Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chet - Olivia Ruiz
Espace Kiron  (Paris)  26 avril 2005

Ce soir, premier des 3 concerts que Chet donne à l'Espace Kiron à l'occasion de la sortie de son 3 ème album Hymne. Un album plutôt grave même s'il n'est pas dénué de sensualité brute et de quelques traits d'humour. Curieux de voir ce que cela donnera en live, compte tenu, en outre, de la musique minimaliste et du chanté-parlé,en ces temps gris où les spectateurs raffolent du festif.

En invité, Olivia Ruiz, petite et menue, sur les frêles épaules de laquelle pèse l'épisode staracadémicien, entre en scène pour ce qu'elle appelle la première partie la plus courte qu'on ait jamais vue, soit quatre chansons écrites par Chet, accompagnée à la guitare acoustique par Jérôme Rebotier qui avait ouvert le bal avec un première première partie express avec un "Expresso" crooner chanté à la manière de Jay-Jay Johanson.

Tenue baggy kakie, gentiment assise sur son tabouret, elle propose des chansons néo-réalistes un peu surannées ("Le pont des amants", "Le vitrier", "Qui sommes-nous?" et "Les vieux amoureux") chantées d'une voix claire, répétées précise-t-elle "à l'arrache" quelques heures auparavant, incite le public à faire les chœurs avec la complicité de Chet qui "lalaïse" derrière le rideau avant de traverser la scène en grandes enjambées, faisant le pître.

A côté du piano sur lequel est posé une petite cage à oiseau miniature et lumineuse et derrière une guirlande électrique rouge, on installe une chaise coque blanche des années 70 et un petit guéridon sur lequel sont déposés une sorte de boule, un verre à pied et une bouteille de vin rouge. Anachronique. Rouge comme le pantalon de Chet, rouge comme le sang, rouge comme l'amour, rouge comme les chansons de son dernier album.

Avec le seul piano comme accompagnement, sur lequel officie David Hadjadj, auteur avec Jérôme Rebotier des musiques, présenté comme David Von Karahdjadj, le concert commence par le très beau "La vie s'écoule".

 

A peine la dernière note éteinte, Chet affirme ne pas vouloir nous saper le moral. Il allume la boule qui devient vert fluo et qui s'électrifie, s'étonne du fait que le public parisien condescende à chanter avec l'invitée. Il nous parle des ondes et de l'interactivité. Il parle beaucoup Chet.

"Ça groove non?" dit-il en dansant sur le facétieux et "Sacha". Il chante "Le coeur et le con" et "Le train du non retour". Mais il ne faut pas plomber la soirée.

Il nous montre une toupie multicolore, alterne les chansons graves "Mon père" et les chansons plus ironico-burlesques ("Avec ma petite"), fait le clown, demande au pianiste de jouer une musique égyptienne pour accompagner son 2 ème tour de magie, animer un serpent en caoutchouc, qui s'avère plutôt asiatique. Le public rit de bon coeur.

Il a sans doute aison Chet. La vie est comme ça ; on ne reste pas longtemps dans l'émotion. Vite une pirouette pour ne pas s'attendrir. Vite une petite blague pour rebondir en rires.

Il embraye sur des textes guillerets "Ciao" et le dieu à la queue de 3 mètres qui lui a fait l'amour et "Dolly" la poupée gonflable sur lequel il fait un numéro qui rend le public hilare : il "delermise" et demande au pianiste de faire les choeurs façon Benjamin Biolay.

 

 

Emotion ensuite avec "Rien appris" et le très beau "Interdit de m'interdire" écrit par Jean Roualt avant le final dans le noir complet pour "Baise-moi" qu'il présente comme "classé numéro un" des clubs libertins.

Les applaudissements sont nourris. En rappel Chet chantera "Hymne" avant de partir en vrille avec une parodie de rap, montrer son tatouage de Peter Tosh, un spectacle qui n'arrive pas à finir…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hymne de Chet
La chronique de l'album Le Bois du Génie de Chet
La chronique de l'album Built On Glass de Chet Faker
La chronique de l'album My Chet My Song de Riccardo Del Fra
La chronique de l'album Divers artistes de Autour de Chet
Chet en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Fil ( 15 mai 2009)
Olivia Ruiz en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Florent Marchet (2 décembre 2008)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=