Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Low
Interview  (Printemps de Bourges 2005)  22 avril 2005

Un des événements de ce Printemps de Bourges est la présence de Low, un groupe culte, inventeur du mouvement slow-core.

Interview d'Alan Sparhawk, chanteur de Low, menée par Captain Bob de Radio Dio 89.5 à St-Etienne et en streaming sur www.radiodio.org

Low est un groupe américain, on va dire dans la catégorie "underground", pas très très connu en France, avec une musique très spéciale. C'est un groupe, qui, au niveau de la géographie, marque, parce que si on aime Bob Dylan, ils viennent de la même ville, Duluth, dans le Minnesota. Est-ce que ça, quelque part, ça aide pour aller dans la voie musicale ?

Alan Sparhawk : Je pense que oui... C'est en effet quelque chose d'appréciable d'avoir quelqu'un comme Bob Dylan venant de là parce que c'est un endroit très éloigné de toutes les grandes villes et s'il y a des choses très notables par rapport à Duluth, c'est qu'on peut y ressentir une véritable connexion avec la terre, avec les arbres, avec l'eau... C'est un endroit très froid, et très propice au fait de se retrouver tout seul avec soi-même, peut-être même parfois trop longtemps. Mais ce sont les choses qui caractérisent bien cet endroit.

Cet environnement de Duluth, dans le Minnesota, près de la frontière canadienne, moi ça me fait penser un peu à Twinpix, cet endroit qui vient de nulle part. Est-ce que ça, ça a été à la base de la création de la musique de Low ? Est-ce que c'est cette tranquillité, cette espèce d'espace fantomatique qui ont donné la naissance de Low ?

Alan Sparhawk : C'est difficile à dire parce que nous n'avons pas d'autres éléments de comparaison. Les hivers sont très longs et je comparerais plutôt au film "Fargo" des frères Coen. Quand vous voyez "Fargo", vous voyez à peu près l'ambiance dans laquelle on vit. Les gens qui sont dans le film ressemblent au genre de gens qu'on côtoie. Pour vous c'est peut-être drôle, mais nous c'est là où on vit, et voilà. Et forcément, ça doit avoir une influence...

Avant de parler du disque, quelle a été votre première réaction quand vous avez passé le cap de Duluth, pour arriver en Europe ? Comment ça s'est passé dans votre tête ? Est-ce qu'il y a eu un choc émotionnel quelque part ?

Alan Sparhawk : Oui, bien sûr. J'ai été élevé dans l'esprit fermier, et je n'avais jamais rêvé de l'Europe, je ne rêvais pas de voyager, je ne voyais pas le monde aussi grand. Je n'avais jamais imaginé que je sortirais de là un jour. Je pense que c'est quelque chose d'essentiel pour chaque américain de venir ici, pour ouvrir un peu les yeux sur de nouveaux horizons, de nouvelles perspectives dont tout américain devrait avoir conscience. J'apprends beaucoup ici. Et j'espère apprendre des choses avant qu'il ne soit trop tard...

Et l'autre aspect intéressant pour un américain, et surtout pour un artiste de venir en Europe, c'est qu'aux Etats-Unis, les gens ne semblent ni porter un grand intérêt, ni voir ce qu'est vraiment l'art et tout ce que ça peut apporter. Alors qu'en Europe, selon moi, les gens apportent une attention particulière à toutes les formes d'art, de création, et notamment de musique.

On va laisser un peu la géographie de côté pour revenir au dernier album, "The Great Destroyer", qui est un album assez musclé par rapport à ce qu'a pu nous proposer Low. Qu'est-ce qui s'est passé dans votre tête pour passer un cap, comme ça ? Est-ce que votre producteur y est pour quelque chose ?

Alan Sparhawk : Pour une fois, plutôt que de choisir la version "Low va dire ce que sont les chansons et ce qu'elles deviennent", on avait plutôt le sentiment qu'il fallait laisser s'exprimer la musique et donc les chansons disent vraiment qui est Low. C'est un processus inversé avec toute l'image qui va avec. A l'époque où on a commencé à écrire les chansons, il y avait comme un sentiment de folie qui planait, de peur, de rage et d'insanité. Ce sont les chansons par elles-même qui ont amené à ce qu'elles sont.

