Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lupe Velez
Interview  (Paris)  mai 2005

Lupe Velez, comédienne et peintre, est à l'affiche du Théâtre Dejazet avec "Attention peinture fraîche" une pièce qu'elle a écrit sur la vie de Frida Kahlo, projet qu'elle a tenu à bout de bras de la conception à l'interprétation.

Jean Bouquin, le directeur du Théâtre Dejazet lui a fait confiance et c'est dans le superbe appartement situé au dessus du théâtre, qui fût celui de Charles X, et qu'il a entièrement réhabilité, que nous avons rencontré Lupe Velez tout juste sortant de scène.

Parlez-nous un peu de vous.

Lupe Velez : Je m'appelle Lupe Velez. Je suis comédienne, auteur et peintre également. Je ne suis pas connue. J'ai écrit cette pièce sur Frida Kahlo qui est mon plus grand projet. J'ai consacré 3 ans à ce projet.

Comment est née l'idée de ce spectacle?

Lupe Velez : Je connaissais un peu Frida Khalo, comme tout le monde. En regardant ses tableaux lors d'une exposition qui lui était consacrée, je me suis aperçu que, notamment ses autoportraits recelaient beaucoup de choses. J'ai voulu en savoir plus, aller dans les détails pour comprendre la femme qui était derrière. J'ai fait beaucoup de recherches, lu des biographies, puis je me suis intéressée à ses correspondances et plus particulièrement à son journal intime, et à toutes les personnes qui l'ont côtoyée.

Et dès le départ, cet intérêt avait pour finalité l'écriture d'un spectacle?

Lupe Velez : Non, au début, il s'agissait d'une curiosité et d'un intérêt personnel. Et puis très rapidement c'est devenu une nécessité de m'investir dans ce genre de personnage. Et je me suis dit que j'allais écrire une pièce sur Frida Kahlo. L'aventure a commencé ainsi.

Vous le racontez très simplement mais je suppose que cela recouvre un énorme travail ?

Lupe Velez : Oui. J'ai travaillé à partir de nombreux documents tels que sa correspondance et son journal mais sans vouloir faire un récit chronologique de la naissance à la mort. J'ai préféré casser ce schéma linéaire pour être davantage dans le surréalisme pourrait-on dire. Dans ce travail d'écriture, j'ai voulu m'inspirer au maximum de Frida Khalo, de sa réalité, de sa manière de penser, dans ses ruptures de pensée également. Et puis, il faut arriver sur le texte, comme sur un personnage d'ailleurs, vierge de toutes ses connaissances. Je voulais faire un spectacle tout public pour faire découvrir un personnage. Ce qui implique un gros travail d'écriture. D'autant qu'il s'agit d'un monologue.

Quel aspect de sa personnalité ou de sa vie vous a le plus intéressé ?

Lupe Velez : C'est la femme incontestablement. Son destin, ce qui lui est arrivé, sa façon d'exorciser le mal par la peinture, les combats qu'elle a menés avec ou sans Diego Rivera, son engagement et son caractère m'ont fasciné. Elle fait partie des femmes, comme Virginie Dejazet, qui a contribué à l'existence et à la survie du Théâtre Dejazet où je joue, qui se battent toute leur vie pour une cause.

Ce qui a retenu votre attention c'est le ait qu'elles aient marqué leur époque ?

Lupe Velez : Je dirai que c'est beaucoup plus quotidien. C'est une valeur d'exemple. C'est défier la lâcheté, aller toujours de l'avant toujours plus loin malgré les difficultés. Peu importe le chemin pris dès lors qu'on sent que c'est le bon. Ainsi Frida Kahlo a fait le choix de la peinture, qui lui a donné de la force pour combattre.

Et votre moteur personnel ? Votre combat ?

Lupe Velez : Je pense que j'ai un moteur qui est très puissant. Je ne recherche pas la ressemblance avec quelqu'un d'autre. Je cherche l'identification quand je travaille le personnage mais je suis Lupe Velez. S'il y a des ressemblances , elles se situent peut être au niveau du caractère. Je suis une personne très combative et je ne baisse jamais les bras. Je me bats pour ce projet depuis 3 ans et il n'a pas suffi d'un claquement de doigts. J'ai rencontré 2 metteurs en scène avant de travailler avec Tatem.

Comment cela s'est-il passé avec Tatem et quelle est votre contribution à la mise en scène?

Lupe Velez : Ça s'est très bien passé. C'est une vraie symbiose. Il m'a beaucoup écoutée et j'ai également "lâché le bébé". Je lui avais soumis mes idées et nous en avons longuement parlé. Nous avons travaillé, composé ensemble ce spectacle. Et je suis très heureuse de l'avoir rencontré car il est d'une générosité incroyable. Je croyais même que de telles personnes n'existaient plus. Il est curieux de tout, très attentif, à l'écoute. Il n'a pas ce côté dictatorial du metteur en scène qui sait. Nous nous sommes nourris mutuellement. Moi, avec ma "grande" connaissance sur un personnage et lui avec ce qu'il en savait. Il est toujours très juste dans sa manière de mener le comédien. Et cela n'a pas de prix!

Monter un tel projet sur Paris doit être difficile d'autant que le public privilégie souvent les spectacles de divertissement ?

Lupe Velez : Oui. J'avais déjà présenté des pièces à Jean Bouquin, le directeur du Théâtre Dejazet et nous avions des relations très cordiales et amicales. Il m'a donné son accord pour cette pièce car il connaissait mon travail et m'a fait confiance en tant que comédienne.

Jean Bouquin a d'ailleurs écrit un article très élogieux à votre égard.

Lupe Velez : Oui, j'avais la larme à l'œil. Je suis très touchée. Et j'ai beaucoup d'admiration pour cet homme qui se bat pour ce théâtre qui a une âme incroyable et l'a sauvé de la destruction. On en revient toujours à cette combativité qui anime certaines personnes. Je suis très touchée qu'il m'accueille dans son théâtre.

Quelles sont vos attentes maintenant ?

Lupe Velez : J'espère vraiment que ce spectacle va plaire au public. Je ne suis pas connue donc on ne vient pas voir une tête d'affiche. Nous avons beaucoup travaillé avec Tatem et toute l'équipe sur ce projet. Ce fût un travail de longue haleine très enrichissant. J'espère que le public va découvrir le personnage de Frida Kahlo et qu'il va voyager dans une mise en scène un peu surréaliste. C'est vraiment un voyage à travers les tableaux de Frida Kahlo.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du spectacle Attenton peinture fraîche

Crédits Photos : Zenoid (plus de photos sur Taste of indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=