Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce En attendant Godot
Théâtre Essaion  (Paris)  avril 2016

Comédie dramatique de Samuel Beckett, mise en scène de Jean-claude Sachot, avec Philippe Catoire, Jean-Jacques Nervest, Dominique Ratonnat, et Guillaume van't Hoff.

Après sa présentation en 2013* sur l'immense plateau de la grande salle du Théâtre du Nord-Ouest, Jean-Claude Sachot n'a pas cessé de (re)travailler avec les comédiens sur "En attendant Godot", l'emblématique opus de Samuel Beckett,.

En 2016, il investit la plus modeste scène du Théâtre Essaion, et l'opus, qui ne ressort pas à la reprise, se révèle sous un jour nouveau tant sont incarnées les fameuses "carcasses becketiennes".

Et ce, à l'aune d'une note d'intention, "de bonnes intentions !" précise-t-il non sans humour, brève, mais judicieusement synthétique face à l'abondante glose engendrée par l'oeuvre, qui énonce "un immense respect pour l’oeuvre, une vision fidèle à l’écriture, mais qui derrière la recherche du sens, privilégie aussi l’acteur".

Ainsi, il en résulte une scénographie épurée et minimaliste qui respecte la volonté de l'auteur - une route de campagne avec arbre en résonance avec une toile nocturne de Caspar David Friedrich qui aurait inspiré la pièce - tout en l'extrayant de son esthétique romantique avec un arbre-sculpture de Virginie Destiné et, en fond de scène, une toile peinte de ciel réalisée par Aurélien Bédéneau qui évoque, nonobstant son esthétique d'estampe à l'encre de Chine, la mer de nuages d'une autre oeuvre de celui-ci.

Et si Jean-Claude Sachot respecte les didascalies dont est truffée la partition de ce pessimiste joyeux, il use du moindre espace de liberté pour s'octroyer une belle liberté en terme de jeu qui opère sous une focale qui s'écarte de celle traditionnelle de d'une troisième dimension métaphysique et de la licence poétique des vagabonds célestes pour privilégier le meta-théâtre, registre intrinsèque d'une pièce dont les personnages sont conscients de leur propre théâtralité.

"En attendant Godot", ce sont deux vagabonds en guenilles qui passent le temps en attendant l'arrivée hypothétique, et toujours reportée, venue d'un troisième homme, inconnu et mystérieux, une arlésienne certes nommée mais d'un nom prêtant aisément à confusion allitérative, Godot, Godet, Godin, pour une raison et une finalité toutes aussi irrévélée.

Trois antiennes - "On attend Godot", "La nuit ne viendra-t-elle jamais ?", "En attendant, il ne se passe rien" - et des dialogues perclus de leurs sentences et de lieux communs scandent un jour toujours recommencé à l'identique sous réserve de micro-événements que sont l'enfant-messager annonçant le report du rendez-vous, en l'espèce une marionnette confectionnée par Nadine Delannoy qui ajoute au sentiment d'étrangeté absurde, et la halte d'un étrange duo de maître-serviteur.

Celui, placé sous la dialectique ambigüe du lien de soumission, se compose de Pozzo, campé par Jean-Jacques Nervest, le solide colosse aux pieds d'argile et de Lucky, son chétif esclave aux cheveux blancs qui sait penser, interprété par Guillaume van't Hoff, tous deux épatants.

Comédiens émérites et aguerris, Dominique Ratonat et Philippe Catoire naviguent à l'aise dans l'incarnation respectivement de Vladimir et Estragon, ce duo de clowns, larrons en foire parfois saisis pa rl'angoisse, paire de grands ducs fantasques qui, peut-être, ont partagé loge et scène de music-hall, le premier portant encore les vestiges d'un noeud papillon et d'un frac, dont ils gardent le goût du gag et des pas de danse, partenaires de gloire et de galère en leur bel âge.

Malgré les coups de gueule de Didi et les plaintes de Gogo, ce vieux couple façonné par un pérenne et indéfectible compagnonnage joue encore et jouera le jeu jusqu'aux saluts. Et avant que de suivre la camarde, lui faire la nique en riant une fois encore !

 
*La chronique de "En attendant Godot" 2013

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=