Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Captain Kid
X or Y  (Savoury Snacks Records)  février 2016

Souvenez-vous, nous sommes en 2011, on va découvrir de la musique sur l’excellent et regretté Noomiz, on quitte progressivement Myspace qui est devenu has been et tout le monde se rue sur Facebook pour faire sa pub. On se demande alors si nos newsletters par e-mail ont encore de l’avenir, Megaupload a le vent en poupe, le streaming en est à ses premiers balbutiements et Hadopi essaie de graduer ses réponses à un problème qui la dépasse complètement. Le web est devenu le web 2.0 et tout le monde s’en gargarise sans vraiment comprendre ce que ça veut dire ; on s’en fout, on met des 2.0 et des 3.0 partout pour faire cool. Les geeks sont en passe de prendre leur revanche sur les beaux gosses bodybuildés qui jouaient trop bien au foot dans la cour. Bref, le monde tourne.

Et voilà qu’apparaît sur les écrans un homme avec une guitare et une mélodie imparable, une voix tout en douceur et des choeurs angéliques. Un petit passage sifflé et une pub pour une banque qui s’occupe de nos éconocroques plus tard, le voilà propulsé sur le devant de la scène avec un très bel album, 67 songs (qui n’en contient que 12, des chansons, mais bon, quand on travaille pour une banque, les chiffres…).

Bref, tout ça pour dire que Captain Kid revient. La même année que Captain America, ce qui est probablement un signe. Reste à savoir si c’est un bon signe.

Play >

Dès les premiers titres, ce X or Y sonne comme un album hommage à toutes les musiques qui ont dû bercer l’enfance du capitaine. Le titre de l’album qui semble faire écho aux générations X et Y nous donne d’ailleurs un indice sur son âge (du capitaine ! Haha ! #blaguenaze). On y trouve des références à une pop un peu psychédélique de la fin des sixties, au rock indé des années 90, à la pop plus folk des années 2000, et une touche d’électro plus actuelle. On pense aussi souvent à Peter Von Poehl, pour le timbre de voix et les atmosphères vaporeuses ou à Damon Albarn et Blur dans certains arrangements (et encore dans le timbre de voix). Le liant dans tout ça ? La patte mélodique du songwriter. Et il faut bien dire que Sébastien Sigault, de son vrai nom, sait y faire.

On l’avait déjà vu lors du premier album, il a le sens de la mélodie. De belles ballades, des titres pêchus ("Undisclosed" !), cette guitare folk qui a fait son premier succès, des arrangements variés et intelligents, tous les ingrédients sont là pour faire un très bon disque. Pourtant, quelque chose ne passe pas. Un sentiment mitigé présent dès la première écoute du disque et qui ne passe pas avec le temps. Comme si, finalement, l’ensemble n’arrivait pas complètement à trouver son identité propre. Captain Kid a pris son temps pour construire cet album, en trouver le son, et c’est peut-être justement là qu’est le problème. Il manque l’urgence, la nécessité du premier album.

[] Stop

J’avoue avoir été un peu refroidi par "Sun one" (le premier extrait diffusé) qui ressemble beaucoup trop à un titre de Blur. Mais la qualité de l’ensemble m’a vite fait oublier ce détail. C’est vrai, je ne suis pas du genre à m’emballer pour un album trop plein de références, j’aime les artistes qui explorent des territoires encore en friche. Mais Captain Kid réussit à imposer sa marque sur l’ensemble de ce bel album. Le coup de maître de 67 songs est passé, et forcément ce retour attendu risquait de décevoir. Il est seulement en demi-teinte, mais après ce deuxième album, on peut être sûr que Captain Kid reviendra encore et va s’installer pour de bon dans notre paysage musical.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 67 Songs de Captain Kid
Captain Kid en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)

En savoir plus :
Le Facebook de Captain Kid


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=