Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Louis XI le méconnu
Gonzague Saint Bris  (Editions Albin Michel)  novembre 2015

L’essentiel des contenus que nos petiots doivent ingérer (et nous avant eux) est décidé par une assemblée d’intellectuels plus ou moins investis dans le devoir de mémoire qu’implique la responsabilité de l’enseignement de l’histoire de France… Et oui, Najat et ses prédécesseurs se soucient bien plus d’images et de statistiques sur l’école urbaine que du réel contenu des bulletins officiels. Libre à chacun d’en préciser les points les plus sombres. Mais comment faire quand le passé est si riche de détails et de petites gouttes ? Je n’ai pas de réponse objective à cette question.

Par contre, vous avez le choix de compléter ce que vous savez par ce que vous ne savez pas encore en lisant le roman de Gonzague Saint Bris : Louis XI le méconnu. Il est précisé que l’auteur a grandi au château du Clos-Lucé d’Amboise (une charmante maison over bourgeoise remplie de courant d’air et de tentures médiévales, et un jardin… Quel jardin !). L’anecdote ne relève pas son pourcentage de sang bleu… Sacrebleu !

Il est clair que de grandir entre de tels murs laisse présager une phobie du lavage des vitres (non mais franchement, vous avez vu le nombre ?) ou une passion dévorante pour les précédents locataires de ladite masure. C’est cette seconde option qui semble avoir emparé ce cher Gonzague, bien lui en a pris. Après une vingtaine de biographies de rois de France et de personnages illustres, il se penche sur le destin méconnu de Louis XI, celui que l’Education Nationale nous propose d’éluder pour s’attarder sur un autre Louis, plus chevelu, plus manipulateur aussi…

Il est vrai que Louis XI a un profil de rapace pingre et franchement pas sexy en culottes bouffantes et moule-genoux… On sait un peu moins que l’humeur paternelle n’était pas des plus bienveillantes à son encontre, ni qu’il fit preuve d’une habileté politique à en faire pâlir les missiles de Cuba. Maintenant que vous êtes sur la bonne voie, dites-moi, qui mit fin à la guerre de Cent Ans ? On connaît ses origines, mais qui donc y a mis fin ? Au bout de 100 ans quand même, il s’agit de ce Louis XI au physique ingrat et à la santé fragile.

Fragile ? Un migraineux comme il en court les rues de nos jours. Oui mais sans aspirine… Diantre. Il aurait lui aussi désapprouvé la garden party instaurée par le nerveux quatorzième. A l’époque où il ne fallait pas truquer de comptes de campagne pour se faire élire, Louis XI a su s’arroger le respect de son peuple, à l’instar d’un certain Jacques le Corrézien qui croque les fromages et serre les pinces des gardiens de la recette du saucisson de pays.

Le style du livre est parfois un peu rasoir, un peu comme de se promener dans un couloir long et monotone. L’avantage est qu’il laisse tout un tas de portes ouvertes de chaque côté, histoire de se raconter des histoires, de lier passé et présent, de comprendre, en sortant ce troublant personnage de la tombe où il est depuis trop longtemps au repos.

L’aventure est entre les lignes de chacune des pages du roman fort bien documenté et précis. Louis XI, le représentant d’un peuple, ni profiteur, ni cavaleur… Prince et pince… Réformateur et administrateur. Pas dans les lignes du Bulletin Officiel d’histoire de primaire, il aurait encore fait râler les médiocres qui se plaisent à niveler les savoirs vers les bas-fonds… Faut pas trop les faire travailler ces petits. Merci Gonzague, ils pourront toujours se rattraper (ceux qui savent lire).

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Alfred de Musset" du même auteur


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=