Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
AA - N U I T - Brian Jonestown Massacre - Feu! Chatterton - Nekfeu - Beck - Ghinzu - Chemical Brothers - The Shoes - Rone  (Hérouville St-Clair, Normandie)  du 30 juin au 3 juillet 2016

Après un jeudi soir consacré aux Insus, qui a coûté en cachet la bagatelle de 350.000 euros à l'organisation du festival, mais réuni 28.000 personnes sur le site, la huitième édition du festival de Beauregard peut véritablement commencer.

Ce sont aux agenais d'AA (à ne pas confondre avec les norvégiens de A-Ha), soutenus par le festival Garorock que revient l'honneur d'ouvrir ces trois jours à Beauregard. Leur pop portée par une rythmique froide et inspirée new wave des années 80 montre que des groupes français continuent à évoluer de belle manière un peu à l'écart des circuits traditionnels. Formés en 2004, AA a travaillé les atmosphères et les mélodies. Leurs boîtes à rythme vintage donnent une touche bien agréable à cette prestation qu'on eut souhaitée plus longue afin de pouvoir les voir plutôt que les entendre uniquement, le temps de faire valider l'accréditation. En même temps, on ne regrette pas de régler quelques aspects administratifs à l'abri avec l'organisation du festival alors que d'énormes averses refroidissent les festivaliers pendant ce premier concert.

On arrive donc devant la grande scène pour assister au concert des havrais de N U I T en une ascension electro cold wave. Passée la première impression étrange de voir ce groupe en plein jour, on découvre des cousins de Grand Blanc qui mâtinent leur électro pop de phrasé rap et de décharges élecriques de guitares. Soutenus par le festival Beauregard, en régionaux de l'étape, N U I T joue devant quelques fans qui ont fait le déplacement aussi pour le groupe. Vraie découverte, malgré encore quelques belles averses.

Emmené par Anton Newcombe, le Brian Jonestown Massacre se présente en grande formation : trois guitaristes, un bassiste, un batteur, un clavier et un joueur de tambourin. Lunettes agréées sécurité sociale et colliers de pacotille obligatoires pour un Anton Newcombe tout de blanc vêtu. Le nouvel album Revelation est cool. Le groupe aussi. La morphine semble bonne en Normandie. Belle prestation. Anton Newcombe revient même seul, à l'issue du concert, remercier les premiers rangs.

Décalage brutal après le rock psyché des Brian Jonestown Massacre, Feu! Chatterton monte sur la grande scène. Après un EP accrocheur et surprenant, suivi d'un album décevant, leur dernier titre en rotation sur Inter ressemble à s'y méprendre à du Alain Barrière. Il est vrai qu'avec la préparation des tournées holographiques de Claude François, Dalida et Sacha Distel, Alain Barrière pourrait retrouver tout son lustre d'antan. C'est en tout cas ce que semble appeler Feu! Chatterton de ses vœux, même si c'est "J'aime regarder les filles" de Patrick Coutin qu'ils reprennent. Soudain, un problème de son de façade prive les festivaliers de musique. Problème heureusement vite résolu. Le concert du groupe me donne envie d'aller voir ailleurs si j'y suis, et en effet, je m'y retrouve.

Nekfeu. Comment dire ? Devant cette question difficile, je reste coi et pars explorer le site. Malgré le terrain lourd, et les spectateurs massés à l'abri sous les tentes, on apprécie toujours autant la propreté du lieu, l'investissement des bénévoles, le bar à vin et le stand d'huîtres. Retour pour la fin de la prestation du rappeur, un concert qui a eu l'heur de satisfaire les plus jeunes festivaliers.

Grand retour de Beck. J'avoue, j'ai un peu abandonné le californien depuis Guero en 2005. Je n'ai même pas écouté Morning Phase en 2014, pourtant album de l'année pour Mojo et vainqueur des Grammy Awards. Sur scène, le californien commence son concert par "Devil's Haircut". En arrière de scène des chiffres défilent sur des écrans géants. Le son est énorme, et le plaisir de Beck et du groupe évident. Puis ce sera une alternance de morceaux récents et de tubes anciens. Habillé de jeans noirs, d'un perfecto et d'un chapeau de cowboy, il danse, fait le show sur "Loser" ou "New Pollution". Avant "Sexlaws", il s'adresse aux spectateurs en leur disant qu'il est heureux de les voir le vendredi lorsqu'ils paraissent encore frais car ils seront bien sales le dimanche. Pour l'ultime morceau du show, "Where's at", il revient habillé d'une veste blanche immaculée. Lors de la présentation des musiciens, ceux-ci alternent des extraits de reprises de Kraftwerk, de Gloria Gaynor ou Bowie. Le show de Beck fut sans conteste des grands sommets de cette première journée.

Avec Ghinzu, on sait qu'il ne peut y avoir que de bonnes surprises. Ce sera un grand concert, ou un concert énorme. Toujours tranchants, quelques morceaux plus calmes se glissent dans la setlist. Le quintet rock bruxellois emmené par John Stargasm livre une prestation éclatante. Que ce soit "Out of Control" ou "Mirror Mirror", les titres sont diablement efficaces et les basses poussées au maximum. La foule suit. Ghinzu su scène, c'est la puissance d'un tremblement de terre et une énorme puissance de feu. Grande prestation de Ghinzu, sombres, hargneux et rock comme on les aime.

