Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fraser Anderson
Under the cover of lightness  (Membran)  avril 2016

Une question se pose souvent lors des débats interminables d’amateurs de musique : "on reprend une pinte ?". Bon deux questions se posent souvent : "Est-ce qu’on en reprend une tournée ?" et "Est-ce qu’un chanteur doit faire toujours plus ou moins le même disque, ou au contraire changer de style et oser des expérimentations fussent-elles hasardeuses ?".

Il y a autant d’exemples que de contre-exemples, de l’album électronique de Neil Young, à l’album acoustique de Nirvana, j’en passe et des meilleurs et fatalement des pires. Fraser Anderson semble avoir trouver une bonne solution, une sorte de compromis, la même chose mais en pas pareil, avec des sons, des styles différents dans des ambiances similaires, ou l’inverse.

Si vous ne connaissez pas Fraser Anderson, c’est un écossais chanteur batteur (et même rappeur d’après sa bio officielle) qui, selon la légende, a vendu sa maison pour pouvoir enregistrer un disque, à la voix toute en douceur et retenue comparée parfois à Nick Drake, c’est dire.

Alors que son précèdent disque était dans une veine folk, pop et jazz, il reprend les choses là où il les avait laissées avec un suave "Simple Guidance" d’ouverture, le conseil simple qu’il nous donne est de se laisser aller et d’oublier, ainsi il se permettra de nous emmener loin de sa propre musique. Comme le montre le clip, un plan séquence où l’on suit Fraser déambulant dans la ville, et ses différentes ambiances, l’album va prendre les mêmes cheminements.

Dès le "Beautiful Eyes" que l’on croirait sortie d’un album d’Alpha, la voilà l’ouverture à d’autres horizons qui approchent, l’électronique et les sons synthétique se font discrets mais ils sont bien là, ils seront présents tout du long en touches impressionnistes, allant même jusqu’à oser une chanson toute électronique "Go On Wide (Part 1)" alors que la "Part 2" se fera elle tout en acoustique, comme les deux profils d’un même visage.

Tout comme "With You All" tout en beat et talk over surprendra, "Crying for my Heart" ou "Five Days", s’en prendra directement au cœur et aux émotions. C’est sans surprise que l’on découvre que l’album a été enregistré au studio Real World, il semble comme habité par cette ambiance de "World music" (argh ! Quelle vilaine expression !), c’est-à-dire d’ouverture sur le monde, sur d’autres sonorités. Pourtant subsiste toujours l’incroyable douceur de l’écriture de Fraser, soulignée ici par des chœurs, des cuivres, des cordes.

Voilà donc une réponse, oui on peut s’éloigner de son univers musical, créer quelques surprises sans pour pourtant perdre son style, son élégance. Je crois que c’est un art, de mémoire celui du song writering, et Fraser Anderson nous prouve qu’il le maîtrise parfaitement.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Little Glass Box de Fraser Anderson
L'interview de Fraser Anderson (samedi 28 février 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Fraser Anderson
Le Bandcamp de Fraser Anderson
Le Soundcloud de Fraser Anderson
Le Facebook de Fraser Anderson


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fraser Anderson (30 mars 2015)


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=