Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
Grand Parc - Grand Blanc - Jeanne Added - Jain - Lou Doillon - Beirut - PJ Harvey - Louise Attaque - Jurassic 5  (Hérouville St-Clair, Normandie)  du 30 juin au 3 juillet 2016

Quelques difficultés liées à l'informatique m'obligent à arriver tardivement sur le site. Je reste un peu à l'écart pour assister à la seconde partie du concert de Grand Parc, afin de ne pas sacrifier mon matériel photographique. Car le duo caennais, accompagné de deux autres musiciens, offre son spectacle sous une pluie battante. Leur rock pop psychédélique a réussi à scotcher les premiers festivaliers devant la grande scène. Il est agréable de se laisser porter dans les méandres mélodiques du groupe. Dans des conditions difficiles, ils remercient le public pour leur courage à affronter les éléments.

Grand Blanc est à classer entre Lescop, Bagarre, Crystal Fighters et les groupes réédités par le label Infrastition. Dès le premier morceau, "Degré Zéro", le public se masse sous la pluie, puis devient de plus en plus nombreux. Les basses sont mises en avant. Grosse prestation qui se termine par "Samedi La Nuit".

Jeanne Added a, en festival, un public plus mélangé et moins communautariste qu'à Paris. L'album, plutôt mal équilibré, trouve plus de cohérence en live. Le public découvre et commence à danser. Moins accaparée par ses instruments qu'auparavant depuis que Narumi Hérisson de Tristesse Contemporaine l'accompagne sur scène, Jeanne Added va chercher le public, se rapproche du devant de la scène, saute sur place. La pluie, qui s'est enfin arrêtée, entraîne néanmoins quelques problèmes électriques et des grésillements en son de façade. Professionnel, le résultat ne me fait cependant pas vibrer.

La bonne surprise de ce dimanche vient de Jain. Seule en scène, la jeune femme qui n'a qu'un album au compteur, entre reggae, électro et hip-hop, met le feu au festival. Peu d'effets de manche, juste une présence, des mélodies accrocheuses, de la bonne humeur et beaucoup de professionnalisme. Son style n'est pas ce qui me fait vibrer, mais le talent de la jeune femme est indéniable.

On laisse Lou Doillon miauler sur la grande scène et on revient pour Beirut. On avait aimé Gulag Orkestar sorti en 2006. Zach Condon revient avec un quatrième album, No No No, en 2015. Par contre, sur scène, le projet semble avoir peu évolué. La surprise n'est plus là. On continue à apprécier, à passer un bon moment, mais il manque une touche de nouveauté, peut-être dans les arrangements pour que Beirut nous embarque vraiment.

La vraie déception vient de PJ Harvey. Les critiques sur son récent concert à We Love Green était dithyrambiques. A Beauregard, tout semble sage et attendu. La voix est là, les huit musiciens qui l'accompagnent, dont les indeboulonnables Mick Harvey et John Parish, sont en ordre, l'ensemble est élégant mais la sauce ne prend pas. Est-ce la faute de l'horaire, ou du public, qui pourtant connait le nouvel album ? Deux fans, Laura qui a vu le concert parisien et François qui a assisté à la prestation à Glastonbury, l'expliquent que ce n'est pas le même, qu'elle est peut-être fatiguée ou que l'enjeu n'est pas le même pour elle. Peu importe, au final, PJ Harvey a, malgré la mise en scène et les costumes, donné une prestation qui a fait pschitt.

Louise Attaque a dans son escarcelle des hits et des tubes à n'en plus finir, même si tout le monde s'accorde à dire que l'album de leur retour est clairement dispensable. Le devant de la petite scène est noir de monde et il est difficile d'approcher. Alors que Gaëtan Roussel nous avait agréablement surpris à Beauregard en 2011, il semble moins à l'aise lors de cette huitième édition. D'ailleurs, sa voix est encore plus éraillée qu'à l'habitude. Les interprétations des morceaux sont scolaires. Même si le public est heureux d'entendre les hymnes qu'il connaît, mais, comme auparavant avec PJ Harvey, le concert ne tient pas ses promesses.

Heureusement, Jurassic 5 vient clôturer le festival. Même si, pour des raisons techniques, le concert commence avec une demi-heure de retard, ceux qui sont partis ont eu tort. En milieu de scène, une platine géante sert à faire des scratchs. Les quatre rappeurs et les deux DJ's s'en donnent à coeur joie. Sur un sample de "Another one bites the dust" de Queen, ils esquissent même quelques pas de danse à la manière d'un boys band. Jurassic 5, dinosaures du rap US, a donc offert un des concerts les plus ludiques de cette édition 2016 de Beauregard.

Malgré les conditions difficiles, Beauregard a accueilli sur quatre jours 88.000 spectateurs, établissant ainsi son record d'affluence. On remercie cette année encore l'organisation pour son accueil et les conditions de travail qui nous sont offertes. Et on félicite encore une fois les bénévoles pour leur travail.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Beauregard
Le Facebook du Festival Beauregard

Photos crédits : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=