Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pascal Blua
Interview  (Par mail)  juin 2016

Pascal Blua est graphiste indépendant, il a notamment travaillé pour The Apartments, Michael Head and The Red Elastic Band, 49 Swimming Pools, Dominique Dalcan, Les Objets, Frère Animal (Florent Marchet et Arnaud Cathrine), Olivier Libaux Uncovered QOTSA, Les Disques du Crépuscule, Microcultures, Violette Records. Comme c’est lui qui a réalisé le très bel artowrk de l’intégrale des objets, nous en avons profité pour lui poser quelques questions, sur lui, et donc sur cette intégrale…

Tu peux nous faire une petite biographie ?

Pascal Blua : Je suis né l’année où les Beatles et les Rolling Stones ont joué pour la première fois à Paris, et pour être tout à fait franc, je crois bien que mes parents n'y ont vu aucun signe. Par contre, ce jour là, ma mère a soigneusement découpé l'horoscope du jour de ma naissance dans le journal "France Soir", qui stipulait (je cite) : "Les enfants nés ce jour aurons des prédispositions pour les arts graphiques". Quelques années plus tard, bercé entre l'écoute des Beatles et des Rolling Stones (chacun de mes frères essayant de me convaincre que "son" groupe était le meilleur), j'ai découvert avec fascination le graphisme avec la pochette de l’album des Sex Pistols.

J'ai alors annoncé fièrement à mes parents que "je voulais faire pareil comme métier". Je dois bien avouer que je ne savais pas trop de quoi je parlais, mais ma mère a sorti de la boîte, où il était précieusement conservé, ce fameux petit bout de journal, en disant fièrement à mon père : "Tu vois, c'était écrit...". France Soir avait donc raison !

Comment en es-tu arrivé à faire l'artwork pour cette intégrale ?

Pascal Blua : En 2013, j'ai réalisé la pochette de l'album Uncovered Queens of The Stone Age pour Olivier Libaux, et depuis cette première rencontre, nous sommes restés en contact.

Lorsque le projet de cette réédition s'est initié, Olivier, sachant que j'étais un fan des Objets, m'a proposé de travailler sur l'artwork. Je ne connaissais pas Jérôme Rousseaux, ni les responsables du label Sony Legacy qui portent le projet. Nous nous sommes rencontrés, on s'est vite aperçu que l'on partageait pas mal de points communs et l'idée de travailler ensemble s'est imposé.

Comment as-tu travaillé dessus ?

Pascal Blua : Pour cette intégrale, j'ai vraiment souhaité ne pas limiter mon travail à une simple remise en forme des pochettes originales. Je voulais proposer un habillage graphique qui permettrait, d'une part, une cohabitation harmonieuse des deux pochettes originales et d'autre part, exprimerait de manière la plus juste possible, ce qui me semble être l'esprit de la musique des Objets : des chansons simples, lumineuses et colorées.

J'aimais aussi beaucoup ce parti pris "ultime" d'appeler cette réédition "L'intégrale des Objets", alors que nous ne n'avions que deux albums et quelques faces B. Après quelques recherches, nous nous sommes aperçu que nous n'avions pas de traces informatiques des artworks originaux. Olivier et Jérôme ont fouillé leurs archives et rassemblé tout ce qu'ils avaient en CDs et en vinyles.

J'ai proposé trois maquettes de pochettes et mon projet préféré, celui qui me semblait le plus représentatif de la musique des Objets, a rassemblé tout le monde… La force, la simplicité et la spontanéité visuelle de la lettre O, en font l'élément central du visuel et l'ensemble de l'artwork se décline naturellement en de multiples variations colorées autour de cette lettre, comme autant de chansons... O comme les Objets, O comme un tout… voici l'intégrale des Objets !

Que représentaient pour toi Les Objets ?

Pascal Blua : Mes souvenirs musicaux de cette époque sont forts. Soudain, alors que nous avions pour beaucoup, les oreilles rivées sur la musique anglaise, apparaissait en France, une scène musicale qui ne se contentait pas de reproduire la musique que nous écoutions, mais qui apportait un souffle nouveau sur la pop française. Je pense, entre autres, à des artistes comme Dominique A, Chelsea, Les Objets, Dominique Dalcan, Les Little Rabbits…

Nous avons repris sur la pochette de cette intégrale un article d'Emmanuel Tellier, paru dans les Inrockuptibles en Juin 1991 pour la sortie de l'album La Normalité. Il exprime parfaitement l'état d'esprit dans lequel j'étais vis-à-vis de la musique des Objets à cette époque.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Olivier Libaux - Les Objets (juin 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Pascal Blua
Le Facebook de Pascal Blua


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=