Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce M.I.A.
A.I.M.  (Interscope Records)  septembre 2016

La boucle est bouclée. Quelque treize années après ses débuts, M.I.A. multiplie dans ce cinquième disque, le dernier à l’en croire, les références à son propre parcours ; notamment son tout premier album Arular.

Je n’utilise pas le mot "parcours" par hasard. Il s’agit certes d’auto-citations artistiques, mais pas seulement : c’est aussi vers son histoire personnelle que M.I.A. se tourne dans AIM, à la manière de Georges Pérec dans Espèces d’espaces, par exemple. Comme l’écrivain français, la chanteuse anglaise née au Sri Lanka accorde une importance déterminante à la géographie. Mathangi "Maya" Arulpragasam alias M.I.A. est arrivée en Occident en tant que migrante, et cet album est plus que jamais l’occasion de revendiquer ce passé.

Dans la chanson "Visa", M.I.A. va jusqu’à s’auto-sampler : on y retrouve en effet un extrait de "Galang". Je me souviens que j’écoutais la mélodie vocale que M.I.A. a samplée ("Ya Ya haaaaaa... Oh eh oh eh oh oh ya ya yay") comme une sorte d’hymne, comme la bande originale d’un renouveau musical qui allait retourner la pop comme une crêpe. Pas manqué : aujourd’hui, de Santigold à Beyoncé en passant par Rihanna et Nicki Minaj, tout le monde fait du M.I.A..

"Galang” aurait pourtant pu connaître un tout autre parcours. M.I.A. avait initialement enregistré cette chanson, la deuxième qu’elle ait jamais composée, avec l’intention de la soumettre à Elastica pour les encourager à continuer leur chemin musical. Mais sa clairvoyante amie Justine Frischmann l’avait encouragée à se l’approprier, pressentant sans doute la capacité de M.I.A. à inventer un langage musical unique à partir de la boîte à rythmes qu’elle lui avait offerte, et de l’impressionnant aplomb de sa voix, bien entendu. Merci, Justine.

En 1999, il devait se passer de drôles de choses dans la tête de cette jeune Sri-lankaise de 24 ans, débarquée en Angleterre treize ans plus tôt en tant que réfugiée politique, lorsqu’elle rencontra la chanteuse d’Elastica à un concert de Air par l’entremise d’un ami commun (un certain Damon Albarn), et commença à collaborer avec son groupe, signant une pochette de disque et un clip pour Elastica. Parcours croisés. Pour elle, dont le père était l’un des fondateurs d’une force de résistance indépendantiste au Sri Lanka considérée par la CIA et le monde occidental comme terroriste, se retrouver étudiante dans une école d’art londonienne et être entourée d’amis hype n’avait sûrement rien d’évident a priori.

Rien n’est anodin, chez M.I.A. Son plus grand tube "Paper planes" est probablement le hit pop le plus subversif de l’histoire. Utiliser le langage de la musique populaire pour faire passer des messages politiques, personne ne l’a fait aussi bien qu’elle. Dans la géniale "Foreign friend", sur AIM, elle écrit : "I said as a refugee, you know / Where we come from, we get out our tent / Then we climb over the fence / We don’t wanna cause an offense / Then we get a Benz, flatscreen TV, and we pay rent / Then we think we made it / Then we be your foreign friend." ("Là d’où je viens, nous, les réfugiés, nous sortons de nos tentes, nous sautons par-dessus les barrières. On ne cherche pas les ennuis. On bosse pour s’acheter une Benz, un écran plat, pour payer notre loyer. On estime qu’on y est arrivé. Et puis on devient votre ami étranger.") Coucou, Nadine Morano.

Comme d’habitude, le caractère idéologique de sa musique ne prend jamais le dessus sur le plus important : le rythme. La danse… le swag.

Après tout, comme elle le dit elle-même dans "Freedun", son pays n’est ni le Sri Lanka, ni l’Angleterre. Son pays, c’est le "People’s Republic of Swagger-stan" (la "République populaire du Swagistan"). C’est encore moins les Etats-Unis, qui lui mettent bien des bâtons dans les roues pour obtenir son visa et aller y promouvoir AIM. Il faut croire que les autorités n’ont pas apprécié le "middle-finger" qu’elle a adressé à la caméra lors de son passage au Super-Bowl en duo avec Madonna. Parcours censuré.

Comme pour symboliser le bégaiement de l’histoire dont elle parle dans AIM, album largement influencé par la récente crise dite des migrants, la chanson "Bird song" apparaît à deux reprises : une première produite par Diplo,

[collaboration inattendue tant la relation entre les deux anciens comparses s’était tendue ces derniers temps (pour des raisons politiques, évidemment), et une autre, que je préfère largement, par Blaqstarr.

Les deux contiennent en tout cas le même sample tiré d’un film indien.

Quand M.I.A. échantillonne Bollywood, des percussions sri lankaises, voire des sabres chinois comme dans "Swords", la résonance de telles références revêt forcément un aspect authentique, jamais exotisante. Parcours pour témoigner.

Je ne suis pas dupe non plus : je sais bien que M.I.A. fut mariée à un milliardaire, et qu’elle a récemment participé à une campagne de pub pour H&M, World Recycle.

Elle est d’ailleurs la première à être consciente de ses propres contradictions, comme l’indique ces paroles du morceau "Believer",

citées dans un documentaire jamais paru (mais on ne désespère pas qu’il le soit un jour) : "I could be a genius, I could be a cheat. It’s a thin line, and I’m fucking with it." ("Je pourrais être un génie, ou je pourrais être en toc. C’est une frontière ténue, et je fais du trampoline dessus.").

Deux autres chansons de AIM, pour vous convaincre de l’acheter : "Go off",

et "Borders".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Matangi de M.I.A.
M.I.A. en concert au Trianon (samedi 11 décembre 2010)
M.I.A. en concert au Zénith de La Villette (dimanche 6 juillet 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de M.I.A.
Le Soundcloud de M.I.A.
Le Facebook de M.I.A.


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 15 - Bucky Down Gun de MIA (28 aout 2016)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=