Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dorothy Parker
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  février 2016

Monologue écrit par Jean-Luc Seigle et interprété par Natalia Dontcheva dans une mise en scène de Arnaud Sélignac.

Tiercé gagnant avec, à l'écriture, Jean-Luc Seigle, à la mise en scène Arnaud Sélignac, en sus baptême du feu théâtral réussi pour les deux, au jeu, Natalia Dontcheva et carton plein pour ce très réussi spectacle consacré à Dorothy Parker, figure du milieu intellectuel newyorkais des années folles.

Critique, chroniqueuse dans des magazines influents, scénariste pour la MGM et nouvelliste, elle était dotée d'une plume vitriolée et pratiquait cet humour féroce des gens d'esprit qui ont le sens de la formule et ne peuvent résister à l'envie de faire un bon mot. Mais elle sait également être sa propre cible au gré d'un sens aiguisé de l'autodérision, politesse du désespoir et du désenchantement, telle son épitaphe "Excusez-moi pour la poussière".

Une poussière dorée de jeune fille de bonne famille qui a fini solitaire dans une quasi-misère, recluse dans la chambre d'hôtel qui constituait son seul port d'attache puis dans une urne funéraire longtemps oubliée dans un placard.

Entre deux mariages, deux soirées mondaines, un éthylisme consacré et un penchant suicidaire, les années ont défilé très vite. Au début des années 1950, son temps est passé et le déclin est déjà irréversible pour celle qui fut consacrée "femme la plus spirituelle d'Amérique".

A l'heure de la cinquantaine et du regard rétrospectif, moment choisi par le romancier et scénariste Jean-Luc Seigle pour situer sa partition, le bilan se solde par un sentiment d'échec total, tant sentimental, affectif et surtout professionnel en raison d'une perpétuelle gestation d'un roman qui ne verra jamais le jour.

Jean-Luc Seigle a élaboré une épatante partition monologale tant la qualité de l'écriture que par sa sagacité formelle avec une judicieuse structure en tableaux et une hybridation cohérentes de soliloques et de conversations imaginaires avec un personnage hors champ qui permettent de cerner toutes les facettes d'une personnalité singulier.

De plus, et cerise sur le gâteau, allant au-delà des failles psychologiques de l'intéressée et des fulgurances de l'observatrice de la foire aux vanités et des microcosmes des "happy few", elle ressort également au biopic théâtral en évoquant le militantisme d'une femme attachée au rêve américain, celui qui fait de l'Amérique la terre de tous les possibles et une opposante virulente à l'American way of life héritée du puritanisme des pionniers, et son implication active dans les grandes luttes politiques de son temps.

A l'instar du décor de David Belugou qui reconstitue de manière sobre et élégante un coin-salon classieux tout comme il a confectionné les élégants costumes portés par l'interprète, le spectacle, sans aucune fausse note et totalement abouti, est tiré à quatre épingles.

Au cordeau, fluide et dépourvue d'effets, la première mise en scène sous les feux de la rampe du réalisateur Arnaud Sélignac n'appelle aucune réserve.

Enfin, au jeu, avec une technique maîtrisée, Natalia Dontcheva est éblouissante dans une belle incarnation du personnage sans cependant verser dans le rôle de composition à Oscar pour ressembler à la Dorothy Parker guère jolie et alors décatie. Sans surjeu ni numéro d'acteur, auxquels pourraient prêter l'éloquence brillante et la verve ironique du texte, elle capte et captive l'auditoire.

Selon une expression populaire, n'en jetez plus la cour est pleine. Et donc à apprécier par soi-même.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=