Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Art Rock 2005 (Jeudi)
Carte blanche à Olivier Assayas  (Saint Brieuc)  2 juin 2005

Après Christophe Miossec l’an dernier, les organisateurs du festival ont donc décidé de donner carte blanche au réalisateur Olivier Assayas.

Au moment où les premiers spectateurs se massent, on attrape au vol quelques inquiétudes : "J’espère que ça va être écoutable et que l’ensemble de la soirée ne va pas être trop expérimental.". Ces inquiétudes sont légitimes, car certains artistes présents ce soir flirtent avec tout un pan de l’avant-garde actuelle (les membres de Sonic Youth en tête).

La soirée débute avec Alla, musicien du Oud.

Courbé sur son instrument, le vieil homme propose au public briochin un voyage vers les étendues désertiques de l’Afrique du Nord.

 

On attend avec une certaine impatience (appréhension ?) la prestation de Door, projet solo de Jim O’Rourke. Le bonhomme est connu pour son incroyable versatilité : aussi à l’aise avec une balade bossa-nova qu’avec l’avant-garde bruitiste la plus extrême…

Ce soir c’est la deuxième facette qu’il a choisi de montrer. Une projection débute, on discerne une poignée de porte… L’image est très répétitive, quelques flashs de lumières viennent créer des interférences sur l’écran vidéo.

On cherche O’Rourke sur la scène. Inutile, il contrôle tout de derrière la console. Un long drone de vingt minutes accompagnera la projection… Au moment ou tout s’arrête, le public est incrédule… Et ça ne fait que commencer.

Changement de scène pour une projection au grand théâtre. La soirée est jalonnée de projections de courts métrages dont Olivier Assayas a confié la charge à O’Rourke… Assayas déclarera d’ailleurs : "Jim connaît beaucoup plus de films obscurs que moi… " Emperor TomatoKetchup du réalisateur japonais Shuji Terayama est sûrement un des films les plus obscurs et les plus tordus qu’il aie été donné de voir depuis des lustres. A faire passer Larry Clark pour un rigolo…

Réaction mitigée dans le public qui hésite entre applaudissements et sifflets. Assayas comprend que le film a dérangé mais assume pleinement.

Juste le temps de se remettre de ses émotions et Text Of Light investit les lieux.

Le casting est alléchant : deux membres de Sonic Youth (Lee Ranaldo, Steve Shelley) accompagné d’AlanLicht et du batteur Tim Barnes. Text Of Light est une expérience unique où la musique devient concept.

D’ailleurs ici autant oublier les "fonctions" de musiciens. Lee Ranaldo fait tout sauf jouer de la guitare : il frotte la tête de la guitare sur le sol, en sort des rugissements monstrueux. Le traitement qu’il réserve à sa Jagstag Fender a de quoi faire pleurer tout bon guitariste qui se respecte. Ranaldo se mue en maître S&M dominateur avec sa six cordes : baguettes de batteries dans les cordes, lacérations à coups de tourne-vis, frotti-frotta avec la rudimentaire chaise en bois qui sert de siège à Ranaldo…

Les autres musiciens ne sont pas en reste : Shelley et Barnes s’en donnent à cœur joie : ils jouent avec les codes de la rythmique traditionnelle, vont chercher aux confins du jazz le plus free et le plus aventureux… Un saxophone laisse échapper de longues plaintes stridentes à la John Coltrane.

Sur l’écran défilent les courts métrages de Stan Brakhage qui tranchent avec la violence qui sourde des compositions des artistes : des tranches de vie quotidienne quasi bucoliques…

Quand le magma sonique se calme, pour finir par laisser place au silence, on est lessivé, avec des larsens coincés dans les esgourdes.

Mirror Dash (Thurston Moore et Kim Gordon) s’inscrit également dans une lignée expérimentale, même si le projet reste plus accessible que celui de Ranaldo et ses sbires.

Kim Gordon s’occupe du chant et de la guitare tandis qu’un Thurston Moore très peu souriant bricole et vaque à des bidouillages divers. Le couple flirte toujours aux confins du mélodique et du dissonant.

La soirée se poursuit avec quelques temps morts que le public déplore. "Ils auraient du faire jouer Metric beaucoup plus tôt !! . "

 

Jeanne Balibar accompagnée de Rodolph Burger tentera de faire patienter l’audience. La dame entame un numéro de charme avec le public.

Il est vrai qu’elle est à son avantage dans sa magnifique robe jaune. Les compositions lascives marchent sur quelques morceaux mais peinent à convaincre sur la longueur…

On file au bar pour une …euh… énième bière, on a arrêté de compter…

Il est très tard ou plutôt très tôt quand Metric débarque enfin sur la scène du forum. James Shaw et Emily Haines ont décidé de réveiller les ardeurs ainsi que les leur côté dance-floor. Les Canadiens enfilent les tubes punk-disco de leur efficace album Old World Underground. Tous les garçons sont subjugués par le numéro de séduction de mademoiselle Haines : robe affriolante mais pas trop, poses de pin-up disco, déhanché sexy a souhait…

Le set se terminera par un Dead Disco survolté. Plutôt convaincant.

Il est très tôt, pas le courage de regarder la montre mais en fait je préfère pas… Ce n’est que le début et demain une grosse journée se profile, avec notamment Sonic Youth sous sa formule "pop". Olivier Assayas a donc abattu sa carte blanche à dominante expérimentale. Le pari était osé, un coup de poker en quelque sorte…

Malgré l’étonnement, le public briochin aura su se montrer curieux, ouvert et sans préjugés tout en gardant un certain regard critique sur ce qu’on lui proposait.

 

Voir aussi sur Froggy's Delight :

Art Rock 2005, aperçu du jeudi 2 juin
Art Rock 2005, compte rendu du vendredi 3 juin
Art Rock 2005, compte rendu du samedi 4 juin Art Rock 2005, compte rendu du dimanche 5 juin

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Art Rock
Le Myspace du Festival Art Rock
Le Facebook du Festival Art Rock

Crédit photos : Frédéric Villemin (Toute la série sur Taste of Indie)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=