Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hergé
Grand Palais  (Paris)  Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Le Grand Palais accueille une exposition consacrée à Georges Rémi plus connu sous l'acronyme "Hergé", auteur des bandes dessinées relatant les célèbres et inoxydables aventures de Tintin, dont le propos annoncé est de décrypter son génie et son processus créatif.

Constituant également un événement promotionnel pour la sortie en janvier 2017 de l'album "Tintin au pays des Soviets" en version colorisée, cette monstration "clé-en-mains", scénographie incluse, a été conçue par le Musée Hergé fondé par Fanny Rodwell, seconde épouse de Hergé et héritière des droits sur son œuvre.

Le commissariat est assuré par Sophie Tchang, conservatrice audit musée et fille de Tchang Tchong Jen, le jeune étudiant chinois inscrit aux Beaux-Arts à Bruxelles contacté par Hergé au début des années 1930 pour lui apporter la documentation nécessaire à l'élaboration de l'aventure "Le Lotus bleu".

Nul doute qu'elle attirera nombre de visiteurs bédéistes et tintinophiles alléchés par les nombreuses oeuvres, dont ébauches, crayonnés, bleus de coloriage, planches et couvertures originales, du maître du 9ème art, inventeur de la ligne claire et fondateur de la bande dessinée moderne.

Ainsi que le jeune visitorat à laquelle elle n'est pas dédiée mais qui comporte des éléments incitatifs pour les parents tels les murs, autres que les cimaises d'accrochage, recouverts d'immenses reproduction de dessins et figures tintinesques ou la maquette de la fusée de "Objectif Lune".

Hergé au Grand Palais : le commencement est dans la fin

Ressortant davantage au jeu de piste qu'à la rétrospective, le parcours globalement chrono-thématique ressort au jeu de piste et s'avère erratique quant au didactisme annoncé.

En effet, d'une part, il use d'une chronologie à rebours en commençant par deux salles consacrées l'une aux tentatives picturales d'Hergé des années 1960 et l'autre à un florilége de sa collection d'oeuvres d'art initiée en 1950, pour finir sur ses débuts de prime jeunesse alors qu'il était le scout "Renard curieux".

Donc sauf à inverser le sens de la visite, ce choix n'aide pas à la compréhension de l'oeuvre et de son vocabulaire graphique, notamment par exemple l'évolution du personnage de Tintin chrysalide en forme de pantin de patronage en 1929 dont la métamorphose en globe-trotter et jeune reporter intrépide en (et aux) prises avec l'actualité contemporaine durera quinze années, ni, surtout, de son coeur de cible qu'est le décryptage de la " fabrique" du dessin et de ses éléments techniques, ceux-ci étant, au demeurant, disséminés dans plusieurs salles.

D'autre part, certaines sections thématiques comportent parfois des inserts historiques, comme la salle du "Lotus bleu", ordonnée autour des objets personnels ayant appartenu à Tchang, qui, s'il elle n'en présente que 5 planches, consacre un mur à l'ensemble des numéros de 1929 à 1940 du magazine Le petit Vingtième.

Voire des redondances comme les planches de "Tintin au pays des Soviets", sujet de la salle intitulée "Naissance d'un mythe" qui figurent également dans la section "Le romancier de l'image" et servent, bizarrement puisque primitifs, de référence pour les portraits de la peu ludique salle "Famille de papier".

Déception sans doute pour le visiteur qui aura vu l'exposition organisée par le Centre Pompidou en 2007 sous le commissariat de Laurent Le Bon à l'occasion du centenaire de la naissance d'Hergé. Une exposition instructive, notamment quant au processus créatif avec le "making of" complet de l'album "Objectif Lune", et dont le joyau était constitué par la collection complète des 124 planches originales du "Lotus bleu".

Cela étant, au Grand Palais, l'intérêt réside dans la présentation du travail graphique moins connu d'Hergé dans le domaine de la publicité, section dans laquelle figurent également des planches des aventures de Tim héros l'écureuil du Far-west, qui n'ont aucun rapport stylistique mais qui étaient publiées dans le journal gratuit d'un grand magasin bruxellois.

A noter, dans le cadre des lundis du Grand Palais, le "Cycle Tintin" avec des rencontres-débats qui apporteront un regard éclairé sur l'oeuvre d'Hergé.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 mai 2017 : Black Hole Sun

Cette semaine nous avons appris le départ prématuré de Chris Cornell, qui ne se souvient pas de ce célèbre titre, "Black Hole Sun". Paix à son âme et à nos jeunes années.
Quoi qu'il en soit le beau temps est enfin là. Soleil, festivals, largement de quoi contenter votre soif de cultures et de loisirs. Pour vous aider, voici notre petite sélection hebdomadaire, de la musique au jeu vidéo en passant par le théâtre, la littérature et le cinéma. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Life is cheap, death is free" de Nadia Tehran
"Tigreville" de Pierre Lebas
"Libre voyage dans les musiques des Balkans" de Quintet Bumbac
"Volcan" de Volin
"Hedonism" de Cakes Da Killa
"A l'ombre du coeur" de Contrebrassens
"Dirt buzz" de Dallas Frasca
"Fast forward" de Federico Casagrande
"Growing old" de Grand March
"A close land and people" de Julien Vinçonneau Quartet
Xiu Xiu, Le Prince Harry et Delacave à Petit Bain
Concert de Erik Arnaud à Petit Bain en intégrale
Bientôt, la deuxième édition du Download Festival
et toujours :
"Rock'n'Roll consciousness" de Thurston Moore, "Slowdive" de Slowdive. Retrouvez également Neil Halstead de Slowdive en interview, "Empire of nights" de BLVL, Jorge P, EP chez Microcultures, "Animal" de Nirman, "Someone is missing" de Payne, "Sympathetic magic" de Peter Von Poehl, "Pinky pinky EP" de Pinky Pinky, "Let me be gone" de Slow Joe & The Ginger Accident, "Take off" de Théo Cormier

Au théâtre :

"Le froid augmente avec la clarté" au Théâtre de la Colline
"Le Songe d'une nuit d'été" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Il Bugiardo" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Flottants" au Théâtre Le Lucernaire
"Français, encore un effort si vous voulez être républicains" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Les Célèbres Amours de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"La guerre au temps de l'amour" au 100ECS
"L'Ombre de Stella" au Théâtre du Rond-Point
"Ajax" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
et la chronique des autres spectacles de mai

Exposition avec :

"Grand Trouble"à la Halle Saint Pierre

Cinéma :

Ciné en bref avec :
"De toutes mes forces" de Chad Chenouga
"Les fantômes d'Ismaël" de Arnaud Desplechin
"Get Out" de Jordan Peele
"Alien : Covenant" de Ridley Scott
Oldies but Goodies avec "Pluie de juillet" de Marlen Khoutsiev dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de mai
et les chroniques des sorties d'avril

Lecture avec :

"J'ai choisi d'être libre" de Henda Ayari
"La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
"La vie sexuelle des soeurs siamoises" de Irvine Welsh
et toujours :
"La vie de Norman" de Stan Silas
"Little girl gone" de Alexandra Burt
"Minuit en mon silence" de Pierre Cendors

Froggeek's Delight :

3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=