Sur la grande scène, dans l'ombre et derrière un écran de fumée, les Chemical Brothers enflamment les premiers rangs. A l'arrière, l'ambiance est plus calme. Après un "Hey Boys! Hey Girls!" très proche de l'album, leur remix de "Temptation" de New Order met tout le monde d'accord. En clôture, "Block Rockin' Beat", même après vingt ans, demeure plus qu'efficace pour réchauffer le public. Gros son, basses énormes, mais lightshow néanmoins un peu timide.

Pour The Shoes, au regard de la triste prestation de l'année dernière au Fnac Live, je traîne les pieds pour me rendre vers la petite scène. Ambiance techno rock pour foire à la saucisse. Leur reprise de "A Forest" de Cure est aussi élégante qu'une trace de pneu dans le fond du slip de Robert Smith et une insulte pour les oreilles. La présence d'une vraie batterie et de véritables percus n'amènent aucun supplément d'âme. L'habillage réalisé à partir de gif animés renforce l'impression d'avoir affaire à des Patrick Sébastien de la techno. Je préfère encore perdre mon temps devant la grande scène en attendant Rone plutôt que continuer à subir ce triste spectacle destiné, semble-t-il, aux seuls festivaliers qui ont décidé de combattre l'humidité et le froid à grand renfort d'alcool.

Derrière sa table, profilée comme un vaisseau spatial, Rone emmène en voyage sonore les derniers festivaliers. L'accompagnement visuel est élégant. Au fur et à mesure que le set progresse, les beats se font plus lourds et les décibels plus nombreuses. Avec Rone, la première journée de Beauregard se termine de manière classieuse.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Samedi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Dimanche
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Trans 2005 (Vendredi)
Brian Jonestown Massacre en concert à La Coopérative de Mai (7 juin 2006)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Brian Jonestown Massacre en concert à l'Elysée Montmartre (28 octobre 2006)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Brian Jonestown Massacre en concert à Aéronef (mercredi 28 avril 2010)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - jeudi 25 août
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
Feu! Chatterton en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
Feu! Chatterton en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - mercredi 20 juillet
Nekfeu en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Nekfeu en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - vendredi 26 août
Nekfeu en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Samedi 7 juillet
La chronique de l'album One Foot in the Grave de Beck
La chronique de l'album Colors de Beck
Beck en concert au Grand Rex (22 avril 2003)
Beck en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
La chronique de l'album Blow de Ghinzu
La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)
Chemical Brothers en concert au Festival Rock en Seine 2004
Chemical Brothers en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Chemical Brothers en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche
Chemical Brothers en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015)
La chronique de l'album Crack My Bones de The Shoes
The Shoes parmi une sélection de singles (mars 2012)
The Shoes en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
The Shoes en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - vendredi 21 août
La chronique de l'album Tohu Bohu de Rone
Rone en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - samedi 22 août
Rone en concert au Festival Marsatac #17 (édition 2015)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Beauregard
Le Facebook du Festival Beauregard

Photos crédits : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Maud Lübeck (4 octobre 2012)
Verone (26 octobre 2013)
Verone (07 juin 2010)


# 9 juin 2019 : Bientôt l'été

On approche de l'été à grands pas, comme toujours pas d'interruption des programmes sur Froggy's Delight. Alors continuez de venir profiter de nos sélections culturelles chaque semaine avec leurs doses de festivals, de spectacles, de livres pour la plage et de musique à écouter partout !

Du côté de la musique :

"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats
et toujours :
"Walter & Lavergne" de Walter & Lavergne
"Solstice EP" de Alma Forrer
"L'hiver des poètes" de Marianne Feder
"Le ventre et l'estomac" de Nicolas Paugam
"Ok Ok !" de Oui Oui Oui
"Chopin : 4 ballades Polonaises, Valses, Nocturnes" de Jean Paul Gasparian
"Omoiyari" de Kishi Bashi
"Moan EP" de Laura Clauzel
"Toutes choses visibles EP" de Malade[s]
"No problem" de Tristan Mélia Trio
Petit tour au festival RUSH de Rouen
Présentation du festival La Magnifique Society de Reims

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Bigre" au Théâtre du Rond-Point
"Retours - Le père de l'enfant de la mère" au Théâtre du Rond-Point
"Le Testament de tante Caroline" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Petit éloge de la nuit" à La Scala
"A ma place, vous Ferrier quoi ?" au Théâtre de l'Atelier
des reprises :
"Folie" au Théâtre Hébertot
"La petite fille de Monsieur Linh" au Théâtre Le Lucernaire
"Speakeasy" au Palais des Glaces
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

"L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour : "Thomas Schütte - Trois Actes" à la Monnaie de Paris

Cinéma :

le film de la semaine :
"Van Gogh et le Japon" de David Bickerstaff
et la chronique des sorties de mai

Lecture avec :

"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin
et toujours :
"La vie dont nous rêvions" de Michelle Sacks
"Le chant de l'assassin" de R.J. Ellory
"Le chef du contre espionnage nazi parle" de Walter Schellenberg
"London nocturne" de Cathi Unsworth
"Par delà nos corps" de Bérengère Cournut

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC
"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=