de contraste entre cette blonde toute de noire vêtue et cette musique débridée (si quelqu'un du public a réussi à voir les lettres qu'elle a dessiné au sol avec son micro, je suis preneur de l'information).

Assurément une découverte et une bonne surprise dont on espère recroiser le chemin.

Pas de pause, tout le monde démonte et remonte le matériel, y compris les membres des Rogers Sisters.

Les Rodgers Sisters ce sont Miuki Furtado et son faux aire de Jack White, Laura Rogers à la batterie et son petit short noir, et la belle Jennifer Rogers également court vêtue (décidément les festivals de groupes de filles ça a du bon).

Avec les Rogers Sisters on retrouve tout ce qu'on aimait chez Veruca Salt ou That dog ou encore Throwing Muses.

Du rock brut, des mélodies simples mais qui tapent en plein dans le mille. Une batterie qui cogne et un son de basse entêtant. Le tout au service d'une voix certes un peu nasillarde mais très efficace dans l'exercice.

C'est immédiat, rentre dedans et en plus elle chante en français sur "Fantasies are nice". Quoi demander de plus pour conquérir un public qui en redemande "tous les soirs".

La suite dela soirée est plus surréaliste. Alors que l'on s'attend à une salle archi pleine pour le dernier groupe, les 50 Foot Wave, la salle au contraire se vide, il commence il est vrai à se faire tard…

Pourtant ce n'est rien de moins que Kristin Hersh que l'on attend sur scène avec son nouveau groupe. Il semble que la mémoire des gens est bien courte décidément et que la plupart du public présent ne se rend pas compte qu'il a rendez vous avec un mythe, la chanteuse des Throwing Muses !

Croisée un peu plus tôt en compagnie de sa petite famille (enfants et mari), la voici qui arrive sur scène cheveux courts et sourire ravageur. Ses grands yeux sont toujours aussi fascinants et ses tongues à paillettes ne l'empêchent pas de martyriser les pédales de sa guitare.

Une toute petite heure de bonheur face au rock incroyablement énergique de cette petite bonne femme accompagnée d'un batteur et d'un bassiste (qui d'ailleurs officiait déjà avec les Throwing Muses).

Tout sourire, elle fait preuve d'une pêche incroyable et on a peine à croire qu'une telle voix puisse sortir d'une aussi petite personne au sourire de fée.

Les quelques personnes présentes auront sans doute du mal à se remettre de cette claque, trop courte, une sorte de mirage, voire de miracle…

Kristin revient quand tu veux en attendant il ne nous reste qu'à nous passer son œuvre complète en boucle …

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Help she can't swim en concert au Normandy (29 avril 2005)
La chronique de l'album Three fingers de The Rogers Sisters
La chronique de l'album Golden ocean de 50 Foot Wave

Crédits Photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=