Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Julie's Haircut
Interview (version française)  (L'Espace B, Paris)  lundi 23 mai 2016

Pour bien commencer la semaine, Froggy's Delight est invité à l'Espace B pour une soirée avec trois groupes : les parisiens Human Teorema et les italiens Giobia et Julie's Haircut. Dans la salle, on a l'impression d'une rencontre qui se déroule entre les années 70's et 90's.

Si les deux premiers groupes nous offrent un voyage lysergique, les headliner de la soirée nous donnent envie d'arriver à La Montagne Sacrée du krautrock accompagné du "Devil in Kate Moss" et "Satan (qui) eats Seitan".

Avant leur concert, on rencontre le groupe Julie's Haircut, qui est parvenu à fusionner Spacemen 3, Jodorowsky, Nino Rota et une passion particulière pour la production du vinaigre...

En 2014, vous avez réédité votre dernier album Ashram Equinox (2013). Pourquoi ce choix ? Pourquoi pas un nouvel album ?

Luca : Parce qu'on avait beaucoup de morceaux enregistrés pendant les sessions de cet album, on les aimait bien et on les avait déjà joués en concert. On ne les avait pas mis dans l'album parce qu'on avait envie de faire un album instrumental. Finalement, un an après la sortie de l'album, on a fait une réédition deluxe.

Vous avez débuté en tant que groupe garage / noise et dix ans après, votre parcours vous a amené à changer de direction. Dans votre dernier album, la prédominance de l'instrumental sur les chansons est évidente. Comment y êtes-vous arrivé ?

Luca : Tout a été spontané ! Je peux te dire qu'on est déjà en train d'enregistrer un nouvel album et ça sera 90% de morceaux chantés. Il n'y a pas une unique direction ; quand on commence à travailler, les choses prennent forme tout simplement. Avec cet album, au bout d'un moment, on a réalisé que ce serait un album instrumental, c'est tout !

Nicola : A ce moment là de notre carrière, par rapport aux débuts, on privilégie plutôt des formes de musique moins liées à la forme de chanson classique. C'est déjà arrivé après After Dark, My Sweet, notre album sorti il y a dix ans.

Luca : Déjà dix ans... (rires)

Nicola : On s'est dit : essayons de faire quelque chose de différent des trois premiers albums. On est parti de zéro, et même si ton identité est toujours là, on a choisi cette direction.

Luca : Il faut dire que même dans le nouvel album, la structure des morceaux change de la structure cassique des chansons, il n'y a pas un couplet et un refrain. On peut dire que ce sont des instrumentaux auxquels on a ajouté la voix.

Pour votre album After Dark, My Sweet, vous avez collaboré avec Pete Kimber, alias Sonic Boom des Spacemen 3. Comment vous êtes-vous connus ?

Andrea : C'est très drôle ! Nous avons toujours été fans des Spacemen 3. Un jour, j'ai acheté une guitare sur eBay et j'ai découvert que le propriétaire était un américain, le leader de Galaxie 500 et des Luna (ndlr : Dean Wareham). Comme je savais qu'il connaissait Pete, je lui ai demandé ses coordonnées. On s'est envoyé plein de mails un peu nerd pour des trucs techniques.

On a décidé avec les autres de l'inviter dans notre studio, et il a accepté. En septembre 2005, il est venu en Italie et on a fait des sessions en studio avec lui. On a gardé contact... et peut être qu'il viendra ce soir ! Il a une accréditation pour ce soir ! (rires)

J'imagine vous avez plusieurs inspirations. Quelles sont les plus importantes ?

Luca : C'est très difficile. D'habitude, les inspirations sont inconscientes, c'est-à-dire que tout ce que tu fais reflète ce que tu aimes, la musique, le cinéma, la littérature. On est suffisamment mûrs pour ne pas regarder les autres comme des références. Par exemple, on ne dit plus : "je voudrais un son comme cet album là", mais bien évidemment, même les plus grands artistes de l'humanité ont eu des références.

Quelle est votre méthode de composition ?

Quand on arrive au studio, on n'a jamais rien de prêt et pendant deux ou trois jours, on enregistre des improvisations instrumentales, et puis on organise tout. Maintenant, on maîtrise bien cette méthode, c'est notre méthode à nous. A la base d'un morceau des Julie's Haircut, il y a toujours l'improvisation, puis on y ajoute une voix s'il faut, des instruments en plus jusqu'à que le morceau soit complet. C'est un peu comme faire de la vinaigre ! T'as un gros tonneau et petit à petit, tu réduis tout...

