Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amadou et Mariam
Conférence de presse  (Printemps de Bourges 2005)  21 avril 2005

Amadou et Mariam revenaient pour la 2ème fois au Printemps de Bourges mais avec une Victoire de la Musique 2005 dans la catégorie Reggae/Ragga/World avec leur album Un dimanche à Bamako.

Vos débuts ont-ils été difficiles ? Est-ce que votre handicap visuel vous a posé problème pour vous lancer dans la musique ?

Mariam : Au Mali, c'est pas difficile, c'est tout. On est déjà dans la famille d'artistes, il n'y a pas de problème là-bas.

Amadou : Ils nous ont toujours soutenus au Mali, dans nos débuts, puis après. On a fait des concerts, les gens étaient contents, ils nous ont soutenus et encouragés. Ca a été très important, capital pour nous. Et aussi quand on a commencé à jouer, il y a eu plein de gens qui nous ont soutenus, à chaque fois qu'il y a quelque chose à faire, ils viennent nous chercher. Parce qu'au Mali, les handicapés visuels n'ont pas trop de problème au niveau professionnel et musical non plus. On arrive à le faire, on joue un peu partout et ça se passe très bien.

Ce soir, vous jouez dans une grande salle, est-ce différent pour vous ? Est-ce plus intéressant lorsque vous tournez dans de petites salles, ou devant un grand public ?

Mariam : C'est très très intéressant pour nous. Ce n'est pas la première fois qu'on joue ici, c'est la deuxième fois, et ça nous fait énormément plaisir de jouer avec un grand public.

Amadou : Oui, le grand public c'est bon parce que les gens comme ils sont beaucoup, ça aide beaucoup aussi ! C'est comme une grande fête. Mais toutes les fêtes ont leur importance, que ce soit dans une petite salle où les gens sont à côté et où c'est très intime, ou alors dans une grande salle, où c'est très différent. Si c'est une grande salle, on sait qu'il y aura plein de monde et on fait une grande fête. Mais si c'est une petite salle, c'est bien aussi, c'est plus amical. Nous, on aime bien les deux ambiances.

Quand il y a beaucoup de monde, ça nous donne du courage, de la joie, de la gaieté, et ça nous permet d'évoluer, de nous surpasser, parce que la scène, c'est quelque chose que nous aimons. Nous aimons vivre ça et c'est bien parce que c'est l'occasion pour nous de nous exprimer devant un public. C'est différent dans les studios, où l'on est qu'avec les ingénieurs. Avec tout le monde, c'est bien, on s'éclate quoi !

Et c'est l'essentiel de s'éclater justement ?

Amadou : Ben c'est la preuve de beaucoup de bonheur parce que quand on s'éclate, c'est qu'on est très content. Et si ce n'est pas le cas, on préfère s'effacer.

C'est la deuxième fois que vous venez au printemps de Bourges ?

Amadou : Oui c'est la deuxième fois. La première fois, c'était au Magic Mirror, ça devait être en 2000. mais c'était bien parce que c'était à la fin donc quand nous avons joué, tout le monde était là-bas, et on s'est bien régalé. Les gens ont beaucoup aimé. Et c'était bien pour une première fois, parce qu'il y avait tous les professionnels mais ce soir c'est différent et je pense que ça va être bien avec tout ce public.

Vincent Cassel est présent dans votre clip, quelle en est la raison ? Est-ce parce qu'il aimait votre musique qu'il a participé ?

Amadou : Oh oui parce qu'il y a eu beaucoup d'invités sur le clip, des gens qui aimaient bien notre musique. Et c'était pour faire passer une histoire, qui parle de la vie, de la réalité, des rencontres et de pas mal de choses. Et partant de cela, Vincent Cassel aussi aimait bien notre musique et il a tenu à être là parce qu'il y avait nous et aussi des comédiens maliens, des musiciens, des chanteurs, des rappeurs que nous connaissions très très bien. Et donc avec tout ce monde, c'était une grande rencontre oui.

Manu Chao a participé à votre album, il en est le producteur, est-ce vous aussi vous aimeriez un jour prendre des artistes sous votre aile, comme il l'a fait pour vous ?

Amadou : Oui, le résultat ça peut être ça, nous aussi si nous aimons quelqu'un, on est bien prêt à le faire pour que ça démarre, que ça décolle. Nous, on a toujours plus ou moins fait ça, au Mali, on a eu à former des musiciens, à faire des guitares pour des musiciens maliens. Il n'y a pas de raisons pour que, si une musique nous intéresse, on ne fasse pas quelque chose. Manu Chao, s'il est avec nous, c'est pour une histoire d'amour, une histoire de musique. Il a aimé notre musique et il a voulu nous aider et c'est ça le plus important.

Vous avez récemment reçu une Victoire de la Musique en France, comment vivez-vous cet accueil du public français ?

Mariam : C'était une grande joie pour nous, après avoir fait tant d'années de musique, c'était beaucoup de travail.

Amadou : C'était bien, on était bien content, aussi pour le fait que ce soit ici, en Europe, et pas en Afrique. Parce que nous avons tourné en Afrique, mais c'est bien aussi que nous soyons là et que nous ayons une Victoire, comme ça. C'est une belle récompense pour toutes ces années et c'est aussi une reconnaissance pour notre musique donc nous avons bien vécu ça.

On était très surpris mais on attendait beaucoup, un jour ou l'autre, de pouvoir jouer sur une scène où notre musique serait reconnue par tout le monde. Je pense que l'effet a été bénéfique, le fait que tout le monde nous ait vus sur une chaîne de télé et maintenant ils savent que nous savons aussi faire de la bonne musique.

Nous souhaitons que ça puisse continuer et nous, de notre côté, on va travailler davantage pour essayer d'aller de l'avant, c'est important. Il ne suffit pas d'avoir une Victoire, maintenant, il faut pérenniser cette action. Donc on va aller de l'avant, essayer de jouer un peu partout pour se faire connaître davantage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Welcome to Mali de Amadou et Mariam
Amadou et Mariam en concert au Festival Art Rock 2005 (Samedi)
Amadou et Mariam en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Amadou et Mariam en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
Amadou et Mariam en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
Amadou et Mariam en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Amadou et Mariam en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche

Crédit photos : Rickeu


Céline et Rickeu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=