Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alister - Alka
Les Trois Baudets  (Paris)  mardi 27 septembre 2016

Pour annoncer la sortie prochaine, le quatre novembre, de son nouvel album Mouvement Perpétuel, Alister était en concert aux Trois Baudets, c’est Alka qui avait la charge d’ouvrir la soirée.

Alka Balbir est une jeune chanteuse comédienne qui a sorti il y a quelques années un premier disque écrit par Benjamin Biolay, le chanteur qui aime l’amour, mon amour, désormais elle écrit seule des chansons sages qui ne le sont pas vraiment.

Chantant dans un souffle avec un timbre de voix proche de celui d’Isabelle Adjani, jouant de son apparente fragilité et de sa "certaine tendance à la mélancolie", ses chansons dressent un portrait d’une parfaite mythomane, nymphomane adepte autant de l’amour sentimental que de rapports plus bruts : "moi j’aime l’amour qui fait boum" semble-t-elle nous dire. Souriante et très drôle, elle osera même une formidable reprise de "Validée" de Booba sans vocodeur mais juste piano-voix, réussissant à en faire une bonne chanson comme quoi tout est possible. En quelques titres, on est sous le charme d’Alka et on a hâte de découvrir son album à paraître… bientôt dit-elle…

Le temps de reprendre son souffle et voici Alister qui s’avance sur scène, évidemment d’une classe folle, capilairement parlant incorrect, veste noire, lunettes noires, chemise noire avec deux boutons ouverts et toujours cet air de jeune dandy décadent qui boit des cocktails au rhum blanc. Il s’installe au piano rejoint par un guitariste, un batteur et un bassiste, et c’est dans cette configuration, la plus simple qui soit qu’il va, comme qui rigole, conquérir le public dès le "Avant / Après" d’ouverture.

Sur scène Alister est très rock, à tel point que certains préfèreront se lever pour aller danser sur les côtés, oui je sais ça paraît incroyable mais on peut danser aux Trois Baudets, même moi ça m’a étonné. Alister alternera les chansons de l’album à paraître et les "tubes sur l’échelle Europe 2", toujours très drôle autant dans les chansons qu’entre, dédiant à Émeline B la factrice de 25 ans victime d'un AVC, "Je travaille pour un con".

Il enchaîne également morceaux légers et plus profonds, comme avec la polnareffienne "Cathédrale" et avec un très beau passage simplement piano-voix, car en plus d’être un très bon parolier, Alister est un très bon compositeur, c’est interrompu de quelques rires étouffés que le public a découvert "Les filles entre elles", futur sommet de Mouvement perpétuel (sorti le quatre novembre, oui j’ai bien retenu la date, parce qu’il nous l’a répétée beaucoup). Après le formidable diptyque "7 heures du matin" / "La fonte des glaces", comme deux facettes de la même histoire, mi-drôle mi-pathétique, drôthétique donc, Alister se lèvera enfin pour prendre sa guitare et c’est en apothéose que la fin du concert se déroulera, et c’est vrai qu’il fut difficile de rester assis tant les morceaux donnaient envie de se bouger, que ce soit sur "Bordel" ou sur l’hymne "Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?".

Et c’est avec "Les Filles à Problèmes" en guise de rappel que le concert va se terminer, c’est là où l’on se rend compte que le public qui est venu ce soir-là est un public conquis, il suffisait de l’entendre reprendre en chœur "est-ce que je suis normal ?". Alister ne répond pas à la question mais en tout cas, il nous prouve que nous ne sommes pas les seuls à aimer la chanson rock, à aimer pointer du doigt tel ou tel et à aimer rire de notre propre mélancolie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Aucun mal ne vous sera fait de Alister
La chronique de l'album Avant / Après EP de Alister
La chronique de l'album Mouvement perpétuel de Alister
Alister en concert à La Maroquinerie (14 mai 2008)
L'interview de Alister (19 avril 2008)
La chronique de l'album La première fois de Alka

En savoir plus :
Le Facebook de Alister
Le Facebook de Alka

Crédits photos : Sylvain Barraux


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Alister (19 avril 2008)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=