Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Alors..chante ! 2005
Sinsemilia - Da Silva - Tiken Jah Fakoly - Les pistons flingueurs - Bernado Sandoval - Steve Waring - Travis Bürki  (Montauban)  3 au 8 mai 2005

Vingt ans déjà. Qui aurait cru que ces petits concerts organisés par une association de potes deviendraient aujourd'hui ce festival qui draine en moins d'une semaine près de 30 000 spectateurs, offre une trentaine de spectacles et une cinquantaine d'artistes.

Les plus grands de la chanson française ont joué à Montauban pour "Alors… chante !". Vous voulez des noms ? Renaud, George Moustaki, Léo Ferré, Alain Souchon, Charles Trénet, Claude Nougaro, etc.

Au programme de cette année : des découvertes avec Da Silva, Ü (Travis Bürki) , Emily Loiseau, Dine & Déon ou encore Karpatt et des artistes confirmés avec Tiken Jah Fakoly , Sinsemilia , Bernard Lavilliers, Vincent Delherm …

La particularité du festival est qu'il propose plusieurs scènes sur le site même de l'Eurythmie (salle de concert accueillant jusqu'à 3 000 personnes) mais aussi en ville au Théâtre, théâtre à l'italienne de 500 places. De plus, un bus effectue la liaison entre le Théâtre et le site proprement dit. Les spectateurs peuvent donc se balader au grès de leurs envies.

La ville toute entière vit donc au rythme du festival qui a ouvert ses portes pour une petite semaine entre le mardi 3 mai et le dimanche 8 mai.

Mardi 3 mai, ouverture du festival

C'est toujours intéressant de voir l'ouverture d'un festival, en effet on peut rapidement se faire une opinion sur l'ambiance générale, sur l'état d'esprit dans lequel se trouve l'organisation.

Mise à part Madame le (la ?) Sous-Préfet, tout le monde était présent, de Madame le Maire (c'est une histoire de femmes dans la région) jusqu'au Président de l'Association organisatrice Chants Libres.

Jean-Pierre Crouzat et Jo Masure nous offrent deux discours un peu balbutiants. Cependant, la note du festival est donnée. "Alors…chante !" est une rencontre familiale, bon enfant et est axé exclusivement sur la chanson française. On boit un coup à la santé de tout le petit monde et le festival est lancé.

Comme je le disais en introduction, un bus permet au public de relier le centre ville au site. Sa particularité ? Offrir des concerts à l'arrêt.

Les premiers à embarquer pour un p'tit concert à l'heure de l'apéro : Les Pistons Flingueurs, que tout étudiant de Toulouse connaît car ils sont omniprésents sur la région.

On était quand même 4 au début du concert.

Les deux gars à la sono, votre serviteur et un arbre qui était en plein milieu du champ de vision.

Cependant, les gaillards ne se sont pas démontés et ont assuré comme de bons professionnels une heure de concert vraiment excellente.

Le quartet atypique est composé d'un batteur, d'un guitariste jouant de la guitare "à quatre cordes", ou encore banjo pour les puristes, d'une trompette, d'un trombone et d'un tuba. Euh, c‘est plutôt un quintet dans ce cas là.

Qui a dit que les fanfares sont toujours ringardes ? Qui a osé ?

Quand on voit la diversité des compositions et des styles proposés, comme le reggae, le funk, le ska et le rock festif, on se rend bien compte que ces p‘tits gars sont bourrés de talent.

Si vous en avez l'occasion n'hésitez pas à leur rendre visite, vous ne serez pas déçus !

Vivement leur prochain album, s'il sort un jour (pas vrai les gars ?). En attendant allez écouter leur dernier album Arnac disponible dans les bacs.

Je profite de quelques minutes de libres pour discuter avec le batteur qui est vrai sympa, tout comme le reste du groupe d'ailleurs.

Je n'ai pas vu le temps passé et je rate le début du groupe de reggae Tiken Jah Fakoly. Faut dire que l'organisation m'ayant mis la pression concernant un possible refoulement à l'entrée, je ne me suis pas forcément pressé non plus.

