Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Gens d'Oz
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2016

Comédie dramatique de Yana Borissova, mise en scène de Galin Stoev, avec Edwige Baily, Yoann Blanc, Bérangère Bonvoisin, Vincent Minne et Tristan Schotte.

L'espace indéterminé conçu par Alban Ho Van, qui pourrait être une terrasse de toit de building, constitue le centre de gravité, le refuge et le camp de retranchement, de quatre personnages d'oisifs urbains aux relations aussi incertaines qu'ambigües.

Anna une romancière célèbre en stand-by d'inspiration (Bérengère Bonvoisin), Truman, son colocataire-squatter musicien devenu son homme de compagnie (Yoann Blanc), Erwin, un jeune homme amoureux (Tristan Schotte) et son ami Sart (Vincent Minne) dont l'aisance financière de rentier les dispensent de toute préoccupation prosaïque, y trouvent une apparente quiétude.

L'arrivée d'une jeune femme solaire et ambitieuse, Mia (Edwige Baily) dont est amoureux Erwin et qui se trouve être l'assistance de l'éditeur de Anna, bouleverse l'ordre des choses dans ce cocon de reclus désenchantés en panne d'affects. Va-t-elle faire imploser leur modus vivendi ou reconfigurer le quartet ?

"Les Gens d'Oz" de la dramaturge bulgare Yana Borissova constitue une pièce cinétique dont la résonance référentielle, nonobstant son titre qui induit une résonance avec le pays imaginaire du film "Le Magicien d’Oz", est celle de la Nouvelle Vague tant en la forme qu'au fond, et notamment, par sa fausse apparence d'absence d'action et la dialectique entre le désir et l'indifférence du (et au) monde, le cinéma de Eric Rohmer, lui-même entre théâtre et cinéma.

En effet, si tout commence sur le ton du dialogue quotidien, les conversations s'imprègnent vite de bribes intimistes avant de dériver vers la distanciation, l'intellectualisme verbeux et le bavardage sentencieux sur le désenchantement, la confusion des sentiments, le sentiment amoureux, le rapport au monde et au principe de réalité.

Par ailleurs, la partition mosaïcienne ne concourt pas à un assemblage explicite dans la mesure où les échanges situationnels sont ouverts car intentionnellement laissés pour partie à l'entendement du spectateur ainsi que l'indique le sous-titre du texte publié ("Plusieurs entretiens dont on peut modifier la suite suivant le goût, le désir ou l’humeur du lecteur").

La mise en scène fluide de Galin Stoev convient parfaitement à ce registre d'écriture, la distribution est judicieuse et l'interprétation homogène s'avère idéale.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=