Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Padam
Les primitives  (Hélico / L'Autre Distribution)  juin 2016

Cinquième opus du groupe, après 5 longues années sans album qui font lipper un "enfin !" sous de nombreuses moustaches. Padam présente Les primitives, mélange de sons sublimés par le soleil, une joyeuse ratatouille soigneusement pimentée de rayons.

Nader Mekdachi est le principal créateur de ces onze pistes. Il pensait même à un moment solo pendant la composition des titres, mais c’était oublier les z’amis qui pointent le bout de leur guitare en disant "ah, fait voir, et ça c’est chouette non ?" et c’est parti pour de nouvelles collaborations. C’est ainsi que vous retrouverez la pétillante guitare de Karim Arab, la moelleuse contrebasse d’Hervé Jegoussu, le sifflant accordéon de Bastien Charlery, les tressaillantes touches du clavier de Raphaël Thyss et les percutantes de Jessy Adjaoud… Et les autres, invités, chœurs, sourires et dodelinants…

Les premières notes dressent un décor estival, option cocotier et tahitiennes ondulantes, et ce refrain plein de i qui colle à la peau et ne vous lâchera plus pendant une semaine (ou deux), surgissant à l’improviste "ya habibiti inti inti" sous la douche, "ya habibiti inti inti" en voiture, "ya habibiti inti inti" par la fenêtre, "ya habibiti inti inti" dans la nuit ("Habibti").

Et pourtant, l’album est loin d’être superficiel. Entre plages musicales, les mots s’enroulent le long de la voix de Nader, octavée juste là où ça frissonne, là où les notes la subliment, là où l’oreille est attentive. Et les mots dressent des portraits ordinaires de gens singuliers, de ceux qu’on croise, que nous envions parfois, qui nous énervent souvent.

Comme cette fille qui ne se rend même pas compte qu’elle est irrésistible ("Habibti"), moi ça me gonfle, alors que Chaton adore les regarder passer avant que je le pince là où ça pique. Et "Nadine", carriériste dépressive, "pour la forme elle fait de la piscine, contre le blues elle fait le shopping, le week-end un peu de cocaïne, gère la descente au Lexomil".

D’autres titres laissent place à l’interprétation individuelle. Alors que les mots pourraient paraître creux et inutiles au premier abord, ils sont en réalité alignés d’une manière de génie, laissant libre cours à l’interprétation individuelle. Je dirai ainsi que "Mémère" est la faucheuse alors que Pépito est persuadé que ce sont les femmes de sa vie "Laisse-moi un mois, un an, alors, je suis à toi mémère, laisse-moi me consumer encore".

Il y a aussi le branleur narcissique persuadé d’avoir écrit "un truc mielleux et romantique qu’allait m’envier la Céline Dion" ("Une plage en janvier"), et le collectionneur d’accessoires féminins ("Sans dessous dessus"). Il y a les cordes chatouillées, les percussions secouées, les cordes folles et les cordes sages, les assonances délibérées et les harmonies virevoltantes… Un joyeux compagnonnage d’instruments pour installer le chant.

Padam sait s’y prendre pour mélanger les genres : il y a de l’oriental et de la péninsule dans ses lignes, du vieux continent et de la corne dans ses instruments… du djella beurre et de l’aïd à bretelle à droite…. du manouche électrique et de la savate mandole à gauche. Et ça fonctionne ! Les primitives est un levier pour prendre du recul, il irradie l’optimisme et le rassurant "c’est pas grave" de nos petits bobos.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Padam
Le Bandcamp de Padam
Le Soundcloud de Padam
Le Facebook de Padam


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=