J'arrive donc en retard dans une salle comble. Le groupe a beau jouer du reggae (mes fidèles lecteurs, enfin s'il y en a héhé, savent que je suis toujours pas fan de reggae), leurs riffs sont vraiment pêchus et enjoués.

Le groupe nous rappelle les meilleures heures du reggae ivoirien, celles de la grande époque d'Alpha Blondy. Dire que la jeunesse ivoirienne est privée du groupe pour cause de censure en Côte d'Ivoire.

On comprend pourquoi Tiken Jah Fakoly, le Rebelle Tranquille comme le surnomme ses partisans, dénonce les bassesses, les magouilles et les ignominies du gouvernement en place.

Les chœurs féminins et les cuivres viennent soutenir des textes rageurs et engagés. Un jeune homme chante en diola à ma droite, une demoiselle en français sur ma gauche.

Un chouette concert.

Entre temps, je suis allé écouter les premiers morceaux du concert de Bernado Sandoval sous le chapiteau.

J'ai été hypnotisé par le guitariste qui se revendique flamenco mais qui a su tout au long de sa carrière se renouveler afin d'offrir au public le fruit de sa passion (jeu de mot et de bon aloi) pour le flamenco et pour les musiques du monde.

Bernado Sandoval ne bouge pas trop sur scène. Par contre, ces gestes saccadés et l'émotion de sa voix nous transportent, nous fascinent.

 

 

 

 

La rondeur de la basse remplit la salle et accentue cette mélancolie ambiante. Sa guitare finit de nous enivrer, de nous posséder…

Sinsemilia. On ne présente plus le groupe qui joue depuis plus de 20 ans dans tous les coins de France et de Navarre.

J'avais un peu peur de voir un groupe de pré-ados qui nous bassine les oreilles avec des discours démagos au possible. Et bien non, je me suis un peu trompé. Disons, qu'ils ont réellement gagné en maturité, tant musicalement qu'au niveau scénique.

En effet, bien que la moitié des gens étaient venus pour écouter le groupe à la mode avec sont titre "Tout le bonheur du monde" (que ceux qui pensent le contraire me contactent), l'ambiance était énorme. J'en suis ressorti enchanté !

Tout le monde chantait et dansait, c'était vraiment excellent.

La billetterie était fermée depuis plus de deux semaines, c'est pour dire comme le public attendait le tout premier concert de la nouvelle tournée qui atteindra son paroxysme avec deux dates coup sur coup à l'Olympia.

Mike à la guitare et au chant était intenable et les cuivres avec la zolie demoizelle en rouge ont vraiment assuré !

Je me suis surpris à siffloter les riffs enjoués des Sinsé en rentrant sur Toulouse. Du bon boulot en tout cas.

Le concert se termine et tout le monde ressort avec la banane. Merci à tous pour cette belle soirée.

Vendredi 6 mai, chapiteau du Magic Découvertes

Un petit après-midi au festival pour découvrir trois groupes qui montent, qui montent… Da Silva, Dine & Dion et Ü (Travis Bürki) . Le tout se déroule sous un chapiteau qui peut accueillir jusqu'à 500 places.

Un banc de jardin en fer forgé blanc est posé au milieu de la scène. Manu Da Silva se pose calmement sur le banc, jean's basket, une guitare sèche dans les mains. Le trac ne semble pas l'envahir.

Ses multiples contributions avec des groupes comme les Tambours du Bronx ou Mitsu en tant que guitariste chanteur lui ont forgés une solide expérience de la scène.

Il nous offre un concert intimiste parsemé de rock et de chansons simples mais parfaitement travaillées.

 

Le multi-instrumentaliste Stéphane Antoine et le jeune homme au piano (désolé, je n'ai pas son nom) viennent apporter des ambiances parfois rythmées, parfois planantes aux paroles douces et à la voix proche de Miossec.

Si vous cherchez un concert cosy, ce groupe est pour vous.

