Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maissiat
Grand amour  (Cinq 7 / Wagram)  mars 2016

Une grande dame blanche tatouée… un mélange de vodka et de caramel… douce et forte à la fois… voilà quelques-uns des adjectifs qu’on pourrait prêter à Maissiat, en solo depuis trois ans. Ici son second album, gracieux et vaporeux : Grand amour.

Il n’a pas fini de nous faire parler, celui-là. Et Maissiat l’a bien compris. L’album entier est consacré à ses déchirements, ses emportements, ses doutes et ses promesses. Grand amour est selon toute vraisemblance tiré de faits réels, laissons ses méandres exacts à la discrétion de Grande Dame. Nous saurons nous contenter de comprendre que Maissiat a créé les conditions de son inspiration en s’installant sous le soleil de la ville des Papes (sans pape).

Plus facile de comprendre la chaleur de l’album, une musique irradiant de ce qui berce l’âme, située juste entre les bras consolateurs d’une mère et la quiétude d’un paysage familier. Je n’imagine pas Maissiat élever le ton ou prendre la mouche pour monter sur des chevaux trop fougueux pour présenter de la tendresse, le ton est posé, la voix est maîtrisée à la perfection, Maissiat fait du velours de ses murmures.

Les accords sur la pointe des notes sont retenus par des pianos discrets, des percussions frôlées, l’électronique effleurée. Maissiat dresse le tableau des mystères des relations humaines, et on se fiche de savoir pourquoi l’homme en vient à se torturer pour un Grand Amour, ce qui compte, c’est de vivre avec ou sans, d’en crever ou de s’envoler, ce qui compte est d’y plonger la tête la première et de s’y rompre le cou ou de s’en saouler.

Les dix titres de l’album sont dix facettes de l’amour, dix images prises au hasard du tourbillon, avec une parfaite maîtrise de la fougue et une retenue millimétrée.

De l’amour-absolu laissé dans un passé irréversible : "Tu es le seul temps, le seul qui m’enchante, il est dans chaque mot signifié que je t’aime" ("Grand huit").

De l’amour-automne qui sonne comme la fin des coquillages : "Je ne sais plus, tu ne sais plus que faire de mes silences" ("Avril"), ou l’éloignement évident de la distance ou des saisons changeantes.

De l’amour-torride où un seul suffit à apaiser soifs et faims : "Ta chaleur hante mon sommeil, hante mes nuit, ce plaisir insulaire" ("Swing Sahara"), dans un désert de chaleurs et de passions charnelles.

De l’amour-secret gardant en son cœur la pureté sincère d’un sentiment non partagé : "J’avoue j’en suis malade, j’ai peur de me réveiller de vous rêver souvent, les nuits sans vous létales m’ennuieront fatalement" ("Ce bleu sentimental").

Des accords stellaires pour animer les multiples facettes d’un état qui n’a pas fini de faire couler de l’encre sur les joues des âmes comblées et damnées. Un regard bienvenu sur les fondements de ce truc à ventricules qui palpite à l’intérieur de notre dedans, ce bidule maintes fois disséqué sans jamais révéler son alchimie. Maissiat nous le décrit dans Grand Amour, comme on voudrait tous être aimé : avec fougue et tendresse.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tropiques de Maissiat
Maissiat parmi une sélection de singles (février 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Maissiat
Le Bandcamp de Maissiat
Le Soundcloud de Maissiat
Le Facebook de Maissiat


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Maissiat (26 mars 2013)


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=