Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yann Tiersen
EUSA  (Mute)  septembre 2016

J’attends toujours impatiemment la sortie des disques du grand Yann Tiersen depuis que je l’ai découvert au milieu des années 90 avec l’album La valse des monstres. Il fait partie de ces artistes qui ne m’ont jamais déçu. Au contraire, je reste toujours ébloui par le compositeur, le chanteur mais aussi l’Homme, par son naturel et sa simplicité, sa distance par rapport à la sphère médiatique, qu’il travaille sur des musiques de film (de La vie rêvée des anges à Tabarly, en passant évidemment par son Fabuleux destin d’Amélie Poulain) ou sur des albums plus personnels, chantés ou instrumentaux.

Avec son nouvel album, EUSA (traduction bretonne de l’île d’Ouessant), Tiersen ne déroge pas à ma règle et notre digne représentant de la Bretagne me subjugue de nouveau par sa musique mais aussi par ce projet à la fois simple et ambitieux : un lieu (Ouessant), un piano, un album, un chef-d’œuvre.

EUSA est au départ un livre, une sélection de 10 pièces pour piano en partition, sorti il y a un an, qui s’inspire de ses nombreuses visites de l’île du Finistère (qu’il appelle sa maison), accompagnée de photos prises par sa récente épouse, Emilie Quinquis ; une photo symbolisant un lieu de cette île mis en musique par l’artiste : l’ensemble formant une carte postale musicale mais aussi comme le dit Yann Tiersen "une carte postale de qui je suis car Ouessant, c’est bien plus que ma maison, ça fait partie de moi".

EUSA devient aujourd’hui un disque, entièrement instrumental, constitué de 18 titres dont 10 matérialisent dix  endroits précis de ce petit bout de Bretagne de 15 km2, situé au large des côtes bretonnes. Autour de ses 10 magnifiques petites pépites jouées uniquement au piano (portant le nom du lieu) s’intercalent de cours morceaux où l’artiste a capté des sons naturels de l’île : le vent, la houle, mais aussi tous les sons qui traversent sa vie quotidienne. Loin d’être inutiles, ces courts instants sonores fragiles sont le ciment des dix lieux racontés par l’artiste. L’album s’accompagne d’un livret tout autant magnifique (le numérique, c’est bien mais tenir l’objet dans ses mains n’a pas de prix) donnant les coordonnées GPS précises des dix lieux ainsi qu’une photo d’eux.

Les dix morceaux de piano sont d’une beauté incommensurable, rendant difficile la possibilité de préférer un titre à un autre sur cet album. Faire un choix, sortir un morceau de cet album plutôt qu’un autre, c’est pour moi ne pas comprendre la démarche esthétique de cet objet musical, ne pas sentir les embruns bretons qui se dégagent merveilleusement bien de cet album. Cet album est un tout, un puzzle de territoires sonores qui se doit d’être savouré et écouté du début à la fin, sans interruption, pour ne rien manquer de cette plénitude bretonne. L’écouter le soir à la tombée de la nuit, en sirotant un thé, s’avère un pur moment de bonheur.

Alors évidemment les inconditionnels admirateurs de Yann Tiersen (mais aussi ceux qui le découvriront avec cet album) ne manqueront pas de s’arrêter sur "Porz Goret" (dont la vidéo a déjà été vu par plus d’un million de personnes sur le net), sublimissime ballade au piano mélancolique enregistrée sur le rivage de l’île. Les chansons s’enchaînent néanmoins avec une fluidité parfaite, Tiersen nous embarquant dans une découverte initiatique de sa Bretagne où les notes de son piano font écho à son passé.

Ses dires, "J'aime écrire des chansons où il y a de la mélodie, mais je n'ai pas envie de les chanter" prennent tout leur sens à travers cet album. Y rajouter des paroles ne serait d’aucune utilité tant la musique se suffit à elle-même pour nous faire voyager ou nous transporter vers ce petit bout de Bretagne si cher à Tiersen. Ecouter "Kereon", "Pen Ar Roc'h" mais aussi "Penn Ar Lann", c’est appréhender la Bretagne dans ce qu’elle a de plus sauvage et de mystérieux, c’est comprendre qu’elle est un territoire complexe, empli d’histoire et de paysages variés que cet album s’attache à nous raconter. Tiersen, fabuleux conteur musical, nous raconte la sienne avec la simplicité que l’on lui connaît.

A travers une véritable exploration orale mais aussi une impressionnante représentation musicale des espaces, Yann Tiersen, épris de ses racines, de sa terre, nous livre un album épuré qui sonne comme un délicieux voyage d’une simplicité et d’une tranquillité touchante. A travers son land art musical, Tiersen pourra toujours continuer de chanter les louanges de sa Bretagne pour mon plus grand plaisir. Cet album est pour moi véritablement salutaire et bouleversant…. Chapeau bas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 3 titres inédits au profit de la FIDH. de Yann Tiersen
La chronique de l'album eponyme de Yann Tiersen & Shannon Wright
La chronique de l'album Les retrouvailles de Yann Tiersen
La chronique de l'album On tour de Yann Tiersen
La chronique de l'album On tour en DVD de Yann Tiersen
La chronique de l'album Tabarly de Yann Tiersen
La chronique de l'album Skyline de Yann Tiersen
La chronique de l'album Infinity de Yann Tiersen
Yann Tiersen en concert à Port de Commerce (25 juillet 2004)
Yann Tiersen en concert au Festival Art Rock 2005 (Dimanche)
Yann Tiersen en concert à La Cigale (23 juin 2005)
Yann Tiersen en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
Yann Tiersen en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Yann Tiersen en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (vendredi)
Yann Tiersen en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Yann Tiersen en concert au Festival de l'Ilophone 2008
Yann Tiersen en concert au Festival Les Transmusicales 2008 (Samedi)
Yann Tiersen en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Yann Tiersen en concert à l'Elysée Montmartre (lundi 22 novembre 2010)
Yann Tiersen en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
L'interview de Yann Tiersen (2 juin 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Yann Tiersen
Le Soundcloud de Yann Tiersen
Le Facebook de Yann Tiersen


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=