J'aime bien cette métaphore.

Luca : C'est parce que chez moi j'ai une cave à vinaigre (ndlr : Luca vient de Modène).

Votre single 10'' contient deux reprises : The Tarot de La Montagne Sacrée de Jodorowsky et la musique de Nino Rota pour Le Casanova de Fellini. Est-ce que ce projet est arrivé par hasard ou le cinéma est très important pour vos inspirations ?

Luca (m'interrompt, enthousiaste) : Lui aussi, il devrait venir ce soir ! En plus, il habite à Paris... (rires) Tu sais, il lit les les tarots gratuitement dans un bar à Paris... je me souviens plus du nom... Il faudrait passer chez lui pour lui offrir une copie de notre single !

Nicola : Le cinéma est une de nos plus grandes inspirations. Cet album est né du désir de se confronter aux B.O. de deux films, The Tarot et la musique de Nino Rota pour Le Casanova de Federico Fellini, deux films surréalistes, qui appartiennent aux années 70's, années auxquelles nous sommes très liés.

C'était un challenge pour nous parce qu'on ne s'était jamais confronté à des musiques qui sortent de la tradition du rock. La musique de Nino Rota, c'est de la musique classique, et The Tarot est une musique d'inspiration orientale pour les thèmes et les instruments utilisés. Nous avons fait notre version, ni classique ni rock, tout en essayant de rester fidèles à l'esprit des morceaux originaux.

Luca : Ce sont les exercices grâce auxquels tu apprends le plus !

Nicola : Pour The Tarot, on a mis un an avant de le terminer...

Andrea : La reprise de Rota à mon avis est un de nos meilleurs morceaux.

Luca : On a suivi l'arrangement original mais on a tout joué aux synthés.

Vous avez commencé à jouer en 1994. Qu'est-ce qui a changé dans la distribution musicale ? Est-ce que vous avez changé votre approche vis-à-vis des supports de distribution ?

Luca : On a vécu ce changement mais on continue en même temps à faire de la distribution sur vinyle et sur CD. On n'est pas le genre de groupe qui fait beaucoup de distribution digitale. Pour l'électro, la distribution physique existe presque plus, parce qu'il y a plusieurs canaux de distribution digitale, je pense par exemple à Beatport. Nous se sommes même pas sur Beatport.

La distribution digitale de notre musique est limitée au marché étranger, là où il est difficile de trouver nos albums. À l'étranger, le digital marche mieux qu'en Italie, en tout cas. Je trouve que 30-45 minutes est la durée idéale pour l'écoute d'une oeuvre musicale. Ce n'était pas un hasard si même au XVII et XVIIIème siècle une symphonie avait cette durée.

Vous avez partagé la scène avec Sonic Youth, Mark Lanegan, Mercury Rev, Yo La Tengo et beaucoup d'autres artistes. Quelle est l'expérience qui vous a le plus marqués ?

Luca : Elles ont toutes été de belles expériences !

Andrea : Moi j'ai un beau souvenir des Yo La Tengo...

Luca : Oui c'est vrai ! Ils sont très cool ! Ils sont venus nous dire qu'ils avaient vu les affiches de notre concert à Rome... Et cette soirée là, ils sont fait un super concert, c'était à L'Estragon à Bologne.

Qu'est-ce que vous écoutez en ce moment ?

Luca : Moi j'écoute très peu de rock chez moi. Cela fait des années que j'écoute beaucoup de jazz années 50' / débuts des années 60', en particulier j'ai une collection du catalogue Blue Note. Et de la musique classique, surtout Wagner. Après il y a des dimanches matins où je me reveille avec l'envie d'écouter les Bad Brains... (rires) En tour dans notre van, on écoute AC/DC, Dead Boys, Thelonious Monk.

Andrea : En douze heures de voyage, on a écouté beaucoup de musique... si tu veux, on peut faire une liste (rires). On a écouté deux albums d'Alice Cooper sous la pluie. Aujourd'hui, on a écouté Mulatu Astatke et les Grateful Dead.

Luca : Ah oui, Andrea et moi on aime trop les Grateful Dead... C'est un super groupe surtout pendant leurs concerts...

Nicola : Moi je dis Beach Boys !

Merci beaucoup de votre disponibilité !

Julie's Haircut : Merci à toi !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Julie's Haircut (lundi 23 mai 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Julie's Haircut
Le Bandcamp de Julie's Haircut
Le Facebook de Julie's Haircut


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=