Il y a une espèce de progression dans la musique de Low, parce qu'il y a des étapes et il y a aussi des rencontres. Parce que là, il y a quand même Dave Friedman , qui est un producteur très reconnu dans le monde de la pop, une pop très colorée, avec des cordes, et tout ça. Et il y a aussi un personnage central qui a marqué Low sur deux albums, c'est Steve Albini. Est-ce que ce sont ces gens là ont amené Low à ce qu'ils sont aujourd'hui ?

Alan Sparhawk : Je considère déjà que Dave Friedman est un des seuls que l'on puisse vraiment appeler un producteur tellement je le trouve talentueux. Et dès le départ, je pense que nous avons eu beaucoup de chance de toujours travailler avec des gens qui avaient beaucoup de talent, dont Steeve Albini et Dave Friedman... Et, contrairement à beaucoup de groupes qui refusent de confier leur musique à une personne extérieure, un producteur qui en plus est un artiste lui-même, nous, nous n'avons jamais eu peur de cette démarche.

Nous avons toujours considéré, ne serait-ce que par force, que nous avions confiance en notre musique et nous n'avons jamais eu peur de la confier à quelqu'un. De plus, amener ça à quelqu'un d'extérieur ne peut qu'apporter des choses à notre conception.

Si on comparait Low à une voiture, une voiture à trois roues, est-ce que le producteur serait la quatrième roue pour que la voiture puisse rouler et aller très loin ?

Alan Sparhawk : En terme d'enregistrement, oui on peut dire que le producteur est la quatrième roue, mais quand nous montons sur scène, nous sommes autonomes, nous sommes à nouveau une voiture à trois roues, ou plutôt, un tricycle avec un gros moteur diesel qui le pousse.

L'album s'appelle "The Great Destroyer", et je me demandais ce qu'ils voulaient détruire, est-ce abstrait, concret ? Est-ce que ça veut vraiment dire quelque chose ?

Alan Sparhawk : Peut-être George W Bush... Mais tout le monde est un grand destructeur, je le suis et vous tous également. Quand nous venons au monde, nous sommes tous parfaits, et c'est la vie et nous-même qui nous rendent imparfaits... Nous sommes tous de grands destructeurs... Parfois, un de ceux là a beaucoup de pouvoir et peut commander une guerre. Mais un père qui dit à son enfant que telle personne est bonne et que telle autre est mauvaise, est aussi un grand destructeur. Mais il y a quand même de l'espoir ! Tout n'est pas si triste...

Si demain, ce que je ne vous souhaite pas, vous veniez à mourir, dans quelle peau aimeriez-vous revenir ?

Alan Sparhawk : Au Sud d'ici, il me semble qu'il y a de vieux volcans. Et je voudrais être une touffe d'herbe au sommet de l'un d'eux. Je ne vivrai qu'un an, mais je verrai tout.

Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter pour plus tard ? De quoi avez-vous envie ? Allez-vous vous diriger vers une musique plus méchante ou revenir en arrière, vers le style des premières années de Low ?

Alan Sparhawk : Zac, notre bassiste, va avoir un enfant en septembre. Maintenant, nous sommes deux familles, avec trois enfants. Nous allons rester à la maison pendant un moment, aller nous promener, nager, marcher dans les bois... On nous verra peut-être un peu moins souvent sur scène, et nous terminons sur une sorte de bilan. Cela fait douze ans que nous menons une existence assez bizarre, douze autres années d'une existence comme celle-ci ne seraient après tout pas vraiment différentes ni gênantes.

J'aime beaucoup Bob Dylan, et je voudrais savoir si, parfois, il revient à Duluth, est-ce qu'il a une statue à son effigie, un musée ou une rue à son nom ?

Alan Sparhawk : Il est revenu jouer seulement deux fois dans les quatre ou cinq dernières années. L'une des fois où il est revenu, j'ai eu la chance de travailler en back stage et l'autre fois, j'étais assis sur le côté de la scène et je regardais. Quand je l'ai croisé, j'ai trouvé que quelque chose d'assez magique se passait.

Sinon, en terme de rue, ma rue favorite dans la ville, qui est une route à sens unique, qui quitte la ville et qui s'en va vers nulle part, risque d'être transformée en "Bob Dylan Drive". C'est une rue, où, d'ailleurs, j'ai un petit bureau où je vais travailler parfois, et je trouve cette idée assez séduisante.

 

Céline et Rickeu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=