Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce AS Dragon
Interview  (Paris)  19 mai 2005

AS DRAGON : Natacha/ Michael

FD : Delenda (Thierry G.)

Radio Aligre 40 rue de montreuil jeudi 19 mai 19h00

Je voulais d'abord vous féliciter pour ce nouvel album, qui est étonnant..

Michael : Ah oui ? Inattendu ?

Inattendu, oui, et peut-être aussi un peu un suicide commercialement pour être un peu taquin.

M : ( Se marre )

Je fais des tests avec les gens qui passent à la maison, et beaucoup de personnes ne passent pas le coté "son brut".

Michael : Tu parles d'un problème commercial au niveau du son, ou au niveau du contenu ?

Du son. Je pense qu'il peut fermer la porte à des gens qui seraient peut-être réceptifs, mais qui ont une oreille maintenant un peu trop conditionnée aux formats sonores des productions actuelles, à l'espèce de couche de vernis que tu peux mettre sur le son, pour arriver à passer le stade de la première écoute, à rentrer dedans.

Michael : Cela dit ce disque est plus audible que le premier quand même.

Pas de la même façon non ? A titre personnel je suis impressionné par le niveau de jeu général. C'est très bien joué et en plus il y a une prise de risque dans la recherche des notes, et ça tranche assez fortement là aussi avec la production française à laquelle on est habitué. Je suis également impressionné par la façon dont la voix et les textes ont su trouver leur place dans l'ensemble. Autreélément frappant, la guitare qui est beaucoup plus présente. Je ressens dans ce disque une intensité très forte, sans artifices de productions. C'est réjouissant. Un vrai disque de rock ?

Michael : Oui je suis d'accord, mais on entend des choses différentes. Tu nous parles de la guitare mais il y a des gens qui nous disent que c'est un disque de synthés !

? ?

Michael : Moi je ne trouve pas

Moi non plus.

Natacha : C'est vrai qu'il y des très beaux sons de guitare.

Oui Le couple guitare-voix fonctionne vraiment bien. Le coté disque synthé je ne vois pas bien ?

Michael : Dans la composition peut-être. Il y a un petit coté synthétique qui fait que…

Ah oui, mais on est dans une grosse référence 77-81 dans ce disque.

Michael : Voilà ! C'est exactement ça.

D'ailleurs juste pour vérifier, il y une "reprise" très fine de la chanson "La Folie" des Stranglers, ou j'ai rêvé ? Un hommage ? Pas les mêmes notes, mais les mêmes sonorités, la même ambiance.

Michael : Oui c'est vrai ! Bravo. On s'est complètement inspiré de ce morceau pour les "Naufragés".

Pour en revenir au coté synthé, c'est peut-être lié au parfum Laurent Sinclair, Taxi Girl de certains morceaux, et le son général , même au niveaux guitares qui fait très début 80 ?

Michael : Oui ça doit jouer

Pour en revenir à la voix, l'intégration est vraiment très réussie. En plus elle permet de densifier le jeu des références, elle amène un coté Françoise Hardy, un peu twist , qu'on peut sentir dans le jeu de batterie également.. Tout très au second degré ?

Michael et Natacha : (sourire). Oui oui c'est vrai. Même si la batterie est traitée plus "80ies".

C'est pour ça que je trouve qu'il y a une rupture assez sensible avec la production française qui peut arriver à mes oreilles.

Michael : Oui ça ressemble à rien du tout. Il y a un son très "brut de décoffrage", alors que pourtant il y a un côté lisse aussi, c'est très bizarre.

Lisse ? La voix et les mélodies amènent un coté pop ?

Michael : Non, dans le son.

Par rapport aux Libertines alors ?

Michael : (sourire) Par rapport à ce qui se fait aujourd'hui. Exactement on aurait pu être "lisse" en 79, mais par rapport à aujourd'hui on est plutôt rugueux. On est difficiles à écouter par rapport aux productions actuelles qui sont très "vernies", comme tu disais. C'est vrai qu'il y a une prise de risques.

Vous avez eu quels échos dessus ?