A moins que vous ne couriez écouter son album Décembre en été, qui, s'il est aussi bien fait que son concert, doit forcément mériter le détour.

Quel drôle de nom, Dine et Déon.

Je cherche un jeu de mot (qui ne peut-être aussi bon que ceux dilués par le chef) du style Amélie-les-crayons qui passent ce soir mais je ne trouve pas.

Le concert commence et là, Victoire. Dine c'est pour Géraldine, la zolie demoizelle au pied nu, chanteuse du dit-groupe. Déon , c'est pour "La famille accordéon", titre de la première chanson du concert.

Le groupe nous offre alors un voyage dans le temps dans les cabarets des années 40.

Les chansons s'enchaînent avec tendresse et poésie. La voix enjôleuse de Géraldine associée à une guitare jazzy et une contrebasse rythmique nous transportent dans ce concert vivant et haut en couleur. Une belle découverte.

Je cours vers le chapiteau du Space Circus (étonnant de voir encore un nom anglais dans ce festival promouvant la chanson française, je suis taquin ce soir) pour assister à un spectacle permettant aux enfants de trouver leurs places dans ce festival.

Le chapiteau est complet et l'entrée dans le cirque nous rappelle les meilleurs moments de notre enfance : les gradins, l'odeur d'herbe chaude, la trépidation ambiante, bref, cette ambiance si particulière qui donne cette magie aux spectacles sous chapiteau.

Au programme de cette après-midi, Steve Waring, le plus français des américains ou le plus américains des français, c'est comme vous voulez.

Connu initialement pour ses qualités de guitariste de country-blues et comme père du picking lors de son arrivée en France en 65, Steve Waring offre depuis de nombreuses années des spectacles pour enfants aux travers de chansons naïves.

Son spectacle en forme de voyage autour d'un répertoire varié nous emmène loin dans un monde imaginaire. Les enfants adorent et s'éclatent à chanter "I love you", à jouer des percussions avec les doigts ou la langue.

Un moment magique et inoubliable pour nos chères têtes blondes.

Je retourne au Magic Decouvertes pour assister à mon dernier concert de la journée. Ü ou encore Travis Bürki , découvert sur Froggy's Delight.

Et bien là, je ne suis pas le seul, on a tous pris une grosse claque.

Ü est un personnage atypique, charismatique et tellement attachant.

Son verbe fait un ravage et s'il n'était si prompt à bouleverser les conventions du genre, on pourrait vite le comparer à Gainsbourg pour ces textes ou encore à Higelin pour le côté rock des années 70.

Cependant l'univers narratif et poétique du jeune garçon qui abhorre un large sourire nous fait vibrer et rire.

Ü va dans le public, raconte l'histoire d'un lapin accro aux carottes ("Karotene"), proposent des chansons variées, parfois péchues à la guitare, parfois douces au piano.

Le public est conquis et la salle lui offre une standing ovation (autant continuer dans les anglicismes) amplement méritée.

A ne manquer sous aucun prétexte.

Hélas, je n'ai pas pu assister à plus de deux jours du festival. J'ai beaucoup aimé ce côté familial, et la diversité des concerts proposés. Il est cependant un peu regrettable de voir que le festival off n'est pas plus développé et que le passage permettant de naviguer sur le site ne propose rien de plus que des restaurants et des buvettes.

Je chipote, je chipote, mais l'organisation reste exemplaire et l'ambiance des plus agréables.

Vivement l'année prochaine.

