Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ludéal
Pluton  (Telquel / Sony)  février 2016

Pluton fut pendant longtemps la neuvième planète du système solaire jusqu’à ce funeste jour qui est resté dans toute les mémoires, du 24 août 2006, un jeudi, où elle fut requalifiée de "Planète Naine" et où elle fut ajoutée à la liste des objets mineurs du système solaire. Sans doute ému, touché, comme nous l’avons tous été par cette injustice, Ludéal a décidé de baptiser son quatrième album Pluton, et quoi de mieux qu’un disque majeur pour rendre hommage à un objet mineur ? Je ne sais pas.

Oui, Ludéal vient de signer un disque majeur, et pourtant il ne fait pas la couv’ d’hebdos trentenaires, il n’est pas en haute rotation sur les radios qui se targuent d’avoir de l’esprit et c’est bien dommage. Pourquoi ce disque est majeur ? Ça, je sais.

Quand les français essaient de faire de la pop ambitieuse, en chantant dans la langue de Molière (alerte cliché — mais c’est pour éviter une répétition donc j’ai le droit) souvent ça donne un résultat boursouflé, grandiloquent avec des cordes de partout enregistré en Roumanie parce que c’est moins cher et surtout pas de chant parce que le maître étalon c’est Gainsbourg, donc c’est calambours et talk-over à tous les étages, je ne donne pas les noms.

Ici c’est tout le contraire, dès le "Bel être" qui ouvre l’album on se croirait plus chez Timber Timbre ou chez les Tindersticks que chez les mangeurs de grenouilles. Il faut dire que la voix de Vincent aka Ludéal à ce timbre si particulier qui retient l’attention, une voix grave et qui en impose, il en use sans en abuser, c’est-à-dire sans baser tous les morceaux dessus, comme trop chanteur à grosse voix le font, font, font. Sa voix il la met au service de textes poétiques parfois elliptiques, assez bashungiens, il faut l’avouer : "Mes molles odyssées dans l’océan cortex, m’ont toujours transporté, en délicatesse…", influence qui se retrouve aussi de temps à autre dans sa façon de chanter, mais ce serait terriblement injuste de le considérer comme un simple ersatz car Ludéal est capable de jouer tout seul comme un grand avec le français et ses sonorités sans tomber dans le jeu de mot ou dans la poésie adolescente, il sait écrire des textes qui restent en tête et qui marquent comme sur "Là où tu restes" par exemple.

Ludéal signe une pop riche et extrêmement mélodique, osant mélanger les moments planants et les moments plus groovy comme sur "Absolus Amateurs", "A toi Adieu" ou le funky "Aussi Torride". Jamais avare d’idées, que ce soit des chœurs féminins en sirène hypnotique, des finales en trompette. Capable sur "Dans ma ville" de construire tout un univers sur un thème de piano qui va au fur et à mesure évoluer, s’élever comme la construction d’une ville justement, prenant de la hauteur, pour mieux finir là où il avait commencé. Bref, des arrangements riches mais jamais indigestes, s’il fallait choisir un astre pour décrire la musique de Ludéal, ce ne serait pas une planète naine assurément, mais bien le soleil tant ce disque est lumineux.

Les derniers mots de ce Pluton, sur le magnifique "Rai de lumière", sont "Je crois que j’ai tout dit", franchement on ne l’espère pas…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Allez l'Amour de Ludéal
La chronique de l'album Paon d’or de Ludéal
Ludéal en concert au Festival Les Inrocks 2006
Ludéal en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007

En savoir plus :
Le site officiel de Ludéal
Le Soundcloud de Ludéal
Le Facebook de Ludéal


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=