Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hamilton Leithauser & Rostam Batmanglij
Interview  (Par mail)  septembre 2016

Faute de trouver un trou dans notre agenda de travail, Froggy's étant notre passion, on a interviewé par courrier électronique Hamilton Leithauser et Rostam Batmanglij pour la sortie de leur nouvel album I had a dream that you were mine (sortie le 23 septembre), un album rare et d'une force extraordinaire, coup de cœur de cette rentrée musicale 2016.

Hamilton, nous connaissons ta musique depuis ta collaboration avec Talitres Records à Bordeaux, avec l'incroyable album Everyone who pretended to like me is gone avec ton groupe The Walkmen. Quel chemin parcouru depuis toutes ces années ! Rostam, on te connaît avec Vampire Weekend, comment vous êtes-vous rencontré tous les deux, et qui était à l'origine de votre collaboration ? Vous vous étiez rencontré avant d'enregistrer le premier album d'Hamilton, Black Hours ?

Hamilton Leithauser : J'ai rencontré Rostam en 2008 quand Vampire Weekend ouvrait pour The Walkmen à Atlanta, en Géorgie. Nous avons joué plusieurs concerts ensemble, mais on n'a vraiment eu l'occasion de se connaître 5 ans après, quand il m'a demandé si je voulais essayer de travailler ensemble. Il habitait près de mon quartier à Brooklyn, alors je suis allé le voir à sa maison un jour. Nous avons joué chacun des démos ou des trucs sur lesquels on travaillait, et je lui ai juste demandé si il aimerait essayer de chanter sur de la musique que j'étais en train d'écrire. Ce jour même nous avons commencé ce qui allait devenir le titre "1959" de notre nouvel album.

C'est un album à quatre mains. Pourriez-vous me dire qui amène les idées ? La musique, les paroles, cela sonne différent du premier album LP : moins de musique, de production... Cela sonne comme de l'écriture pure enregistrée live.

Hamilton Leithauser : L'écriture et l'enregistrement ont été faits en même temps. C'est ce qui était si différent et excitant pour moi. Je filais à LA et nous écrivions tous les deux des morceaux dans le studio de Rostam. Nous les enregistrions directement la seconde où ils sortaient. Il y a une tonne de prises de tous les instruments, les voix... C'était tellement spontané, et je pense que nous avons fait un bon boulot de capturer cela sur enregistrement.

Rostam Batmanglij : Pour moi, il n'y a pas de distinction entre l'écriture et le process d'enregistrement. Il n'y a pas de "démo" qui devient un enregistrement final. Il y a souvent une session unique - qui change et évolue - qui est sélectionnée, puis laissée tomber, puis reprise, encore et encore jusqu'à ce qu'elle soit finalisée et sortie en disque.

Pourriez-vous parler de l'influence de chacun : musique, Art, auteurs, voyages ?

Hamilton Leithauser : Pour les musiciens, tous les rockers classiques : Beatles, Rolling Stones, Bob Dylan, Lou Reed... mais des gens de toutes les ères... The Cramps, The Smiths, Bad Brains... Ce sont tous des gens auxquels nous faisons tous les deux référence tout le temps !

En termes d'écrivains, j'aime Kingsley Amis, ELizabeth Bishop, WH Auden, Charles Simic, Anthony Hecht, Robert Graves, Loraine Niedecker, Karl Ove Knausgaard.

Pourquoi ce titre I had a dream that you were mine ? D'où vient-il ? Est-ce que c'est toi qui en a parlé à Rostam ?

Hamilton Leithauser : C'est venu juste après avoir écrit toutes les paroles en une fois. Il se lisait comme une histoire, j'ai pensé que I had a Dream that you were mine pouvait être cette histoire.

Et qui a choisi la photo sur la pochette ? Pourquoi ce choix ?

Hamilton Leithauser : Je l'ai trouvé dans un livre d'Art. Je trouvais que cela convenait parfaitement au titre, et que c'était une superbe photographie.

Rostam Batmanglij : La photo est de Bill Brandt et a été prise en 1955.

Vous écoutez les Everly Brothers, Roy Orbison et d'autres groupes de cette ère comme Charlie Feathers. Est-ce une sorte de nostalgie de cette époque passée ?

Hamilton Leithauser : Ce sont juste des chansons formidables. Ce n'est pas du tout de la nostalgie. Les meilleurs titres survivent à travers les années, et les Everly Brothers en ont écrit un paquet. Comme Roy Orbison. Le simple fait que la qualité d'enregistrement soit datée ne signifie pas que leurs idées soient moins d'actualité qu'il y a soixante ans.

Quand j'ai écouté la chanson "1959" avec Angel Deradoorian, j'étais ébahi. C'est le meilleur titre que j'ai entendu depuis 10 ans, j'ai directement pensé au duo Nancy Sinatra et Lee Hazlewood. Aviez-vous en tête ce titre comme un hommage à ces duos d'antan ? Pouvez-vous nous expliquer le titre "1959" ?

Hamilton Leithauser : Wow, merci, j'adore ce titre aussi. En fait, la chanson entière était écrite et finalisée avec moi qui chantait dessus, mais Angel Deradoorian était à la maison de Rostam, nous l'avons enregistrée en remplaçant une de mes lignes de chant. Cela ajoutait une super dynamique, et a donné beaucoup plus de substance au titre.

Rostam Batmanglij : Au début, le texte disait "One day I'll have to listen". Quand Angel était dans le studio, je lui ai fait chanté "One day I'll stop to listen" - que tu peux interpréter de deux façons complètement différentes. J'adore l'idée d'un duo où les deux personnes chantent pleins de parties différentes dans le titre plutôt que d'être en compétition avec l'autre en chantant en même temps.

Quel genre de vin recommanderiez-vous avec l'écoute de "I had a dream that you were mine" ?

Hamilton Leithauser : Une bonne bouteille, une que l'on sort pour les grandes occasions !

Rostam Batmanglij : Quelque chose de sec.

Est-ce que nous aurons la chance de vous voir en concert en France bientôt ?

Hamilton Leithauser : Oui absolument. Pas de date encore, mais nous serons là, c'est une question de mois.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Hamilton Leithauser
Le Bandcamp de Hamilton Leithauser
Le Soundcloud de Hamilton Leithauser
Le Facebook de Hamilton Leithauser


Cédric Duchamp         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=