Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vania
Théâtre du Vieux Colombier  (Paris)  septembre 2016

Comédie dramatique d'après l'oeuvre d'Anton Tchekhov, adapation et mise en scène de Julie Deliquet, avec Florence Viala, Laurent Stocker, Hervé Pierre, Stéphane Varupenne, Noam Morgensztern, Anna Cervinka et Dominique Blanc.

"Vania" de Julie Deliquet a-t-il à vraiment à voir avec "Oncle Vania" d'Anton Tchekhov ? Si on le compare à d'autres versions de la pièce, on est vite tenté de répondre négativement.

D'autant qu'une des premières répliques prononcés par Vania critiquant le professeur, son beau-frère, est : "Il ressemble à Peter Ustinov dans Mort sur le Nil".

Pareillement, sur la table qui occupe presque toute la scène et autour de laquelle est distribué le public, il y a des bouteilles de vin français et aucun élément notoirement "russe". Qu'on ne s'attende pas non plus à un samovar : ici, on boit du café issu d'une cafetière électrique à filtre.

Ce parti-pris de casser "l'ambiance" russe n'est pas en soi gênante, même si, sans son contexte "habituel", "Vania" perd beaucoup de sa logique. Au lieu d'une véritable interaction entre les personnages, "Vania" fait cohabiter plusieurs intrigues de manière autonome et renverse leur ordre de priorité.

Ainsi l'affrontement entre l'oncle Vania (Laurent Stocker) et le professeur (Hervé Pierre) qui se cristallise sur la vente du domaine passe au second plan. Devient majeure l'idylle en pointillé entre Elena (Florence Viala), la femme du professeur, et le docteur Astrov (Stéphane Varupenne), alors que les personnages de Sonia (Anna Cervinka), la fille du professeur, de Maria (Dominique Blanc), sa grand-mère et mère de Vania et de Tiéléguine (Noam Morgensztern) perdent de leur consistance.

Dans cette version sans époque précise, où le professeur commente longuement "Vampyr" de Carl T. Dreyer, film qui est projeté et fait l'objet d'une discussion générale, on pourrait voir dans la passion supposée d'Elena et du docteur Astrov quelque chose de cinématographique. La robe à fleurs d'Elena fait penser aux tenues de Jessica Lange dans "Le Facteur sonne toujours deux fois", suggérant que le vrai drame "torride" qui pourrait survenir n'est pas entre Vania et le professeur, mais entre celui-ci et le docteur.

Avec son dispositif bi-frontral, son lieu unique, l'adaptation de Julie Deliquet nie un élément fondamental qui traverse l'oeuvre de Tchekhov : le poids du temps, sa lenteur, l'usure qu'il provoque chez les hommes physiquement et mentalement, surtout quand ils sont soumis à la monotonie saisonnal des travaux agricoles.

Dès lors, si l'on met de côté la parenthèse "Dreyer", c''est à tout allure que se déroule "Vania". D'ailleurs, il y a sur scène, une horloge qui indique l'heure parisienne, celle de la représentation. L'un des personnages donnera ainsi le top départ à 20 h 35 alors qu'un autre signalera, à 22 h 10, qu'il est l'heure de séparer.

Plus "appropriation" qu'"adaptation", "Vania" mis en scène par Julie Deliquet fonctionne si l'on ne lui tient pas rigueur de s'éloigner de Tchekhov au profit d'un exercice de pur divertissement avec une troupe de comédiens qui s'y prête de bonne grâce, Laurent Stocker et Hervé Pierre en tête.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=