Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De pourpre et de soie
Mary Chamberlain  (Préludes Editions)  avril 2016

Mary Chamberlain sirote des infusions de feuilles à 17 heures, tout en grignotant des after eight au dentifrice. Elle est un sujet de sa majesté aux chapeaux et au poignet souple : la Queen Elizabeth d’Angleterre. Professeur d’Histoire et passionnée d’histoires, Mary Chamberlain choisit la grande guerre pour situer l’intrigue de ce magistral premier roman : De pourpre et de soie, titre original : The dessmaker of Dachau.

Tandis que la traduction évoque jupon et fanfreluches féminines, le titre original n’a pas besoin de qualificatifs pour être une horreur. Le simple fait de prononcer ce mot est un cauchemar à lui tout seul : Dachau. Et pour être tout à fait franche, si la traduction du titre n’avait pas penché Coco Chanel, j’aurai détourné les yeux à la vue du titre original. Cela m’aurait évité bien des cauchemars, mais m’aurait fait rater une plume merveilleuse et pudique, celle de Mary Chamberlain.

L’histoire commence à Londres, où la jeune Ada Vaughan ambitionne de mettre son talent inné pour la couture, les raglans, les drapés, les retombés, les encolures, à la fondation d’une maison de haute couture où elle pourrait dompter à loisir les matières délicates et les couleurs. Elle rencontre un charmant Stanislas Von Lieben, un gentleman des plus courtois comme on n’en fait plus. Jusqu’ici, tout va bien, la guerre n’est qu’un spectre invisible qui disparait à chaque éclat de rire.

Ben oui, mais non. La guerre est là, aux portes de l’Europe. Et quand le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l’Allemagne, Ada et son prince sont à Paris. Le romantisme de l’histoire tourne d’abord amer, puis vinaigre, puis horreur, puis cauchemar, puis enfer. Stanislas est un salaud et Ada se retrouve seule, complètement seule, démunie, accompagnée de ses chaussures élimées et de sa robe à la propreté douteuse. Dernier voile de dignité qui lui sera bientôt arraché.

La patte de Mary Chamberlain a le génie de nous transporter auprès d’Ada, de la comprendre au lieu de la condamner pour ses choix, parce qu’au fond, nous aurions probablement fait les mêmes. L’auteure écrit avec la décence que la situation a enlevé à Ada, nous suivons sa déchéance jusqu’au fin fond de la honte que notre humanité porte encore dans ses plaies : Dachau. Là où le mépris est le quotidien, l’humiliation nous fait sentir vivant, au milieu des excréments et de la mort, dans l‘enfer de la souffrance permanente, le froid, la faim et le dédain sont seules compagnes.

Mais le roman ne s’arrête pas là. Il y a l’après. La libération, les ricains avec leur accent frisé, des cigarettes et du chocolat. Ada retourne à Londres, parce qu’elle a survécu, parce que l’espoir reste quand la folie s’installe, quand la douleur est ancrée, quand le traumatisme est fixé. Et je m’incline devant la grâce de l’auteure, qui a un don tout particulier pour écrire l’espoir entre les lignes du cauchemar.

Mary Chamberlain souffle l’optimisme dans les cheveux de l’ombre d’Ada, nous donnant une belle leçon de vie. Ada se métamorphose dans les pages du roman, de petite poule naïve, elle est une héroïne brisée dans une société sexiste et meurtrie. Et encore, je ne vous raconte pas la fin, dramatique et cinglante de vérité. Une grande claque dans la tronche les amis, la belle grosse droite du marchand de fessées en plein dans le nez.

"Elle était grande et digne. Elle n’était pas une grue, une prostituée ordinaire. Elle était une femme dont la douleur l’avait vrillée et clouée à terre, qui avait hurlé à l’horizon et que personne n’avait entendue. Une femme qui avait survécu, en dépit de tout."

 

En savoir plus :
Le site officiel de Mary Chamberlain


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=