Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Dépeupleur
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  septembre 2016

Monologue dramatique de Samuel Beckett dit par Serge Merlin dans une mise en scène de Alain Françon.

"Séjour où des corps vont cherchant chacun son dépeupleur". C'est ainsi que commence le monologue de Samuel Beckett intitulé "Le Dépeupleur".

De ce nom-titre, une fois passée cette première phrase, il ne sera plus question, ajoutant un mystère à ce texte mystérieux, laissant peut-être entendre que la clé de l'énigme est à chercher en la personne du narrateur.

Peut-être celui-ci en sait-il long sur celui-là, ou, hypothèse extrême, le narrateur et le dépeupleur ne font-ils qu'un ?

Mais le narrateur s'en tient - officiellement - à son récit : il n'explique rien, il décrit et l'on comprend bien que ce qu'il raconte peut se lire comme un témoignage sur la mort au travail, sur l'impossibilité d'y échapper ou bien constituer la métaphore de l'horreur concentrationnaire.

Qui dit, autre hypothèse, que ce volubile conteur comptable de ce monde absurde n'est pas un simple "fou", voire un "savant fou", enfermé dans une pièce capitonnée ? Ce qui expliquerait l'équation griffonnée sur un des murs de la scène.

Ce qui justifierait le "trou" au milieu du plateau. Trou pouvant représenter le monde où des corps vont cherchant chacun leur dépeupleur, puisqu'il a la forme d'un grand cercle à l'intérieur duquel pendouillent ce qui pourraient constituer les fameuses échelles décrites quelques mots plus loin par le narrateur...

Ce qui est certain, c'est que celui-ci est bien vivant dans son grand manteau vert, digne de celui du professeur Tournesol, abritant une chemise blanche et un pantalon noir tenu par des bretelles. Ce qui est certain c'est qu'il est joué par l'un des plus grands acteurs français, l'un des plus grands beckettiens. Qu'il est ici au-delà de l’excellence et que son numéro est prodigieux et inoubliable.

On l'a connu dans une période "bernhardienne" qui avait un peu poussé son jeu vers l'outrance, la rouspétance. On se doute qu'il lui était difficile de ne pas être emporté par le flot vaticinant de Thomas Bernhard.

Dans "Le Dépeupleur", il se retrouve complètement. Il dit avec délectation une prose qui est ce beau français écrit par un Irlandais. Serge Merlin est profondément humain.

Dans la mise en scène complice d'Alain Françon, la belle illustration de l'univers beckettien par le décor de Jacques Gabel, par ailleurs responsable de ce manteau beau dans sa démesure, il compose ou hallucine, baguette de magicien ou de chef d'orchestre en main, une utopie meurtrière comme le siècle passé en a tant composé ou halluciner.

Un spectacle qu'on n'est pas prêt d'oublier.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 janvier 2017 : A chacun sa part de galette !

A défaut de fêve dans la galette des rois, vous pourriez bien trouver quelques belles pépites dans notre sélection hebdomadaire des choses à voir et à écouter dont voici le sommaire sans plus attendre :

Du côté de la musique :

"Clôture" de Cyril Mokaiesh
"Lux live" de Ez3kiel
"La roulette rustre" de La Roulette Rustre
"Heart Headed" de Lisa Alea
Interviews autour du Melodica Acoustic Festival #3
Plaisir Vallée, Fil Bo Riva et Last Train dans une sélection de EPs
"Le départ" de Télégraphie
Orouni, Skyers et June and the Jones au Trois Baudets
Hosteen en session live et électrique
et toujours :
Rencontre avec Tristen autour de son album "Les couleurs et les formes", "Preoccupations" de Preoccupations, "Les bateaux EP" de Pépite, "I could be happy" de Nouvelle Vague, "Being nice doesn't pay" de Mother of Two, "United diktaturs of europe" de Anarchist republic of bzzz, "What the wood whispers to itself" de Early Spring Horses, "Revolution radio" de Green Day, Interview des Fatals Picards, assortie d'une session acoustique 3 titres autour de l'album "Country Club", "Mowing" de Michael Nau, "Be here now" de Oasis en version remasterisée avec des bonus, "L'éclaircie" de Saule

Au théâtre :

les nouveautés :
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Urfaust" au Théâtre de la Tempête
"Vangelo" au Théâtre du Rond-Point
"Schock Corridor" au Nouveau Théâtre de Montreuil
"Vie et Mort de H" au Théâtre de la Tempête
"Le Cabaret Blanche" au Théâtre 14
"Babacar ou l'antilope" au Théâtre 13/Seine
"Rimbaud Verlaine - Eclipse totale" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Orchestre Titanic" au Théâtre de l'Aquarium
"Le regard de l'autre" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"Une longue peine" à la Maison des Métallos
"Grand Symposium : Tout sur l'Amour" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Un Démocrate" au Théâtre de l'Opprimé
"Le Chien" au Théâtre Rive-Gauche
"Moi et François Mitterrand" à la Pépinière Théâtre
"Le Projet Poutine" au Théâtre La Buryère
"Ma mère m'a fait les poussières" au Théâtre de Belleville
"Oncle Vania" au Théâtre Essaion
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Françoise par Sagan" au Théâtre du Marais
"Elise Noiraud - Pour que tu m'aimes encore"à la Nouvelle Seine
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Michael Hirsch - Pourquoi ?" au Théâtre Le Lucernaire
"Kiki, le Montparnasse des années 20" au Théâtre Essaion
"Yohann Metay - La tragédie du dossard 512" au Théâtre Tristan Bernard
et la chronique des autres spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mexique 1900-1950" au Grand Palais
"Albert Besnard - Modernités Belle Epoque" au Petit Palais "Hodler - Monet - Munch" au Musée Marmottan-Monet
"Rembrandt intime" au Musée Jacquemart-André

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Corniche Kennedy" de Dominique Cabrera
"Vivere" de Judith Abitbol
dans la rubrique "Oldies but goodies" "Des jours éblouissants" de Jiang Wen projeté dans le cadre du cycle "Nouvelles voix du cinéma chinois" à la Cinémathèque française
les chroniques des sorties de janvier
et les chroniques des sorties de décembre

Lecture avec :

"Bienvenue, Mister Z" de Jean-Marie Bretagne
"Shangri-la" de Mathieu Bablet

Froggeek's Delight :

"Asssasin's Creed" de Justin Kurzel au cinéma...

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=