Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Art Rock 2005 (Jeudi)
Carte blanche à Olivier Assayas  (Saint Brieuc)  2 juin 2005

Après Christophe Miossec l’an dernier, les organisateurs du festival ont donc décidé de donner carte blanche au réalisateur Olivier Assayas.

Au moment où les premiers spectateurs se massent, on attrape au vol quelques inquiétudes : "J’espère que ça va être écoutable et que l’ensemble de la soirée ne va pas être trop expérimental.". Ces inquiétudes sont légitimes, car certains artistes présents ce soir flirtent avec tout un pan de l’avant-garde actuelle (les membres de Sonic Youth en tête).

La soirée débute avec Alla, musicien du Oud.

Courbé sur son instrument, le vieil homme propose au public briochin un voyage vers les étendues désertiques de l’Afrique du Nord.

 

On attend avec une certaine impatience (appréhension ?) la prestation de Door, projet solo de Jim O’Rourke. Le bonhomme est connu pour son incroyable versatilité : aussi à l’aise avec une balade bossa-nova qu’avec l’avant-garde bruitiste la plus extrême…

Ce soir c’est la deuxième facette qu’il a choisi de montrer. Une projection débute, on discerne une poignée de porte… L’image est très répétitive, quelques flashs de lumières viennent créer des interférences sur l’écran vidéo.

On cherche O’Rourke sur la scène. Inutile, il contrôle tout de derrière la console. Un long drone de vingt minutes accompagnera la projection… Au moment ou tout s’arrête, le public est incrédule… Et ça ne fait que commencer.

Changement de scène pour une projection au grand théâtre. La soirée est jalonnée de projections de courts métrages dont Olivier Assayas a confié la charge à O’Rourke… Assayas déclarera d’ailleurs : "Jim connaît beaucoup plus de films obscurs que moi… " Emperor TomatoKetchup du réalisateur japonais Shuji Terayama est sûrement un des films les plus obscurs et les plus tordus qu’il aie été donné de voir depuis des lustres. A faire passer Larry Clark pour un rigolo…

Réaction mitigée dans le public qui hésite entre applaudissements et sifflets. Assayas comprend que le film a dérangé mais assume pleinement.

Juste le temps de se remettre de ses émotions et Text Of Light investit les lieux.

Le casting est alléchant : deux membres de Sonic Youth (Lee Ranaldo, Steve Shelley) accompagné d’AlanLicht et du batteur Tim Barnes. Text Of Light est une expérience unique où la musique devient concept.

D’ailleurs ici autant oublier les "fonctions" de musiciens. Lee Ranaldo fait tout sauf jouer de la guitare : il frotte la tête de la guitare sur le sol, en sort des rugissements monstrueux. Le traitement qu’il réserve à sa Jagstag Fender a de quoi faire pleurer tout bon guitariste qui se respecte. Ranaldo se mue en maître S&M dominateur avec sa six cordes : baguettes de batteries dans les cordes, lacérations à coups de tourne-vis, frotti-frotta avec la rudimentaire chaise en bois qui sert de siège à Ranaldo…

Les autres musiciens ne sont pas en reste : Shelley et Barnes s’en donnent à cœur joie : ils jouent avec les codes de la rythmique traditionnelle, vont chercher aux confins du jazz le plus free et le plus aventureux… Un saxophone laisse échapper de longues plaintes stridentes à la John Coltrane.

Sur l’écran défilent les courts métrages de Stan Brakhage qui tranchent avec la violence qui sourde des compositions des artistes : des tranches de vie quotidienne quasi bucoliques…

Quand le magma sonique se calme, pour finir par laisser place au silence, on est lessivé, avec des larsens coincés dans les esgourdes.

Mirror Dash (Thurston Moore et Kim Gordon) s’inscrit également dans une lignée expérimentale, même si le projet reste plus accessible que celui de Ranaldo et ses sbires.

Kim Gordon s’occupe du chant et de la guitare tandis qu’un Thurston Moore très peu souriant bricole et vaque à des bidouillages divers. Le couple flirte toujours aux confins du mélodique et du dissonant.

La soirée se poursuit avec quelques temps morts que le public déplore. "Ils auraient du faire jouer Metric beaucoup plus tôt !! . "

 

Jeanne Balibar accompagnée de Rodolph Burger tentera de faire patienter l’audience. La dame entame un numéro de charme avec le public.

Il est vrai qu’elle est à son avantage dans sa magnifique robe jaune. Les compositions lascives marchent sur quelques morceaux mais peinent à convaincre sur la longueur…

On file au bar pour une …euh… énième bière, on a arrêté de compter…

Il est très tard ou plutôt très tôt quand Metric débarque enfin sur la scène du forum. James Shaw et Emily Haines ont décidé de réveiller les ardeurs ainsi que les leur côté dance-floor. Les Canadiens enfilent les tubes punk-disco de leur efficace album Old World Underground. Tous les garçons sont subjugués par le numéro de séduction de mademoiselle Haines : robe affriolante mais pas trop, poses de pin-up disco, déhanché sexy a souhait…

Le set se terminera par un Dead Disco survolté. Plutôt convaincant.

Il est très tôt, pas le courage de regarder la montre mais en fait je préfère pas… Ce n’est que le début et demain une grosse journée se profile, avec notamment Sonic Youth sous sa formule "pop". Olivier Assayas a donc abattu sa carte blanche à dominante expérimentale. Le pari était osé, un coup de poker en quelque sorte…

Malgré l’étonnement, le public briochin aura su se montrer curieux, ouvert et sans préjugés tout en gardant un certain regard critique sur ce qu’on lui proposait.

 

Voir aussi sur Froggy's Delight :

Art Rock 2005, aperçu du jeudi 2 juin
Art Rock 2005, compte rendu du vendredi 3 juin
Art Rock 2005, compte rendu du samedi 4 juin Art Rock 2005, compte rendu du dimanche 5 juin

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Art Rock
Le Myspace du Festival Art Rock
Le Facebook du Festival Art Rock

Crédit photos : Frédéric Villemin (Toute la série sur Taste of Indie)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=