Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Diamant noir
Arthur Harari  (Paris)  juin 2016

Réalisé par Arthur Harari. France. Drame. 1h55 (Sortie le 8 juin 2016). Avec Niels Schneider, August Dieh, Hans Peter Cloos, Abdel Hafed Benotman, Raphaële Godin, Raghunath Manet, Jos Verbis et Guillaume Verdier.

Si l'on considère "Diamant noir" d'Arthur Harari comme un film policier, il faudra remonter très loin dans le temps pour trouver une œuvre de pareille qualité dans le cinéma français. On citerait bien "Série Noire (1979) d'Alain Corneau ou le méconnu "Poussière d'ange" (1986) d'Edouard Niermans.

En tout cas, "Diamant noir" navigue très au-dessus de la production courante francophone à la fois par ce qu'il raconte et par sa manière de le raconter.

Pour son premier long métrage, Arthur Harari ne s'est pas perdu dans la trivialité de l'autobiographie mais s'est lancé dans le cinéma de genre, sans doute en y semant beaucoup de petits cailloux d'histoire personnelle.

Car ce qui frappe d'emblée dans son film, c'est le besoin d'amour familial dont souffre son personnage principal, Pier... Pier, le bien-nommé puisque tout son destin tourne autour des pierres précieuses.

Pour construire ce qui va prendre forme de "polar", avec casse minutieux à l'ancienne, Arthur Harari prend des chemins apparemment très détournés faisant référence aux plus grands romanciers.

On pense évidemment à Dickens et à Dumas : Dickens, pour le petit monde des voleurs auquel Pier doit sa survie, avec le beau personnage fort et inquiétant de Rachid, joué par Abdel Hafed Benotman ; Dumas, pour cette vengeance à la Monte-Christo que semble ourdir Pier quand il reprend pied dans la famille Ullmann.

Comme tous les grands films du genre, "Diamant noir" d'Arthur Harari est aussi l'étude presque documentaire d'un milieu, en l'occurrence celui des diamantaires et plus précisément des tailleurs de diamant d'Anvers. Une étude qui porte en elle le ferment du récit, car Pier, fasciné, envoûté, apprend le métier, celui de son père, et celui qui est responsable de tous ses malheurs...

Cette dimension familiale enserre l'histoire de ses nœuds coulants fatidiques, d'autant plus que Pier élevé par un truand arabe découvre sa judaïté. Pour ce presque encore enfant longtemps laissé à lui-même, retrouver une identité, une identité au surplus rejetée par son propre père, ce n'est pas source d'apaisement mais d'une nouvelle angoisse.

Alors qu'il fait son trou dans la famille Ullmann, au point d'être en passe d'en devenir le chef, le voilà pris dans les inextricables méandres d'une vengeance qu'il ne veut plus accomplir, d'une fidélité ancienne qui n'a plus de sens...

"Diamant noir" d'Arthur Harari est une œuvre d'une belle complexité où s'entremêle énormément d'éléments contradictoires. Les pistes explorées ne mènent pas forcément là où on croyait et le film ne s'achèvera pas comme son déroulé logique le laissait supposer.

Pour parvenir à cette alchimie mystérieuse, Arthur Harari a choisi des acteurs formidables qu'il a su transcender. Ce qu'il obtient, par exemple, de Nils Schneider est extraordinaire.

Ce jeune homme, jusqu'alors plus "photo de mode" qu'acteur de cinéma, porte le film sur ses épaules. Pour cela, il semble méconnaissable. Les cheveux en arrière, vraisemblablement teints en noir foncé, il a perdu de son assurance, paraît presque maladif, en tout cas fiévreux et déterminé. Ce qu'il fait dans le film le classe illico parmi les grands comédiens.

Grands comédiens qui sont nombreux à lui donner la réplique, à commencer par Hans Peter Cloos et August Diehl, mémorable dans "Inglorious Besterds" de Tarantino. Harari, excellent directeur d'acteurs, a aussi eu la bonne idée de retrouver l'excellente Raphaële Godin vue chez Mocky et Brisseau et que le cinéma français ferait bien d’utiliser davantage.

Chaque rôle est écrit : on oubliera pas l'apaisante présence de Raghanut Manet ni le destin tragique de Guillaume Verdier et la haute figure héroïque d'Abdel Hafed Benotman.

Film dense, riche, généreux, "Diamant noir" d'Arthur Harari, petit-fils du grand Clément Harari à qui il rend un joli hommage en se servant de son portrait pour en faire le fondateur de la dynastie Ullmann, est une œuvre marquante.

Il ne faut pas passer à côté. Ceux qui avaient vu les courts métrages d'Arthur Harari auront confirmation qu'un cinéaste a pris son envol avec ce long métrage.

On attend désormais de lui qu'il s'épanouisse sans se soucier de la hargne jalouse d'un Desplechin qui a dit lors des "Premiers plans d'Angers" "haïr" ce film, ce qui est plus qu'un bon signe. Désolé, Arnaud, on aime ce film, on l'aime énormément...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 septembre 2018 : Autumn Sweater

Après le plan canicule estival, va-t-il falloir prévoir un plan innondation ? En tout les cas, la météo (tout du moins parisienne) a voulu nous faire savoir que l'on entrait dans l'automne. Qu'à cela ne tienne cette saison est riche en sorties de tout bord tant au niveau des disques, que des films, des livres, des expos et la reprise de la saison théâtrale. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Crave" de Léonie Pernet
"Double negative" de Low
"Sound of Papapla Vol 1" de Papapla
"Captain Tarthopom, flûtes libres" de Jean Cohen-Solal
"Faits Bleus" de Pauline Drand
"Mésopotamie" de Fantôme
Tour d'horizon du festival Hop Pop Hop #3
"Le bruit dehors" de Goël
"You vicious !" de You, Vicious !
et toujours :
"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Le Père" à la MC à Bobiny
"Mysery" au Théâtre Hébertot
"Love Me Tender" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Qui a peur de Virginia Woolf ?" au Théâtre 14
"Les mots pour le dire" au Théâtre L'Archipel
"Le bateau pour Lipaia" à la Comédie Italienne
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre de la Huchette
"Cabaret Louise" au Théâtre le Funambule-Montmartre
"Callisto et Arcas" au Théâtre des Bouffes du Nord
les reprises :
"L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Los Guardiola - La Commedia del Tango" au Théâtre Essaion
"Elodie Poux - Le Syndrome du Playmobil" à l'Apollo Théâtre
"Apzude !" au Théâtre Trévise
"Guillaume Bats - Hors Cadre!" au Théâtre Apollo
"Les Sourds-Doués - Sur un malentendu" au Théâtre Trévise
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Collections privées - Un voyage des Impressionnistes aux Fauvess" au Musée Amrmottan-Monet
"Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Rafiki" de Wanuri Kahiu
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Dans les bras de Verdun" de Nick Dybek
"Le sillon" de Valérie Manteau
"Rommel" de Benoît Rondeau
"1994" de Adlene Meddi
et toujours :
"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=