Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce American Hero
Nick Love  (Paris)  juin 2016

Réalisé par Nick Love. Etats Unis/Grande Bretagne. Comédie. 1h26 (Sortie le 8 juin 2016). Avec Stephen Dorff, Eddie Griffin, Luis Da Silva Jr., Christopher Berry, Yohance Myles, Andrea Cohen et Raeden Greer et King Orba.

Le sous-titre d' "American Hero" de Nick Love, "De Zéro à Super-héros", résume bien le chemin que va parcourir Melvin (Stephen Dorff) dans ce qui, au départ, semble un petit film sans grande ambition et qui, mine de rien, questionne un pays qui n'est plus très brillant et qui paraît faussement dupe des stéréotypes chargés de le représenter ou de le refléter.

Possédant des dons hors du commun, Melvin, fêtard invétéré, n'en fait rien, ou pas grand-chose de bon, tant il est sous le coup d'un divorce qui le prive du droit de visite de son fils.

Situé dans une Nouvelle-Orléans délabrée "mentalement" et "physiquement" après le passage de l'ouragan Katrina, "American Hero" décrit la vie erratique d'un jeune quadragénaire sympathique et alcoolique, qui a même tâté de la prison, totalement en immersion dans cet État multiracial abandonné dans le jus de ses malheurs et de la pauvreté qui en résulte par le gouvernement central.

Avec Lucille (Eddie Griffin), son alter ego en chaise roulante, vétéran noir qu'il a recueilli en petits morceaux à son retour d'Irak ou d'Afghanistan, Melvin draine tout un groupe de gens qui vit en marge d'une normalité plus très claire dans cette Nouvelle Orléans qui pourrait sortir d'un essai de Naomi Klein.

Supporté - dans tous les sens du terme - par sa "vraie" famille composée par sa mère et sa sœur, il s'autorise presque tout, sauf de pactiser avec les criminels qui tirent parti du chaos régnant.

Lui qui pourrait jouer les Batman ou les Superman, utiliser ses pouvoirs pour faire triompher le "bien", s'en sert seulement pour jouer les magiciens de rue, pour amuser son fils ou pour voler les voleurs. Même le policier solitaire et désabusé qui lui propose de partir en croisade contre le crime semble peu convaincu de l'intérêt de sa proposition.

Vraiment original, comme l'était "Hancock" avec mille fois plus de moyen, "American Hero" de Nick Love est porté par le charisme retrouvé de Stephen Dorff, qui n'hésite pas à charger la mule.

Le visage hilare, il déploie toute son énergie dans ce personnage qui ne sait plus se maîtriser et qui n'a pour but que de retrouver son petit garçon métis.

On l'a dit souvent, rares sont, dans le cinéma américain, les têtes d'affiche qui jouent des personnages ayant ou ayant eu des relations avec des hommes ou des femmes d'une autre race.

C'est une des autres qualités du film que de traiter de cette question sans jamais mettre sur le tapis la couleur des uns et des autres, de le faire simplement, sans jamais avoir besoin non plus de le souligner pour montrer son bon esprit.

Tout cela finit par faire d' "American Hero" de Nick Love un vrai "feel good movie", un film dans lequel on est bien, un vrai film divertissant et humaniste qu'il faut recommander pour son casting impeccable dominé par le duo Dorff-Griffin, très à l'aise dans le ping-pong verbal, et pour ses "effets spéciaux" qui n'abrutissent pas le spectateur et lui donnent plus matière à rêver qu'à s'énerver.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=