Musicalement

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Sinsemilia en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Sinsemilia en concert au Festival Festa Dies 2004
Sinsemilia en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Sinsemilia en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Sinsemilia en concert au Festival Les Francos Gourmandes #4 (édition 2015) - Vendredi 12 juin
La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album La Distance de Da Silva
La chronique de l'album L'Aventure de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)
Tiken Jah Fakoly en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Tiken Jah Fakoly en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Tiken Jah Fakoly en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (dimanche)
Tiken Jah Fakoly en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
La conférence de presse de Tiken Jah Fakoly (10 juillet 2005)
La chronique de l'album eponyme de Travis Bürki
Articles : Festival en Ü - Concerts et installations de Travis Bürki
Travis Bürki en concert à l'Espace Jemmapes (23 novembre 2004)
Travis Bürki en concert à l'Espace Jemmapes (11 octobre 2006)
Travis Bürki en concert à L'Archipel (18 mars 2008)
L'interview de Travis Burki (16 novembre 2005)
L'interview de Charlélie Couture et Travis Bürki (1er décembre 2005)
L'interview de Travis Burki (8 avril 2008)
L'interview de Travis Bürki (mars 2011)

Crédits Photos : Manu D. (Plus de photos sur Taste of indie)


ManuD         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Travis Bürki (8 avril 2008)


# 19 novembre 2017 : Too Young to die

On le savait atteint de démence, Malcolm Young, membre fondateur de AC/DC a finalement rejoint à seulement 64 ans ce super groupe de rock quelque part dans un autre monde.Gardons le cap cependant, la vie est courte alors profitez sans plus attendre de notre petite sélection culturelle hebdomadaire avec du beau et du bon. A lire, à voir, à jouer et à écouter.

Du côté de la musique :

"Travaux sur la N89" de Jean Louis Murat
"Nat 'King' Cole & me" de Gregory Porter
"[e.pok]" de Ignatus
Interview de Fred Nardin
"Helmet on" de Manolo Redondo
Interview de Sapiens Sapiens
"Au coeur" de Tout Finira Bien
"Freak show" de Coffees & Cigarettes
"Rokh" de Datcha Mandala
Des Roses, Orouni et Bonni Li dans une sélection de EPs
Lise à l'International
et toujours :
Interview de Xavier Boyer autour de son album "Some / Any / New"
"Rituels" de Zero Degré
"Echo Zulu" de Nosfell
"En désaccord" de Alee & Ordoeuvre
"Tambourine" de Blot
"Come on & dance" de Caesaria
"In transit" de Kyle Eastwood
"Hybride" de Mr Yéyé
Brahms" de Nelson Freire
"Tangerine moon wishes" de Sandra Nkaké

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Trois Soeurs" au Théâtre National de l'Odéon
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"La Cantatrice chauve" au Théâtre du 13ème Art
"Ca va ?" au Théâtre du Rond-Point
"Clérambard" au Théâtre 13/Jardin
"Eddy Merckx a marché sur la lune" au Théâtre Pars-Villette
"Gardarem" à la Manufacture des Abbesses
"Cantate pour Lou Von Salomé" au Studio Hébertot
"Le Soliloque de Grimm" au Théâtre Essaion
"Les Darons" au Théâtre d'Edgar
"Clara Lefort - Tiens-toi debout" au Théâtre Le Mélo d'Amélie
des reprises à ne pas rater :
"Alcool" au Théâtre L'Echangeur à Bagnolet
"Requiem pour les artistes" au Théâtre Théâtre Elizabeth Czerczuk
et les chroniques des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Hermès à tire-d’aile - Les mondes de Leïla Menchari" au Grnd Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Western" de Valeska Grisebach
"La education del rey" de Santiago Esteves
les chroniques des autres sorties de novembre
et les chroniques des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Un coeur sombre" de R.J. Ellory
"Adam & Eve" de Stephen Greenblatt
"Ce que j'aime vraiment" de Astrid Desbordes & Pauline Martin
"Les chiens de Détroit" de Jérôme Loubry
"Seules les femmes sont éternelles" de Frédéric Lenormand
et toujours :
"Birthday girl" de Haruki Murakami
"9 rue Drouot" de Isabelle Yafil
"Comment ratatiner les idées noires ?" de Catherine Leblanc & Roland Garrigue
"Dernier jour à Budapest" de Sandor Marai
"La maison des Turner" de Angela Flournoy

Froggeek's Delight :

"Wolfenstein II : The New Colossus" sur PC, PS4, Xbox One
"Super Mario Odyssey" sur Nintendo Switch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=