Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Monumenta 2016 - Huang Yong Ping - Empires
Grand Palais  (Paris)  Du 20 avril au1 8 juillet 2016

Pour son édition 2016, Monumenta, manifestation organisée par la Réunion des Musées nationaux- Grand Palais invite le plasticien Huang Yong Ping.

Figure majeure de l’avant-garde chinoise des années 1980, fondateur du mouvement "Xiamen Dada" du nom de sa ville natale, un "Dada Zen" qui a pour credo "Le Chan est Dada, Dada est le Chan", le Chan étant la forme ancetsrale du Zen, cet artiste né en 1956 est installé en France depuis son exil en 1990 qui marque le début d'une carrière internationale.

Le commissariat est assuré par Jean de Loisy, Président du Palais de Tokyo, qui décrypte son oeuvre intitulée "Empires" comme "une réflexion sur les transformations de notre monde".

Huang Yong Ping : Dada franco-chinois à Monumenta*

L'art contemporain étant largement conceptuel, et sinon hermétique du moins non intuitif pour le commun des mortels et Monumenta étant destiné à familiariser le grand public avec la création contemporaine, le visiteur n'est pas laissé dans l'expectative face à une installation qui, à première vue, évoque un télescopage entre une zone de fret et la galerie d'anatomie comparée du Museum d'Histoire naturelle.

En effet, la dialectique de l'oeuvre et sa grille de lecture figurent dans le dépliant remis avec le billet d'entrée.

Ainsi, "Empires" doit s'appréhender comme le paysage économique contemporain composé de trois éléments : "huit collines de conteneurs, symbole de la circulation des richesses et de la mondialisation, un bicorne, en référence à celui de l'empereur Napoléon 1er, représente l'éternelle volonté de pouvoir qui meut le monde et qu'ambitionne les industriels, politiques, militaires et tyrans, et un serpent métallique se déployant comme une brume entre des montagnes dont la gueule ouverte menace ces derniers et dont le corps formant une boucle manifeste le caractère infini du cycle de gloire et de destruction".

Muni de ce viatique, le visiteur pourra compléter son information par la lecture de l'éditorial de la ministre de la Culture précisant que Huang Yong Ping se réclame à la fois "de la révolte dadaïste, de la French theory et de la philosophie taoiste".

Hors les caractéristiques techniques de l'oeuvre qui sont largement détaillées et commentées dans la presse, et si ce n'est une remarque sur le fait que cette dénonciation de la mondialisation est sponsorisée par le groupe mondial du transport maritime CMA-CGM qui a prêté les conteneurs avec les logos des compagnies maritimes, deux constats s'imposent. D'une part, l'artiste ne relève pas le défi d'occupation du lieu dès lors que son installation ne parvient pas à investir totalement l'espace, laissant vide l'aile Sud.

Second constat, la réplication récurrente et polysémique du squelette du serpent de mer, à la fois monstre aquatique mythique et reptile préhistorique, qu'il adapte à tous les environnements et à toutes les métaphores.

Ainsi, en 2009, avec "Tower Snake", le squelette, qui recouvre une rampe piétonne est analysé comme un écho à l'architecture d'une cathédrale gothique et au serpent tentateur biblique, et en 2012, le "Serpent d’Océan" installation pérenne en 2012 sur la plage de Saint-Brévin-les-Pins dont la forme correspond à celle du proche pont de Saint-Nazaire et dont les vertèbres représentent les typiques pêcheries atlantiques, constituerait la métaphore du désastre écologique avec le squelette symbole de la ruine des pontons traditionnels et de l'épuisement des ressources sous-marines.

En 2014, le "Bâton Serpent", lien symbolique entre le ciel et la terre, illustre, entre autres, les effets de la mondialisation, les négociations culturelles, la migration, le néo-colonialisme et les conflits religieux.

A Paris, le serpent de "Empires", dont la forme est présentée comme étant en synergie avec les nervures métalliques de la verrière, pourrait-il avoir une autre signification à la lumière d'une métaphore sino-chinoise et une ode à la Chine, devenue première puissance économique mondiale ?

Huit comme le nombre de parties du monde dans la cosmogonie chinoise, les conteneurs de Xiamen modeste port institué Zone Economique Spéciale dans les années 1980 et devenu un hub commercial, et puis le serpent, symbole de l'éternel devenir dans le taoïsme, en l'occurrence doté d'une menaçante gueule ouverte avec d'impressionnnates mandibules pourvues d'énormes crocs, ancêtre du mythique dragon, emblème de l'Empereur de Chine et de la puissance de la dynastie mandchoue qui règnait sur la quasi-totalité de l'Asie.... Et cherchez l'intrus.

 

* cf. Editorial de la ministre de la Culture

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=