Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Dépeupleur
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  septembre 2016

Monologue dramatique de Samuel Beckett dit par Serge Merlin dans une mise en scène de Alain Françon.

"Séjour où des corps vont cherchant chacun son dépeupleur". C'est ainsi que commence le monologue de Samuel Beckett intitulé "Le Dépeupleur".

De ce nom-titre, une fois passée cette première phrase, il ne sera plus question, ajoutant un mystère à ce texte mystérieux, laissant peut-être entendre que la clé de l'énigme est à chercher en la personne du narrateur.

Peut-être celui-ci en sait-il long sur celui-là, ou, hypothèse extrême, le narrateur et le dépeupleur ne font-ils qu'un ?

Mais le narrateur s'en tient - officiellement - à son récit : il n'explique rien, il décrit et l'on comprend bien que ce qu'il raconte peut se lire comme un témoignage sur la mort au travail, sur l'impossibilité d'y échapper ou bien constituer la métaphore de l'horreur concentrationnaire.

Qui dit, autre hypothèse, que ce volubile conteur comptable de ce monde absurde n'est pas un simple "fou", voire un "savant fou", enfermé dans une pièce capitonnée ? Ce qui expliquerait l'équation griffonnée sur un des murs de la scène.

Ce qui justifierait le "trou" au milieu du plateau. Trou pouvant représenter le monde où des corps vont cherchant chacun leur dépeupleur, puisqu'il a la forme d'un grand cercle à l'intérieur duquel pendouillent ce qui pourraient constituer les fameuses échelles décrites quelques mots plus loin par le narrateur...

Ce qui est certain, c'est que celui-ci est bien vivant dans son grand manteau vert, digne de celui du professeur Tournesol, abritant une chemise blanche et un pantalon noir tenu par des bretelles. Ce qui est certain c'est qu'il est joué par l'un des plus grands acteurs français, l'un des plus grands beckettiens. Qu'il est ici au-delà de l’excellence et que son numéro est prodigieux et inoubliable.

On l'a connu dans une période "bernhardienne" qui avait un peu poussé son jeu vers l'outrance, la rouspétance. On se doute qu'il lui était difficile de ne pas être emporté par le flot vaticinant de Thomas Bernhard.

Dans "Le Dépeupleur", il se retrouve complètement. Il dit avec délectation une prose qui est ce beau français écrit par un Irlandais. Serge Merlin est profondément humain.

Dans la mise en scène complice d'Alain Françon, la belle illustration de l'univers beckettien par le décor de Jacques Gabel, par ailleurs responsable de ce manteau beau dans sa démesure, il compose ou hallucine, baguette de magicien ou de chef d'orchestre en main, une utopie meurtrière comme le siècle passé en a tant composé ou halluciner.

Un spectacle qu'on n'est pas prêt d'oublier.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 février 2017 : Amoureux de la Culture

Chez Froggy's Delight on est amoureux toute l'année. Amoureux des arts et de la culture bien sûr et cette semaine encore nous vous présentons notre petite sélection. De quoi sans doute trouver de bonnes idées pour faire plaisir à votre alter ego en cette semaine de Saint Valentin.

Du côté de la musique :

"Hopelessness" de Anohni
Interview de Cléa Vincent autour de son disque "Retiens mon désir"
"Ty Segall" nouvel album de Ty Segall
South from here" de Winter Family
"Hors chant" de Dum Spiro
"Dakhla Sahara session" de Group Doueh et Cheveu
"L'étoile thoracique" de Klô Pelgag qui était de passage à Paris pour répondre à notre interview
"Sir" de Monsieur
Over the Top, Beautiful Badness et Midnight Colors dans une sélection de EP
"Minuit" de Rosie Marie

Classique, vous avez dit classque ?
"Philip Glass : Piano Works" par Vikingur Olafsson
Gustav Malher, l'intégrale parfaite
et toujours :
"Un coup de queue de vache" de Thomas Fersen, accompagnée d'une session live de 4 titres et d'une interview de Thomas Fersen, "Triomphe" de La Féline, "A night full of collapses" de Les Marquises, "Carnival of sounds" de Invaders, "Misophone" de Kursed, Interview de Petosaure autour de leur album "Le fantôme de l'enfant", "La surprise EP" de Rémi Parson, "Modern phase EP" de Hoan

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Darius" au Théâtre des Mathurins
"Parle-moi d'amour" au Théâtre La Pépinière
"Le Terrier" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Le Livre de Dina" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Oncle Vania" au Théâtre Essaion
"Un baiser s'il vous plait !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Satané Manoir !" au Théâtre de Nesle
"Judy, Barbra et moi" au Théâtre Essaion
"Sérénade pour pianiste inachevé" au Théâtre Clavel
les reprises :
"Stavanger" au Studio Hébertot
"Florilège Molière" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Cinq de Coeur- Le concert sans retour" au Théâtre des Bouffes Parisiens
des spectacles jeune public :
"Mooooooooonstres" au Théâtre Paris-Villette
"Alice au Pays des Merveilles" à la Manufacture des Abbesses
"Un Caméléon à Paris" à l'Aktéon Théâtre
et la chronique des autres spectacles de février

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Un paese di Calabria" de Shu Aiello et Catherine Catella
et les chroniques des autres sorties de février

Lecture avec :

"Eloge de la passion" de Carlotta Clerici
"Les mille talents d'Euridice Gusmao" de Martha Batalha
"Les spectacteurs" de Victor Hussenot
"Un bon garçon" de Paul McVeigh

Froggeek's Delight :

"Resident Evil 7 : Biohazard" de Capcom sur PS4, Xbox One et Windows
"Pokolpok" sur Android et iOS, un jeu pour vos enfants
La Switch de Nintendo, elle a tout d'une grande

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=