Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Diamant noir
Arthur Harari  (Paris)  juin 2016

Réalisé par Arthur Harari. France. Drame. 1h55 (Sortie le 8 juin 2016). Avec Niels Schneider, August Dieh, Hans Peter Cloos, Abdel Hafed Benotman, Raphaële Godin, Raghunath Manet, Jos Verbis et Guillaume Verdier.

Si l'on considère "Diamant noir" d'Arthur Harari comme un film policier, il faudra remonter très loin dans le temps pour trouver une œuvre de pareille qualité dans le cinéma français. On citerait bien "Série Noire (1979) d'Alain Corneau ou le méconnu "Poussière d'ange" (1986) d'Edouard Niermans.

En tout cas, "Diamant noir" navigue très au-dessus de la production courante francophone à la fois par ce qu'il raconte et par sa manière de le raconter.

Pour son premier long métrage, Arthur Harari ne s'est pas perdu dans la trivialité de l'autobiographie mais s'est lancé dans le cinéma de genre, sans doute en y semant beaucoup de petits cailloux d'histoire personnelle.

Car ce qui frappe d'emblée dans son film, c'est le besoin d'amour familial dont souffre son personnage principal, Pier... Pier, le bien-nommé puisque tout son destin tourne autour des pierres précieuses.

Pour construire ce qui va prendre forme de "polar", avec casse minutieux à l'ancienne, Arthur Harari prend des chemins apparemment très détournés faisant référence aux plus grands romanciers.

On pense évidemment à Dickens et à Dumas : Dickens, pour le petit monde des voleurs auquel Pier doit sa survie, avec le beau personnage fort et inquiétant de Rachid, joué par Abdel Hafed Benotman ; Dumas, pour cette vengeance à la Monte-Christo que semble ourdir Pier quand il reprend pied dans la famille Ullmann.

Comme tous les grands films du genre, "Diamant noir" d'Arthur Harari est aussi l'étude presque documentaire d'un milieu, en l'occurrence celui des diamantaires et plus précisément des tailleurs de diamant d'Anvers. Une étude qui porte en elle le ferment du récit, car Pier, fasciné, envoûté, apprend le métier, celui de son père, et celui qui est responsable de tous ses malheurs...

Cette dimension familiale enserre l'histoire de ses nœuds coulants fatidiques, d'autant plus que Pier élevé par un truand arabe découvre sa judaïté. Pour ce presque encore enfant longtemps laissé à lui-même, retrouver une identité, une identité au surplus rejetée par son propre père, ce n'est pas source d'apaisement mais d'une nouvelle angoisse.

Alors qu'il fait son trou dans la famille Ullmann, au point d'être en passe d'en devenir le chef, le voilà pris dans les inextricables méandres d'une vengeance qu'il ne veut plus accomplir, d'une fidélité ancienne qui n'a plus de sens...

"Diamant noir" d'Arthur Harari est une œuvre d'une belle complexité où s'entremêle énormément d'éléments contradictoires. Les pistes explorées ne mènent pas forcément là où on croyait et le film ne s'achèvera pas comme son déroulé logique le laissait supposer.

Pour parvenir à cette alchimie mystérieuse, Arthur Harari a choisi des acteurs formidables qu'il a su transcender. Ce qu'il obtient, par exemple, de Nils Schneider est extraordinaire.

Ce jeune homme, jusqu'alors plus "photo de mode" qu'acteur de cinéma, porte le film sur ses épaules. Pour cela, il semble méconnaissable. Les cheveux en arrière, vraisemblablement teints en noir foncé, il a perdu de son assurance, paraît presque maladif, en tout cas fiévreux et déterminé. Ce qu'il fait dans le film le classe illico parmi les grands comédiens.

Grands comédiens qui sont nombreux à lui donner la réplique, à commencer par Hans Peter Cloos et August Diehl, mémorable dans "Inglorious Besterds" de Tarantino. Harari, excellent directeur d'acteurs, a aussi eu la bonne idée de retrouver l'excellente Raphaële Godin vue chez Mocky et Brisseau et que le cinéma français ferait bien d’utiliser davantage.

Chaque rôle est écrit : on oubliera pas l'apaisante présence de Raghanut Manet ni le destin tragique de Guillaume Verdier et la haute figure héroïque d'Abdel Hafed Benotman.

Film dense, riche, généreux, "Diamant noir" d'Arthur Harari, petit-fils du grand Clément Harari à qui il rend un joli hommage en se servant de son portrait pour en faire le fondateur de la dynastie Ullmann, est une œuvre marquante.

Il ne faut pas passer à côté. Ceux qui avaient vu les courts métrages d'Arthur Harari auront confirmation qu'un cinéaste a pris son envol avec ce long métrage.

On attend désormais de lui qu'il s'épanouisse sans se soucier de la hargne jalouse d'un Desplechin qui a dit lors des "Premiers plans d'Angers" "haïr" ce film, ce qui est plus qu'un bon signe. Désolé, Arnaud, on aime ce film, on l'aime énormément...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=