Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mondial du Tatouage - Edition 2016
La Grande Halle de La Villette  (Paris)  Les 4, 5 et 6 mars 2015

Le mondial du tatouage édition 2016 a eu lieu le week-end dernier. Comme chaque année, cet énorme rassemblement a attiré plus de 300 artistes tatoueurs et plus de 30.000 visiteurs.

Commençons par les points négatifs. Il y a beaucoup de monde, énormément, trop… On se retrouve donc souvent bloqués dans des allées sans pouvoir avancer ni reculer, ni même voir le travail ou feuilleter le book des artistes autour de nous. On est juste bloqué et frustré contre pleins de gens tout aussi frustré que nous !

Peut-être faudrait-il trouver un lieu plus grand pour pouvoir faire des allées plus larges afin d’éviter ce problème, genre au Parc des Expositions de Porte de Versailles ou de Villepinte. Je suppose que c’est plus cher niveau organisation et qu’il faut rentabiliser la place, mais du point de vue du simple visiteur, j’ai été frustré de la mauvaise circulation de la foule. Au prix du billet d’entrée à la journée, ça fait chier de pas pouvoir tout voir comme il faut.

C’est un peu comme les festivals de rock. Il y a les gros festivals avec pleins de grosses têtes d’affiche de ouf, mais où il y a tellement de groupes que tu es obligé de faire une sélection car beaucoup de groupes jouent en même temps. Tu finis par préférer aller dans un festival plus petit et moins cher où tu pourras voir quasiment tous les groupes. Ici, c’est pareil, des conventions de tatouages, il y en a de plus en plus, si un effort n’est pas fait au Mondial du Tatouage, les gens préfèreront aller dans des salons avec moins d’artistes et moins de tatoueurs renommés mais là où ils ont une chance de se faire tatouer ou juste de voir le travail des artistes.

Autre petit point négatif, si la sécurité est importante, surtout après les événements tragiques de l’année dernière, il est important d’avoir des agents de sécurité compétents qui ne profitent pas de leurs pouvoirs et n’insultent pas les gens. Si la sécurité pour rentrer sur le site était nickel, je n’en dirais pas autant du personnel à l’intérieur. J’apprécie moyennement qu’un vigile insulte ma copine par e qu’elle lit les informations sur une affiche juste à côté de lui. Déjà que le salon est immense et un peu bordélique - il est difficile de s’y repérer - mais quand tu cherches les infos sur les affiches collées un peu partout et qu’à ce moment là, tu te fais envoyer chier par un vigile assez méprisant avec la faune des visiteurs, ça ne donne pas une fois de plus une bonne image du salon.

Dernier petit point négatif, il s’agit du site (internet) du salon. Il est très joli mais à un moment donné, quand on a autant d’artistes présents il faut repenser la présentation, car comme il y en a trop, on est noyé par la masse d’informations.

Ce qui fait qu’au salon, tu te retrouves avec des stars qui sont bookés sur les trois jours du festival à peine 1 heure après l’annonce de leurs venues et d’autres artistes qui ont des trous dans leurs plannings et pour qui le salon ne sera pas rentable. Il faut donc repenser la présentation… Je ne sais pas comment, peut-être par genre / style, histoire de pas te taper la fiche de présentation de 25 tatoueurs style asiatique si tu veux un lettrage à la mode chicanos…

Savoir qui fera des walk-in (tatouage effectué dans la journée sans rendez-vous), qui aura des flash à dispo (et même les montrer avant…) serait un gros plus. Bref que les tatoueurs et les visiteurs désirant se faire tatouer est une meilleure visibilité. Personellement, si j’avais su que certains tatoueurs seraient disponibles le jour de ma visite, je me serais laisser tenter et serai venu plus tôt… Mais je ne l’ai vu que lors de mon passage devant leurs stands en fin de journée avec plus assez de temps pour faire une belle pièce.

Bref, je râle et parle beaucoup des points négatifs mais j’aime bien ce salon. Déjà par ce que j’aime le tatouage, j’aime cet univers, j’aime entendre le son du dermographe. Cela donne envie de repasser sous l’aiguille de mon tatoueur. On voit pleins d’artistes géniaux et on en découvre d’autres. On peut voir des tatoueurs situés loin de Paris, voire loin de France.

J’ai été content de revoir Kim-Anh Nguyen travailler. Elle a un style très particulier entre néo-traditionnel et old school américain amélioré. Je ne me vois pas avec un tattoo dans ce genre, mais je trouve ça magnifique. Cette manière de dessiner les portraits, l’intensité du regard… le côté un peu kitsch / désuet qui rend bien. Les traits bien fat, les dégradés rouge vif pour les joues… Bref, c’est vraiment sublime.

Le stand de Thomas Boulard était aussi un passage obligé pour moi. Il a un style très fort qui se rapproche de la gravure, de l’illustration classique (classique dans le sens, comme on la faisait il y a 150 ans). Il y a des thèmes récurrents dans son travail comme les baleines et j’avoue que j’aime bien quand un motif revient souvent dans le travail d’un artiste. J’adore vraiment son trait, sa manière de gérer les contrastes et j’aimerais vraiment me faire piquer par lui. Surtout une bestiole… Mais le monsieur est très talentueux et donc très demandé.

Cette année, j’ai préféré essayer de voir un maximum de books d’artistes ou les voir en train de bosser plutôt que de regarder le concours des plus beaux tatouages sur la scène et retransmis sur grand écran. Ce n’est pas que ça ne m’intéressait pas, mais j’ai juste prêté une oreille ou un oeil de temps en temps entre deux stands.

Sinon j’ai trouvé que les artistes avaient beaucoup moins de prints et planches de flash à vendre que les années précédentes, ou alors c’est moi qui suis devenu plus difficile / chiant et je n'en ai pas trouvé qui me convenait.

Comme les années précédentes, je suis resté à admirer les artistes de Bornéo pratiquant le tatok, une méthode où le tatoueur travaille au sol en tapotant un bâton au bout duquel une aiguille est fixée, alors qu’une autre personne s’assure que la peau soit toujours bien tendue.

J’ai une fois de plus adoré voir des papys se faire encrer ou se balader torse nu complètement recouvert de carpe koi, preuve que le tatouage se démocratise et que ce n’est pas réservé aux hipsters. J’ai donc eu la vision de à quoi je ressemblerais dans 30 ans ! Il y avait aussi pas mal de parents qui se faisaient tatouer un bras accompagnés de leurs enfants qui s’occupaient de colorier les tatouages de l’autre bras. Tellement cool !

Il y avait tellement d’artistes que j’avoue ne pas avoir eu trop de temps de m’attarder sur les différentes expo photo ou guitares customs.

Le concert de cette année n'était pas trop ma came, du coup après 2 ou 3 chansons de groupe Orange Goblin, j’ai préféré faire un dernier tour des stands, saluer les artistes que je connaissais et rentrer chez moi complètement crevé par la foule et le bruit mais remonté à block et motivé pour me faire tatouer très bientôt.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Mondial du Tatouage
Le Facebook du Mondial du Tatouage

Crédits photos : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=