Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ludéal
Pluton  (Telquel / Sony)  février 2016

Pluton fut pendant longtemps la neuvième planète du système solaire jusqu’à ce funeste jour qui est resté dans toute les mémoires, du 24 août 2006, un jeudi, où elle fut requalifiée de "Planète Naine" et où elle fut ajoutée à la liste des objets mineurs du système solaire. Sans doute ému, touché, comme nous l’avons tous été par cette injustice, Ludéal a décidé de baptiser son quatrième album Pluton, et quoi de mieux qu’un disque majeur pour rendre hommage à un objet mineur ? Je ne sais pas.

Oui, Ludéal vient de signer un disque majeur, et pourtant il ne fait pas la couv’ d’hebdos trentenaires, il n’est pas en haute rotation sur les radios qui se targuent d’avoir de l’esprit et c’est bien dommage. Pourquoi ce disque est majeur ? Ça, je sais.

Quand les français essaient de faire de la pop ambitieuse, en chantant dans la langue de Molière (alerte cliché — mais c’est pour éviter une répétition donc j’ai le droit) souvent ça donne un résultat boursouflé, grandiloquent avec des cordes de partout enregistré en Roumanie parce que c’est moins cher et surtout pas de chant parce que le maître étalon c’est Gainsbourg, donc c’est calambours et talk-over à tous les étages, je ne donne pas les noms.

Ici c’est tout le contraire, dès le "Bel être" qui ouvre l’album on se croirait plus chez Timber Timbre ou chez les Tindersticks que chez les mangeurs de grenouilles. Il faut dire que la voix de Vincent aka Ludéal à ce timbre si particulier qui retient l’attention, une voix grave et qui en impose, il en use sans en abuser, c’est-à-dire sans baser tous les morceaux dessus, comme trop chanteur à grosse voix le font, font, font. Sa voix il la met au service de textes poétiques parfois elliptiques, assez bashungiens, il faut l’avouer : "Mes molles odyssées dans l’océan cortex, m’ont toujours transporté, en délicatesse…", influence qui se retrouve aussi de temps à autre dans sa façon de chanter, mais ce serait terriblement injuste de le considérer comme un simple ersatz car Ludéal est capable de jouer tout seul comme un grand avec le français et ses sonorités sans tomber dans le jeu de mot ou dans la poésie adolescente, il sait écrire des textes qui restent en tête et qui marquent comme sur "Là où tu restes" par exemple.

Ludéal signe une pop riche et extrêmement mélodique, osant mélanger les moments planants et les moments plus groovy comme sur "Absolus Amateurs", "A toi Adieu" ou le funky "Aussi Torride". Jamais avare d’idées, que ce soit des chœurs féminins en sirène hypnotique, des finales en trompette. Capable sur "Dans ma ville" de construire tout un univers sur un thème de piano qui va au fur et à mesure évoluer, s’élever comme la construction d’une ville justement, prenant de la hauteur, pour mieux finir là où il avait commencé. Bref, des arrangements riches mais jamais indigestes, s’il fallait choisir un astre pour décrire la musique de Ludéal, ce ne serait pas une planète naine assurément, mais bien le soleil tant ce disque est lumineux.

Les derniers mots de ce Pluton, sur le magnifique "Rai de lumière", sont "Je crois que j’ai tout dit", franchement on ne l’espère pas…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Allez l'Amour de Ludéal
La chronique de l'album Paon d’or de Ludéal
Ludéal en concert au Festival Les Inrocks 2006
Ludéal en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007

En savoir plus :
Le site officiel de Ludéal
Le Soundcloud de Ludéal
Le Facebook de Ludéal


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=