Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Captain Kid
X or Y  (Savoury Snacks Records)  février 2016

Souvenez-vous, nous sommes en 2011, on va découvrir de la musique sur l’excellent et regretté Noomiz, on quitte progressivement Myspace qui est devenu has been et tout le monde se rue sur Facebook pour faire sa pub. On se demande alors si nos newsletters par e-mail ont encore de l’avenir, Megaupload a le vent en poupe, le streaming en est à ses premiers balbutiements et Hadopi essaie de graduer ses réponses à un problème qui la dépasse complètement. Le web est devenu le web 2.0 et tout le monde s’en gargarise sans vraiment comprendre ce que ça veut dire ; on s’en fout, on met des 2.0 et des 3.0 partout pour faire cool. Les geeks sont en passe de prendre leur revanche sur les beaux gosses bodybuildés qui jouaient trop bien au foot dans la cour. Bref, le monde tourne.

Et voilà qu’apparaît sur les écrans un homme avec une guitare et une mélodie imparable, une voix tout en douceur et des choeurs angéliques. Un petit passage sifflé et une pub pour une banque qui s’occupe de nos éconocroques plus tard, le voilà propulsé sur le devant de la scène avec un très bel album, 67 songs (qui n’en contient que 12, des chansons, mais bon, quand on travaille pour une banque, les chiffres…).

Bref, tout ça pour dire que Captain Kid revient. La même année que Captain America, ce qui est probablement un signe. Reste à savoir si c’est un bon signe.

Play >

Dès les premiers titres, ce X or Y sonne comme un album hommage à toutes les musiques qui ont dû bercer l’enfance du capitaine. Le titre de l’album qui semble faire écho aux générations X et Y nous donne d’ailleurs un indice sur son âge (du capitaine ! Haha ! #blaguenaze). On y trouve des références à une pop un peu psychédélique de la fin des sixties, au rock indé des années 90, à la pop plus folk des années 2000, et une touche d’électro plus actuelle. On pense aussi souvent à Peter Von Poehl, pour le timbre de voix et les atmosphères vaporeuses ou à Damon Albarn et Blur dans certains arrangements (et encore dans le timbre de voix). Le liant dans tout ça ? La patte mélodique du songwriter. Et il faut bien dire que Sébastien Sigault, de son vrai nom, sait y faire.

On l’avait déjà vu lors du premier album, il a le sens de la mélodie. De belles ballades, des titres pêchus ("Undisclosed" !), cette guitare folk qui a fait son premier succès, des arrangements variés et intelligents, tous les ingrédients sont là pour faire un très bon disque. Pourtant, quelque chose ne passe pas. Un sentiment mitigé présent dès la première écoute du disque et qui ne passe pas avec le temps. Comme si, finalement, l’ensemble n’arrivait pas complètement à trouver son identité propre. Captain Kid a pris son temps pour construire cet album, en trouver le son, et c’est peut-être justement là qu’est le problème. Il manque l’urgence, la nécessité du premier album.

[] Stop

J’avoue avoir été un peu refroidi par "Sun one" (le premier extrait diffusé) qui ressemble beaucoup trop à un titre de Blur. Mais la qualité de l’ensemble m’a vite fait oublier ce détail. C’est vrai, je ne suis pas du genre à m’emballer pour un album trop plein de références, j’aime les artistes qui explorent des territoires encore en friche. Mais Captain Kid réussit à imposer sa marque sur l’ensemble de ce bel album. Le coup de maître de 67 songs est passé, et forcément ce retour attendu risquait de décevoir. Il est seulement en demi-teinte, mais après ce deuxième album, on peut être sûr que Captain Kid reviendra encore et va s’installer pour de bon dans notre paysage musical.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 67 Songs de Captain Kid
Captain Kid en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)

En savoir plus :
Le Facebook de Captain Kid


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 septembre 2018 : Autumn Sweater

Après le plan canicule estival, va-t-il falloir prévoir un plan innondation ? En tout les cas, la météo (tout du moins parisienne) a voulu nous faire savoir que l'on entrait dans l'automne. Qu'à cela ne tienne cette saison est riche en sorties de tout bord tant au niveau des disques, que des films, des livres, des expos et la reprise de la saison théâtrale. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Crave" de Léonie Pernet
"Double negative" de Low
"Sound of Papapla Vol 1" de Papapla
"Captain Tarthopom, flûtes libres" de Jean Cohen-Solal
"Faits Bleus" de Pauline Drand
"Mésopotamie" de Fantôme
Tour d'horizon du festival Hop Pop Hop #3
"Le bruit dehors" de Goël
"You vicious !" de You, Vicious !
et toujours :
"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Le Père" à la MC à Bobiny
"Misery" au Théâtre Hébertot
"Love Me Tender" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Qui a peur de Virginia Woolf ?" au Théâtre 14
"Les mots pour le dire" au Théâtre L'Archipel
"Le bateau pour Lipaia" à la Comédie Italienne
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre de la Huchette
"Cabaret Louise" au Théâtre le Funambule-Montmartre
"Callisto et Arcas" au Théâtre des Bouffes du Nord
les reprises :
"L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Los Guardiola - La Commedia del Tango" au Théâtre Essaion
"Elodie Poux - Le Syndrome du Playmobil" à l'Apollo Théâtre
"Apzude !" au Théâtre Trévise
"Guillaume Bats - Hors Cadre!" au Théâtre Apollo
"Les Sourds-Doués - Sur un malentendu" au Théâtre Trévise
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Collections privées - Un voyage des Impressionnistes aux Fauvess" au Musée Amrmottan-Monet
"Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Rafiki" de Wanuri Kahiu
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Dans les bras de Verdun" de Nick Dybek
"Le sillon" de Valérie Manteau
"Rommel" de Benoît Rondeau
"1994" de Adlene Meddi
et toujours :
"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=