Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Faith No More
We Care A Lot  (Koolarrow Records / PIAS)  août 2016

C'est au cours d'un banal rangement de son sous-sol que Bill Gould, bassiste de Faith No More est tombé sur les bandes de leur premier album, We Care A Lot. L'occasion idéale pour re-donner une seconde vie à ce disque sorti en 1985 et documenter les débuts d'un groupe encore balbutiant, en rodage, à qui il manquait à l'époque un de ces membres essentiels : Mike Patton. Il rejoindra Faith No More en 1988 et remplacera celui que l'on peut entendre sur ce premier album : Chuck Mosley.

Pour l'anecdote, le très aimable et intransigeant musicien / producteur Steve Albini s'est fendu d'une chronique assez vacharde au sujet de ce premier jet des Californiens. Certes, on est encore loin des compositions complexes et ambitieuses d'Angel Dust mais cette ré-édition permet de comprendre la génèse de leur direction musicale.

Pour ceux ayant grandi dans les années 90, Faith No More et Jane's Addiction, le groupe de Perry Farrel, instigateur du festival itinérant Lollapalooza, étaient des groupes intrigants et novateurs qui se fichaient pas mal des contraintes imposées par les genres et les modes de l'époque. Ces groupes fédéraient bien plus que le fan de métal Lambda. Les punks y trouvaient leur compte, les fans de musique psychédélique aussi. A l'écoute, il est facile d'identifier ce qui attirait un ado en manque de sensations fortes au début des années 90 : les grosses guitares métal qui tachent. Mais pas que.

Contrairement aux groupes de métal qui cartonnaient au début des années 90, entendez par là les Guns' N 'Roses avec leur omniprésent Use Your Illusion 1&2 et Metallica qui se lançait dans le slow braguette avec son Black Album, un groupe comme Faith No More posait les bases d'un métal protéiforme et avant-gardiste qui convoquait aussi bien Killing Joke, PIL que Blue Oyster Cult. Même si à l'époque certains de ces groupes ne faisaient pas encore partie de nos références, Faith No More jettait des passerelles entre des genres a priori éloignés et peu enclins à se mélanger.

Il convient cependant d'appréhender cet objet pour ce qu'il est : un premier album, le brouillon d'un groupe qui devait quelques années plus tard devenir une grosse machine du rock alternatif américain. Sur les dix titres originaux, il y a des morceaux qui sortent clairement du lot et certains plus anecdotiques. Au final, on ne peut s'empêcher de penser qu'avec We Care A Lot, le groupe tenait au final un tonitruant EP. L'éponyme et tubesque We Care A Lot, ironisant sur les artistes millionaires "engagés" de 1985, pleurant sur le sort de l'Afrique qui crevait la bouche ouverte (Band Aid, USA for Africa), "The Jungle", "Pills for breakfast" et "As The Worm Turns" sont de loin les morceaux les plus efficaces et les plus représentatifs des gimmicks du groupe : riffs métal accrocheurs et synthés épiques. Ré-édition oblige, de nombreux bonus sont disponibles : des mix 2016 de "We Care A Lot", "Pills For Breakfast", "As The Worm Turns" qui mettent en évidence le fossé technologique entre la production musicale en 2016 et 1985. Quatre démos et deux live franchement dispensables raviront les complétistes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sol Invictus de Faith No More
Faith No More en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Faith No More en concert à Sonisphere Festival - France 2012 - 2ème édition

En savoir plus :
Le site officiel de Faith No More
Le Bandcamp de Faith No More
Le Facebook de Faith No More


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=