Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Animal Collective
Painting With  (Domino Recording)  février 2016

Animal Collective. Un nom qui ne laisse personne indifférent et qui provoque, au choix, ricanements, quolibets ou / et analyses musicologiques aussi fines qu'une conversation de soirée au bistrot après l’ingestion de trois ou quatre triples Westmalle, ou louanges.

Votre obligée a donc dû ronger son frein devant la lecture ces derniers jours des : "c'est affreux" (horrible, ignoble, moche… ou tout autre synonyme), "on dirait qu'on a ouvert deux fenêtres YouTube en même temps", "j'ai passé l'âge pour ce genre de truc psyché à la con", "c'est vraiment du foutage de gueule", etc. qui ont inondé la toile. Car il faut l'avouer, elle a une immense tendresse pour ce groupe. Et, incroyable, on ira même jusqu'à comparer le groupe à feu le regretté homme orchestre Rémy Bricka, vous conviendrez de l'absurdité d'une telle affirmation.

Absurdité…. Et si finalement ce mot résumait à lui seul la musique d’Animal Collective ? Une musique absurde car ne ressemblant probablement à rien (de connu) certes, mais séduisante car assumée et parfaitement délirante.

Painting With est le dixième album du groupe de Avey Tare et Noah Lennox. Enregistré au studio EastWest, où les Beach Boys ont enregistré Pet Sounds, on retrouve la participation de quelques invités de marque (John Cale, Colin Stetson). Painting with est une oeuvre séduisante même si elle n'atteint pas la perfection et l’évidente accessibilité de Merriweather Post Pavilion.

Certains marqueurs propres au groupe sont toujours présents comme les harmonies vocales, les synthés, et la rythmique entêtante et foisonnante, mais les compositions ont volontairement été raccourcies et plus concises. Ce que l'on peut percevoir comme du collage foutraque se révèle être un concentré de créativité dadaïste, réjouissante et psychédélique. L'écriture est plus resserrée donc, en faveur de morceaux plus percutants et frénétiques. Et c'est probablement ce qui est merveilleux (ou repoussant pour certains) : cette frénésie qui peut parfois mener à l’indigestion car point de temps mort dans cette pop tarée.

C'est repu du bonheur apporté par ce déluge sonore que l'on sort de l'écoute de cet album. Un conseil bienveillant de ma part : laissez vos a priori au placard et tentez l'expérience. En revanche, si vous présentez des antécédents d'épilepsie, passez votre chemin.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Feels de Animal Collective
La chronique de l'album Strawberry jam de Animal Collective
Animal Collective parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Merriweather post pavilion de Animal Collective
La chronique de l'album Summertime Clothes de Animal Collective
Animal Collective en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Animal Collective en concert à La Maroquinerie (17 et 18 juillet 2007)
Animal Collective en concert à Dix nuits avec (septembre 2009)
Animal Collective en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Animal Collective en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - vendredi 2 novembre
L'interview de Animal Collective (septembre 2005)
L'interview de Animal Collective (21 juillet 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Animal Collective
Le Soundcloud de Animal Collective
Le Facebook de Animal Collective


Rita Zarai         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=