Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pyrénées ou le voyage de l'été 1843
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  septembre 2016

Monologue dramatique d'après un récit de Victor Hugo interprété par Julien Rochefort dans une mise en scène de Sylvie Blotnikas.

Il fut un temps où le "Victor Hugo, hélas !" d'André Gide résonnait dans le Landerneau littéraire.

Et pourtant, dès qu'apparaît sur scène Julien Rochefort, dans un costume qui ne le date qu'à cause de la large cravate de soie et de son gilet sous sa veste, et qu'il prononce les premiers mots pour relater son voyage de l'été 1843, la cause est entendue : Hugo est un immense écrivain et pas ce monument d'airain et d'ennui suggéré par le perfide Gide.

Pour voyager, Hugo précise d'emblée qu'il n'a besoin que d'un carnet et d'un peu d'eau fraîche. Que cela ne tienne ! Sur la scène vide, il n'y a qu'un tabouret sur lequel Julien Rochefort va prendre un carnet noir et une petite bouteille d'eau en métal.

Paré pour son périple, le voilà déjà en route dans la malle-poste. Car, et il y fera souvent allusion, ce voyage marque peut-être la fin d'une époque, alors que le chemin de fer entame son développement.

Traversant la France de Paris à Biarritz, Hugo s'installe peu à peu dans ce voyage entre nostalgie et aventure. Allant au gré de sa fantaisie, il est soudain confronté à son passé et retrouve des souvenirs du temps de sa petite jeunesse, quand son père, le général Hugo, combattait en Espagne.

D'abord volubile, les mains agitées comme des moulinets, Julien Rochefort a la belle voix légère, l'oeil bleu pétillant, et, par moments, donne l'impression que Victor Hugo avait quelque chose en lui de Jean d'Ormesson.

Et l'on se dit qu'à 41 ans, Victor Hugo, poète et dramaturge célèbre - au point de voyager sous le nom de "Monsieur Gault" et de se cacher ses traits sous un chapeau - devait bien avoir l'élégance et la superficialité brillante de notre Jean d'O.

Dans "Pyrénées", on découvrira avec étonnement que le futur auteur des "Misérables" anticipait Marcel Proust. Ici, pas question de madeleines ni de pavés pour que reviennent les temps perdus, mais d'une charrette à bœufs espagnole et d'une jeune fille blonde porteuse des premiers émois enfantins d'un apprenti sensuel.

Julien Rochefort emporte tout son auditoire dans ce dernier grand voyage insouciant de Victor Hugo. Ce beau récit à l'écriture joyeuse, qui ne sera publié qu'après la disparition du grand homme, est porteur malgré lui d'un drame tout proche.

On laissera aux nombreux spectateurs qui devraient venir applaudir Julien Rochefort vivre cet instant inattendu où la vie d'Hugo bascule. Parti le cœur léger, sans autre idée que de profiter d'un monde où tout lui sourit, Hugo s'en reviendra dans la gravité.

Il est désormais mûr pour construire une œuvre forte et indestructible, dans laquelle, parfois, résonneront de petits échos des temps heureux où il pouvait noter une réflexion dans son carnet noir en buvant une petite gorgée d'eau...

Cette adaptation de "Pyrénées" par Sylvie Blotkinas, qu'elle gratifie d'une mise en scène à l'épure intelligente, a le mérite de bien faire entendre la prose hugolienne. On n'oubliera pas de si tôt, cette belle heure menée bon train par un Julien Rochefort inspiré par le souffle du poète.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=