Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moi, Corinne Dadat
Espace Montrichard  (Pont-à-Mousson)  août 2016

Spectacle du Collectif Zirlib conçu par Mohamed El Kathib, avec Corinne Dadat, Élodie Guézou et Mohamed El Kathib.

Bien que Corinne Dadat soit une authentique femme de ménage, "Moi, Corinne Dadat" n'est pas une pièce documentaire sur la vie de Corinne Dadat.

Même si ladite Corinne joue son propre rôle, elle est ici insérée dans un dispositif purement théâtral et doit partager la scène avec son metteur en scène, Mohamed El Kathib, et une danseuse-contorsionniste, Elodie Guézou.

A l'origine de ce projet : un hasard objectif. Mohamed El Kathib anime en 2012 à Bourges un atelier et s'étonne que la femme de ménage du lieu ne réponde pas à ses bonjours. Il lui pose directement la question et, avec la gouaille qui est sa marque de fabrique, elle lui rétorque : "Si vous saviez le nombre de fois dans ma vie où j'ai dit bonjour et qu'on ne m'a pas répondu !"

Evidemment, il a tout de suite flairé en elle la "bonne cliente". Avec sa tête blonde à la Christine Bravo, il faut dire qu'elle en impose, Madame Dadat. Forte femme au fort bagout, elle est telle que la présente son metteur en scène mentor et monsieur Loyal, un condensé truculent d'humanité populaire. Pour lui, issu de la diversité et devant payer son ticket d'entrée institutionnel avec un spectacle pas commun, elle est un personnage idéal.

Lecteur de Bourdieu et de Debord, Mohamed El Kathib sait qu'il n'aura pas deux chances comme celle-là, et qu'elle lui donne un atout puissant pour marquer les imaginations. Ce sera d'autant plus réussi, s'il intègre les ambiguïtés qu'il rencontre ou qu'il crée lui-même.

Ainsi, ce petit cachotier ne dira jamais dans le spectacle, où il est pourtant très présent, que sa mère exerçait le même métier que Corinne. Comme on sait par ailleurs qu'elle est mariée à un maghrébin, on perçoit mieux pourquoi Mohamed injecte une espèce d'indulgence filiale dans le portrait de celle qu'il façonne.

Il la démarque par exemple de tout "politiquement incorrect" en précisant qu'elle ne vote pas FN, même si elle ajoute un cinglant "pas encore". Pour brouiller encore plus les cartes, il confronte la femme de ménage à une danseuse. Une danseuse qui n'est pas en tutu, mais doit se plier corps et âme aux volontés du metteur en scène

Dès lors s'enclenche dans "Moi, Corinne Dadat", une espèce de concurrence sociale assez malsaine entre celle qui frotte le parquet et celle qui y use ses muscles et ses articulations. Mohamed El Kathib, par provocation ou par conviction, semble avoir choisi le "vrai" prolétariat contre le "nouveau", celui de l'intermittence.

Et l'on verra deux scènes propices à des discussions sans fin : d'une part, Elodie se servira de son opulente et magnifique chevelure comme serpillière pour étaler sur la scène les produits d'entretien que Corinne a répandu sur le sol ; de l'autre, Corinne balaiera symboliquement Elodie pour l'éjecter de "son" espace, celui où elle a droit à bien plus que les cinq minutes de célébrité réglementaires envisagées par Wharol.

Que souhaite donc dire Mohamed El Kathib, qui, à chaque fois qu'on l'interroge sur ses scènes éprouvantes, répond qu'elles viennent de "propositions" de ses partenaires ? On s'interroge et l'on se dit que "Moi, Corinne Dadat" est un spectacle plein de chausse-trapes, miné par cette question sociale qui n'intéresse plus beaucoup les artistes.

On peut ainsi voir - ce sera le cas de la majorité du public - "Moi, Corinne Dadat" comme un simple personnage charismatique, à l'aise sur scène et faisant partager sa vie aux spectateurs. On peut, également, y voir une vraie critique sociale, posant l'éternelle question de l'impossibilité de reconstituer du travail sur un champ artistique...

Sincère ou pervers, au point par exemple de filmer en vidéo Corinne en discussion avec sa fille alors qu'elle est dans des toilettes prêt de la cuvette des WC, Mohamed El Khatib est dans une démarche vertigineuse.

Qu'arrive-t-il à cette femme prise dans la foule quand il cessera de la faire monter sur scène pour être à la fois elle-même et une construction d'elle-même ? Peut-on être de nouveau anonyme quand on a été "Corinne Dadat" sur scène ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 mai 2017 : Black Hole Sun

Cette semaine nous avons appris le départ prématuré de Chris Cornell, qui ne se souvient pas de ce célèbre titre, "Black Hole Sun". Paix à son âme et à nos jeunes années.
Quoi qu'il en soit le beau temps est enfin là. Soleil, festivals, largement de quoi contenter votre soif de cultures et de loisirs. Pour vous aider, voici notre petite sélection hebdomadaire, de la musique au jeu vidéo en passant par le théâtre, la littérature et le cinéma. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Life is cheap, death is free" de Nadia Tehran
"Tigreville" de Pierre Lebas
"Libre voyage dans les musiques des Balkans" de Quintet Bumbac
"Volcan" de Volin
"Hedonism" de Cakes Da Killa
"A l'ombre du coeur" de Contrebrassens
"Dirt buzz" de Dallas Frasca
"Fast forward" de Federico Casagrande
"Growing old" de Grand March
"A close land and people" de Julien Vinçonneau Quartet
Xiu Xiu, Le Prince Harry et Delacave à Petit Bain
Concert de Erik Arnaud à Petit Bain en intégrale
Bientôt, la deuxième édition du Download Festival
et toujours :
"Rock'n'Roll consciousness" de Thurston Moore, "Slowdive" de Slowdive. Retrouvez également Neil Halstead de Slowdive en interview, "Empire of nights" de BLVL, Jorge P, EP chez Microcultures, "Animal" de Nirman, "Someone is missing" de Payne, "Sympathetic magic" de Peter Von Poehl, "Pinky pinky EP" de Pinky Pinky, "Let me be gone" de Slow Joe & The Ginger Accident, "Take off" de Théo Cormier

Au théâtre :

"Le froid augmente avec la clarté" au Théâtre de la Colline
"Le Songe d'une nuit d'été" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Il Bugiardo" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Flottants" au Théâtre Le Lucernaire
"Français, encore un effort si vous voulez être républicains" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Les Célèbres Amours de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"La guerre au temps de l'amour" au 100ECS
"L'Ombre de Stella" au Théâtre du Rond-Point
"Ajax" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
et la chronique des autres spectacles de mai

Exposition avec :

"Grand Trouble"à la Halle Saint Pierre

Cinéma :

Ciné en bref avec :
"De toutes mes forces" de Chad Chenouga
"Les fantômes d'Ismaël" de Arnaud Desplechin
"Get Out" de Jordan Peele
"Alien : Covenant" de Ridley Scott
Oldies but Goodies avec "Pluie de juillet" de Marlen Khoutsiev dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de mai
et les chroniques des sorties d'avril

Lecture avec :

"J'ai choisi d'être libre" de Henda Ayari
"La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
"La vie sexuelle des soeurs siamoises" de Irvine Welsh
et toujours :
"La vie de Norman" de Stan Silas
"Little girl gone" de Alexandra Burt
"Minuit en mon silence" de Pierre Cendors

Froggeek's Delight :

3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=