Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Julieta
Pedro Almodovar  mai 2016

Réalisé par Pedro Almodovar. Espagne. Drame. 1h39 (Sortie le 18 mai 2016). Avec Emma Suárez, Adriana Ugarte, Daniel Grao, Inma Cuesta, Dario Grandinetti, Michelle Jenner, Rossy de Palma et Pilar Castro.

Malgré plusieurs participations au Festival de Cannes, le désormais largement sexagénaire réalisateur hispanique Pedro Almodovar, à qui, physiquement, siéent les années et le poil blanc, n'a jamais obtenu la Palme d'Or, qui constitue pourtant, depuis quelques années, le sacre du troisième âge.

Et, sans surprise, ce n'est pas en postulant avec "Julieta", un mélodrame romanesque compassé et désincarné, qu'il pouvait espérer décrocher celle du millésime 2016.

En effet, en contre-emploi faisant fi du baroque et de l'humour allant jusqu'à travestir une de ses égéries rescapées en rance éteignoir, Rossy de Palma en femme de ménage, il quitte les pénates de la comédie "movida" débridée pour se contraindre à l'exercice du drame classique en transplantant en Espagne plusieurs nouvelles de l'octogénaire et nobélisée novelliste canadienne de langue anglaise Alice Munro qui s'inscrivent dans le registre du "suspense au féminin" d'une des collections Harlequin.

A la suite inopinée avec une amie de sa fille perdue de vue depuis des années, l'ami comme la fille, Julieta, une séduisante cinquantenaire trendy chic (la pulpeuse et sexy Emma Suárez), écrit une lettre-confession à cette dernière qui relate les événements majeurs de sa vie, avec les gens de son entourage qui tombent comme des mouches, à partir d'un atypique voyage en train en sa jeunesse, quand elle était une jeune prof pseudo-punk chic (Adriana Ugarte jolie comme une muse), au cours duquel elle fut conçue.

Le dernier Almodovar en date, s'il peut plaire aux spectateurs amateurs de ce genre, déçoit par le scénario qui procède d'un empilement pléthorique tant d'intrigues singulières que de thèmes, ceux de la culpabilité, de la fuite, la mélancolie voire de la dépression, comme échappatoire au principe de réalité, du mutisme, dont il est difficile de savoir, faute d'historicisation du personnage éponyme, s'il s'agit d'une difficulté de communication ou d'un trait de caractère, et du vrai faux secret, dont une seule était propice à une adaptation cinématographique, et, de surcroît, concentrés un même personnage ce qui nuit, sinon à leur crédibilité, du moins à leur vraisemblance.

De même pour la réalisation qui opte pour le procédé le plus statique et ennuyeux de la narration à grand renfort d'ellipses et flash-backs. Le directeur de la photo Jean-Claude Larrieu livre, scandées par des vues frontales de taxis, de superbes images pour agence de tourisme avec de magnifiques paysages de la Galice à la Suisse, en passant par l'Andalousie, les Pyrénées espagnoles et les rues madrilènes.

Et mention spéciale au chef décorateur Carlos Bodelón pour les scènes qui se déroulent dans des intérieurs pour magazines de décoration - "Maison Côté Sud" pour la coquette maison de pêcheurs, boîte "Teva Déco" pour l'appartement vintage et "AD Magazine" pour l'appartement au minimalisme high tech - avec, en sus dans ce dernier, une ponctuation appuyée sur un intellectualisme arty avec des références culturelles internationales telles pour la photo l'album Magnum, le théâtre avec l'affiche du Théâtre de la Ville de "The Old woman" mis en scène par Robert Wilson et l'autoportrait du peintre Lucian Freud.

Comme quoi tout cela ne fait pas le bonheur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=