Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christine Ott
Only Silence Remains  (Gizeh Records / La Baleine)  juin 2016

Christine Ott est principalement connue comme ondiste. Joueuse d’ondes Martenot. Je ne vais pas parler longuement de ces ondes, vous trouverez plein d’infos aux quatre coins du web. Si vous ne voulez pas chercher, l’essentiel est de savoir que c’est un instrument de musique électronique inventé par Monsieur Martenot et présenté pour la première fois en 1928. Il est, avec le thérémine, un des ancêtres de nos synthétiseurs et on le retrouve aussi bien chez Honegger que chez Gorillaz.

Mais pour revenir à Christine, c’est plus probablement avec Yann Tiersen ou Radiohead que vous l’avez peut-être déjà entendue sans le savoir. Elle publie donc son deuxième album après sept ans d’un silence consacré à jouer ou composer pour de nombreux projets (cinéma, spectacles…), un silence bien relatif finalement. Only Silence Remains.

Play >

Dès la pochette on attendait la beauté, on aura donc les étoiles pour commencer. Ondes Martenot, samples, piano, la délicatesse de Christine Ott touche, immédiatement. Sa musique dessine des paysages oniriques dans lesquels on se perd avec bonheur. J’en viens rapidement à oublier ce que je voulais faire de ma journée tant je suis suspendu entre deux temps. L’un fantasmé me laisse voler, taper d’un pied sur le sol pour faire un bon gigantesque et ne plus redescendre ; passer au-dessus des arbres, faire attention à ne pas se faire voir des passants qui ne comprendraient pas pourquoi cet homme vole, puis se faire rattraper par un piano qui cours, qui chevauche plus vite que le vent. L’autre, réel, fait appel à mes souvenirs ou à ceux de notre mémoire collective, il se fait plus concret sans pour autant me mettre du plomb dans les semelles.

Parfois les images se font si fortes que je me vois enfant, devant un vieux poste en noir et blanc, admirant l’exploit des premiers hommes foulant le sol lunaire. Vraiment, la seule limite à cette musique est celle de mon imagination, et encore, même elle semble s’éloigner au fur et à mesure que les morceaux passent. Le bruit des touches de l’harmonium indien me ramène à la réalité de la musique. Cet instrument au son proche de l’accordéon et pourtant si différent, laisse de nouveau place au piano, cristallin, puis rythmé, emballé par des folles percussions, chaos qui redevient ordre.

La tempête et le désastre qui viennent conclure cet album ne nous laissent pas sur une note sombre, comme si du chaos, comme du silence, pouvait jaillir la lumière. Plus d’être humains, seulement le silence de la mort. Les conséquences de la folie de l’homme, sans retour possible. Mais le ciel rempli d’étoiles. Ouvrez les yeux*. Ouvrez les oreilles, semble nous dire le piano qui ramène la vie.

[] Stop

Fin du voyage, tout le monde descend. Je ne saurais vous dire sur quelle planète nous avons atterri. La musique de Christine Ott nous emporte et si, à la fin, seul reste le silence, il garde en lui la beauté, la poésie de ce disque.

* ces quatre phrases sont une traduction libre et partielle du texte récité dans "Disaster".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Solitude Nomade de Christine Ott

En savoir plus :
Le site officiel de Christine Ott
Le Bandcamp de Christine Ott
Le Soundcloud de Christine Ott
Le Facebook de Christine Ott


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=