Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hergé
Grand Palais  (Paris)  Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Le Grand Palais accueille une exposition consacrée à Georges Rémi plus connu sous l'acronyme "Hergé", auteur des bandes dessinées relatant les célèbres et inoxydables aventures de Tintin, dont le propos annoncé est de décrypter son génie et son processus créatif.

Constituant également un événement promotionnel pour la sortie en janvier 2017 de l'album "Tintin au pays des Soviets" en version colorisée, cette monstration "clé-en-mains", scénographie incluse, a été conçue par le Musée Hergé fondé par Fanny Rodwell, seconde épouse de Hergé et héritière des droits sur son œuvre.

Le commissariat est assuré par Sophie Tchang, conservatrice audit musée et fille de Tchang Tchong Jen, le jeune étudiant chinois inscrit aux Beaux-Arts à Bruxelles contacté par Hergé au début des années 1930 pour lui apporter la documentation nécessaire à l'élaboration de l'aventure "Le Lotus bleu".

Nul doute qu'elle attirera nombre de visiteurs bédéistes et tintinophiles alléchés par les nombreuses oeuvres, dont ébauches, crayonnés, bleus de coloriage, planches et couvertures originales, du maître du 9ème art, inventeur de la ligne claire et fondateur de la bande dessinée moderne.

Ainsi que le jeune visitorat à laquelle elle n'est pas dédiée mais qui comporte des éléments incitatifs pour les parents tels les murs, autres que les cimaises d'accrochage, recouverts d'immenses reproduction de dessins et figures tintinesques ou la maquette de la fusée de "Objectif Lune".

Hergé au Grand Palais : le commencement est dans la fin

Ressortant davantage au jeu de piste qu'à la rétrospective, le parcours globalement chrono-thématique ressort au jeu de piste et s'avère erratique quant au didactisme annoncé.

En effet, d'une part, il use d'une chronologie à rebours en commençant par deux salles consacrées l'une aux tentatives picturales d'Hergé des années 1960 et l'autre à un florilége de sa collection d'oeuvres d'art initiée en 1950, pour finir sur ses débuts de prime jeunesse alors qu'il était le scout "Renard curieux".

Donc sauf à inverser le sens de la visite, ce choix n'aide pas à la compréhension de l'oeuvre et de son vocabulaire graphique, notamment par exemple l'évolution du personnage de Tintin chrysalide en forme de pantin de patronage en 1929 dont la métamorphose en globe-trotter et jeune reporter intrépide en (et aux) prises avec l'actualité contemporaine durera quinze années, ni, surtout, de son coeur de cible qu'est le décryptage de la " fabrique" du dessin et de ses éléments techniques, ceux-ci étant, au demeurant, disséminés dans plusieurs salles.

D'autre part, certaines sections thématiques comportent parfois des inserts historiques, comme la salle du "Lotus bleu", ordonnée autour des objets personnels ayant appartenu à Tchang, qui, s'il elle n'en présente que 5 planches, consacre un mur à l'ensemble des numéros de 1929 à 1940 du magazine Le petit Vingtième.

Voire des redondances comme les planches de "Tintin au pays des Soviets", sujet de la salle intitulée "Naissance d'un mythe" qui figurent également dans la section "Le romancier de l'image" et servent, bizarrement puisque primitifs, de référence pour les portraits de la peu ludique salle "Famille de papier".

Déception sans doute pour le visiteur qui aura vu l'exposition organisée par le Centre Pompidou en 2007 sous le commissariat de Laurent Le Bon à l'occasion du centenaire de la naissance d'Hergé. Une exposition instructive, notamment quant au processus créatif avec le "making of" complet de l'album "Objectif Lune", et dont le joyau était constitué par la collection complète des 124 planches originales du "Lotus bleu".

Cela étant, au Grand Palais, l'intérêt réside dans la présentation du travail graphique moins connu d'Hergé dans le domaine de la publicité, section dans laquelle figurent également des planches des aventures de Tim héros l'écureuil du Far-west, qui n'ont aucun rapport stylistique mais qui étaient publiées dans le journal gratuit d'un grand magasin bruxellois.

A noter, dans le cadre des lundis du Grand Palais, le "Cycle Tintin" avec des rencontres-débats qui apporteront un regard éclairé sur l'oeuvre d'Hergé.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 avril 2018 : En avril, pour la culture, suis notre fil

C'est reparti pour une semaine culturel. Suivez notre fil d'actualité culturel, ici, sur Facebook, Twitter, Youtube. Vous y trouverez de quoi réjouir ce qu'il se trouve entre votre 2 oreilles ! c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus
et toujours :
"No Mercy in this land" de Ben Harper & Charlie Musselwhite
"After the fall" de Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette
"This is not hollywood" de Greg Kozo
"Quatre vingt huit" de Guillaume Poncelet
"One EP" de Hey Sarah
"Ventriloquism" de Meshell Ndegeocello
Mezzanine et Undervoid dans une sélection de singles et EP
"Années 1970-1985" de Pierre Bartholomée
"Shake, burn and love" de Red Money
"Dollhouse" de The Pack A.D.
"The skull defekts" de The Skull Defekts
"Rêves américains, tome 1, la ruée vers l'or" de Thomas Hellman
Interview de I Am Stramgram autour de son album "Tentacles", retrouvez également I Am Stramgram en session live pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Conférence des Oiseaux" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Racine²" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Still life" au Théâtre Les Déchargeurs
"Hugo au bistrot" à la Scène Thélème
"MAMMA" à La Loge
"Le Monte-plats" au Théâtre Le Lucernaire
"Mort, je serai devenu nécessaire" à la Manufacture des Abbesses
"Gilles Ramade - Piano Furioso" au Grand Point Virgule
"Qui suis-je ?" au Théâtre de l'Etincelle à Rouen
des reprises à ne pas rater :
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Meilleurs Alliés" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Expositions avec :

"Gustav Klimt" à l'Atelier des Lumières
"Artistes & Robots" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Katy says goodbye" de Wayne Roberts
"Jersey Affair" de Michael Pearce
les chroniques des sorties de mars
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

et toujours :
"Alain Bashung, Fantaisie militaire" de Pierre Lemarchand
"La mise à nu" de Jean Philippe Blondel
"La symphonie du hasard, livre 2" de Douglas Kennedy
"La vie secrète d'Elena Faber" de Jillian Cantor
"Le dossier M, livre 2" de Grégoire Bouillier

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=