Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Clarika
De quoi faire battre mon cœur  (At(H)Ome)  février 2016

Ma première rencontre avec une femme poète sexy et romantique, c’était en suivant la mélodie de "Moi en mieux C’est d’être grande avec des cheveux Qui descendent là le long du creux, Et retombent tout en bas du dos En cascade et ça fait beau C’est danser comme Shakira Sur des textes de Barbara". C’était Clarika, une petite brune à la voix douce qui chantait les mots et les coups de cœur des femmes et de la société.

Elle est aussi la fraîcheur éternelle d’une jeune femme rêvant d’être un porte-savon pour observer les garçons dans les vestiaires. Clarika n’est donc ni une débutante et il se peut qu’elle n’ait pas besoin de mes mots pour toucher du monde. Peu importe, partageons ensemble ce nouveau bijou, De quoi faire battre mon cœur. Le septième. Ah oui quand même.

La belle chante d’abord son histoire, sa séparation, son deuil de 25 années de partage intime et musical avec Jean-Jacques Nyssen, et à travers elle, nos séparations à tous, nos adieux, nos au-revoir et nos déceptions. Et la prouesse est de faire malgré tout un album léger et discret, qui arrive sur la pointe des pas et nous souffle de belles paroles à l’oreille.

Amateurs de poésie, approchez, les autres, écoutez, parce que la musique de Clarika est avant tout des jolis mots chantonnés et souriants, murmurés et bienveillants. De quoi faire battre mon cœur est une plume oscillant au gré des humeurs de la vie, entre cordes tendues chatouillées et cordes frappées.

Entre deux époques et n’appartenant à aucune, la musique de Clarika est la bande son de la vie, de ma vie, de vos vies. Du quotidien, des petites joies et des grandes humeurs, la basse et les accents électroniques résonnent comme un grand bouillon de petites peines et de clins d’œil complices.

"Le choix de l’être ou de l’avoir Le choix du "merci pas ce soir" Le choix de faire passer l’enfant Le choix de vivre avec ou sans, Le choix de parler aux étoiles et pas à son voisin d'palier, Le choix de mettre un jour les voiles Sans se retourner" ("Le choix").

Alexis HK répond à Clarika s’interrogeant sur la foule de banalités de quotidiens parallèles, faisant un peu relativiser nos absences : "dire qu’à cette heure il y a forcément un mec qui pleure en cardigan, une fille qui enfile un collant, un camionneur qui prend la route, un soleil qui se lève, un enfant que la lune inonde" ("Dire qu’à cette heure")… histoire de prendre un peu de recul face aux petits trucs qui font du bien et qui ne font pas de mal.

La Maison Tellier est invitée sur "La cible", pour raconter l’histoire d’un lanceur de couteau (amant de la femme sur la cible) : "Il ne faut pas que ses mains tremblent… petite poupée de chair… lui relève la tête"… Mais n’est-ce pas là l’essence de la relation interpersonnelle ? Et d’autant plus la relation amoureuse ? Aimer avec la confiance aveugle d’une poupée pour lanceur de couteau, prendre le risque d’avoir le cœur transpercé.

Clarika affirme que tous ses albums sont personnels, certes, mais elle seule sait former ces mots que nous avons sur le bout de la langue, les enrober de jolies tournures et de poésie appliquée, ronde et légère, bienveillante et intime.

De quoi faire battre mon cœur aborde avec légèreté et indulgence maternelle la gravité de nos douleurs singulières, nos cœurs arrachés et nos adieux à jamais. Doux-amer et terriblement sincère. Juste, droit au cœur. Direct.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moi en mieux de Clarika
La chronique de l'album La tournure des choses de Clarika
La chronique de l'album De quoi faire battre mon coeur de Clarika
La chronique de l'album A la lisière de Clarika

En savoir plus :
Le site officiel de Clarika
Le Soundcloud de Clarika
Le Facebook de Clarika


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=