Natacha : Pour l'instant ça commence doucement. Dans la presse c'est plutôt positif. Après il y a des gens qui sont surpris. Ceux qui aimaient la sauvagerie du premier disque semblent un peu déçus. Il leur manque le coté "crade".

Michael : Ils s'y retrouvent quand même.

Natacha : Disons qu'il y a un effet de surprise ! C'est ce qui revient souvent. Au bout de la deuxième ou de la troisième écoute ils commencent à comprendre.

Moi je ne trouve pas ce disque plus "gentil" que le premier. Peut-être au contraire…Les textes c'est toi qui a tout écrit ?

Natacha : J'ai écrit tous les textes sauf 4, 3 sont écrits par Virgine Despentes. Que des filles…. Enfin c'est pas vraiment un univers féminin, c'est plus personnel. Il y a plus de français. Il y a un titre qui sera en 2 versions, il était d'abord en anglais, mais la maison de disque nous a demandé d'en faire une version française , c'est "Comme je suis".

(Intermède : portables, salutations, discussions sur les super photos sur Froggy's Delight, sur Bataille et Fontaine… )

Bon, j'en étais où moi ? Ah oui c'est un très bon album

Natacha et Michael : Oui oui oui.

Les prochains concerts ?

Michael : 23 et 24 mai au Point Ephémère. C'est la présentation de l'album. C'est deux concerts très importants pour nous. Et puis on va faire Solidays, la date doit être sur leur site.

Natacha : On fait l'ouverture de Paris plage le 21 juillet. Et puis plein de dates en province. Toujours pas la Route du Rock, on ne les intéresse pas..

Vous pensez qu'il va vous amener où cet album, par rapport à votre notoriété actuelle ?

Michael : On espère que ça va élargir notre public. On espère qu'on ne va pas perdre les gens qui aimaient le coté un peu "boulet" du premier album, et qu'en plus on va en attirer un autre. Il y a plus de chansons en français, les morceaux sont un peu plus clairs. Je trouve qu'on a vachement progressé.

Je ne le voyais pas en terme de progression, plutôt en terme de choix ?

Natacha : Il y a eu un choix d'espace sur le second. Sur le premier c'était un album de rencontres, donc il n'y avait pas vraiment de choix. Là on a plus réfléchi.

Michael : J'ai vraiment l'impression qu'on a progressé. On a réussi à gommer tout ce qui ne paraissait pas bon.

Natacha : Faut dire qu'au bout d'un an et demi de tournée...

Vous avez choisi un single ?

Natacha : Oui c'est "Comme je suis". Moi j'aurais choisi "Morte".

"Cher tueur"?

Michael : C'est vrai que "Cher tueur" a une chance aussi.

Natacha : Ce qu'il y a de bien, c'est qu'il y en a pour tous les goûts. Chacune des personnes ayant écouté l'album a sa chanson préférée, jamais la même.

Michael : Ca veut dire que c'est un album composé uniquement de singles. En single il fait mettre l'album à la radio, les 38 minutes ! On va s'acheter la baraque après !

Natacha : Pour l'instant on n'y est pas !

Vous vous en sortez financièrement ?

Michael : On s'en sort juste.

Natacha : Parce qu'on fait beaucoup de concerts.

Michael : On consacre tout notre temps au groupe. On s'en sort parce qu'on tourne beaucoup et qu'on est intermittents. Si on n'avait pas ça…on serait mort. On ne vit pas de notre Sacem par exemple.

Vous avez vendu combien d'album du premier disque?

Natacha : 11 000 .

Michael : 1 euro par disque pour le groupe en royalties. 11 000 euros divisés par 5.

Natacha : Sur 3 ans..

.... Bon je vais l'acheter, promis !

Pas la peine de détruire Carthage, elle tombera bien toute seule.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Va chercher la police de AS Dragon
AS Dragon en concert au Festival Schmoul 2004
AS Dragon en concert au Festival RocknSolex 2004
AS Dragon en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
AS Dragon en concert au Festival Festa Dies 2004
AS Dragon en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
AS Dragon en concert au Festival Au Pont du Rock 2005
AS Dragon en concert à l'Elysée Montmartre (Soirée Tricatel) (7 décembre 2005)
L'interview de AS Dragon ( mars 2004)


Delenda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=