Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alma Forrer
L'international  (Paris)  mercredi 11 mai 2016

Dans un coin de Ménilmontant, dehors, on attend la musicienne française qui a volé l'âme du songwriting américain : Alma Forrer. La programmation de l'International prévoit aussi Nazca, folk et pop tribale made in Lyon et Clou, parisienne à l'attitude folk nostalgique.

Alma monte sur scène, heureuse de voir la salle pleine et déclare très franchement : "J'avais peur de jouer devant une salle vide". Le public applaudit et se perd dans le premier morceau.

"Comme avant" est issu de l'EP Ne Dis Rien sorti en octobre 2015, c'est la tendresse des souvenirs, d'un temps qui ne veut pas passer : "Tu resteras quelques années / avant le grand voyage / le temps d'apprendre à patienter / préparer tes naufrages". Le public est enchanté par cette voix douce presque tremblante en symbiose avec le fingerpicking typique de la tradition folk. La voix d'Alma transmet la nostalgie des esprits de Vashti Bunyan, Sibylle Baier, et sa première influence, Joan Baez.

"Bobby" (titre du premier EP Alma Forrer sorti en septembre 2014) est une dédicade à un amour auquel on arrive à parler de loin, du passé : "Bobby ce mal qui te plaît / ce mal qui te tient / C'est l'écho du passé / et l'appel de demain / C'est l'ardeur de la vie avant la fin".

Chaque morceau cache une histoire et Alma aime bien la partager avec son public, entre amis. Elle nous raconte la période où elle était serveuse dans un bar à Pigalle, ses relations avec les hommes, sa mère à laquelle, les yeux humides, elle dédie un morceau très touchant.

Avant de jouer un nouveau morceau, elle s'excuse presque embarrassée parce qu'il "n'est pas encore fini" et avec timidité enchaîne toute de suite un autre morceau. Elle cherche du regard une copine dans le public pour lui dire qu'elle a une surprise pour elle, et tout le monde reconnaît les notes de "L'amour avec toi" de Michel Polnareff. En un seul instant, la salle se retrouve en 1966, tout le monde accompagne avec le sourire Alma sur le refrain.

Ici on ne ment pas, on ne peut pas tricher, les paroles arrivent fortes et claires comme des raffales de vent en automne, et elles nous secouent en attendant les feuilles mortes sur un vélo.

Après le concert, Alma prend le temps de parler avec son public, on la voit souriante avec sa bière, comme si elle avait toujours été là, une fille qui aime bien raconter sa vie, ses histoires et ses fantômes, avec sa guitare.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ne dis rien de Alma Forrer
La chronique de l'album Solstice EP de Alma Forrer
L'interview de Alma Forrer (jeudi 29 octobre 2015)


En savoir plus :
Le site officiel de Alma Forrer
Le Soundcloud de Alma Forrer
Le Bandcamp de Alma Forrer
Le Facebook de Alma Forrer


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Alma Forrer (29 octobre 2015)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=