Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gilbert Peyre, l'életromécanomaniaque
Halle Saint Pierre  (Paris)  Du 16 septembre 2016 au 23 avril 2017

Gibert Peyre, artiste autodidacte qui se présente comme "plasticien, metteur en scénien, électro-mécanopraticien, fantasmagoricien de la pensée métallique et poéticien de la tôle galvanisée" a acquis une belle notoriété avec ses sculptures animées.

Et une conséquente sélection est présentée à la Halle Saint Pierre dans le cadre d'une exposition monographique conçue sous le commissariat de Martine Lusardy, directrice du lieu.

Obsédé par le mouvement, tout commence dans les années 1960 avec des jouets à roulettes à base de boites de conserve puis des sculptures articulées conçues à partir d'objets de récupération. Et c'est tout naturellement que ce bricolo-bidouilleur s'est engagé sur le chemin du mécanique et de la technique ancestrale de de l'automate.

Sa démarche est contemporaine de celle des artistes du mouvement du Nouveau Réalisme par la pratique de la récupération et l'esthétique du déchet dont notamment l'assemblage d'objets qui évoquent les monstres mécaniques de Jean Tinguely.

Gilbert Peyre, de l'automate à sculpturOpéra

Automate oui mais avec un mécanisme toujours apparent et surtout de conception shadokienne, ce qui génère une cacophonie de bruits et sons quand il se déclenche pour animer des sculptures faites de bric et de broc telles "La danseuse du ventre", "Le cavalier sans tête" ou 'L'haltérophile".

Par ailleurs, Gilbert Peyre use largement de la satire et de la caricature.

Et ce dans deux optiques différentes : pour épingler avec ironie un événement politique ("La partie de cartes" entre Bush et Hussein) ou opérer un détournement artistique à la Martial Raysse mais en trois dimensions ("Joconde", "La Ménine").

Le détournement artistique s'accompagne toujours d'un détournement humoristique qui constitue une des récurrences de l'oeuvre de Gilbert Peyre.

Ainsi en est-il des boites de sardines qui se substituent aux poissons rouges ("Aquarium") ou deviennent les trophées d'une chasse absurde ("Tableau de chasse" qui ressort également à l'installation plastique).

Avec le temps, ses objets-sculptures animés s'intègrent, avec moults sons et/ou musiques, dans des installations qui peuvent s'analyser comme des reconstitutions de scènes drolatiques quasiment théâtralisées couvrant un large spectre .

Amusante comme "Champagne et bruits de vaisselle" avec sa chaise ivre ou glaçante tel "J’ai froid" avec le squelette de cerf en manteau de fourrure qui piétine en gémissant présenté in situ dans un décor chaotique.

Avec l'installation se profile la tentation du monumental

Elle se concrétise avec la création d'oeuvres singulières ("Ce soir on tue le cochon" et " Cupidon Propriétaire de l’Immeuble situé sur l’Enfer et le Paradis") qu'il nomme "sculpturOpéra".

Elles sont élaborées comme un dispositif scénique, simultanément décor-scénographie et objet de véritables spectacles pluridisciplinaires.

Le spectacle-machine n'est pas une nouveauté mais, en l'espèce, la novation tient à l'intervention de personnes vivantes, dont des chanteurs lyriques et, surtout, des comédiens qui remplacent les sujets automatisées tout en conservant leur comportement marionnettiques..

A découvrir donc à la Halle Saint Pierre, où toutes ces machines à rire et à rêver - ou à cauchemarder selon les sensibilités - seront régulièrement activées.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Halle Saint Pierre

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Halle Saint Pierre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=