Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Manu Lanvin and the Devil Blues
Blues, booze & rock’n’roll  (Gel Production / Verycords / Warner)  septembre 2016

Il est des moments qui marquent dans la vie. Celui que j’ai vécu en cette fin de journée d’août en fait partie. Nous sirotions une petite mousse bien fraîche avec notre vénéré boss des grenouilles, devisant musique, car nous nous rencontrions physiquement pour la première fois (calmez-vous, on sait se tenir chez Froggy’s…).

Nous parlions musique et je vantais les qualités de Manu (ex-Dolly pour ceux qui débarquerait juste) et j’expliquais que grâce à elle, j’avais entre autre découvert Manu Lanvin, quand soudain le boss me glisse l’air de rien : "Je le connais Manu, on a tourné nos premiers sessions chez lui, dans son studio" et là, telle la jeune midinette (poilue de bientôt 45 balais que je suis), je lui dis : "j’adorerais chroniquer son futur album". Ni une ni deux, le boss me balance un lien avec l’album complet (pour l’anecdote, j’avais mal vu et ne croyais n’avoir reçu que 5 morceaux, oui je suis un peu sénile et carrément idiot, mais bon, ça c’est mon problème…). D’ailleurs, je profite d’être là pour remercier sincèrement notre vénéré boss mais aussi tous les chroniqueurs de Froggy’s Delight qui m’ont réservé un accueil des plus chaleureux.

Imagine, tu es fan d’un groupe et un mois AVANT tout le monde, tu le découvres, à l’euphorie des premières écoutes se succèdent la peur : et si c’était une merde ? Quoique, c’est Manu Lanvin, donc ça ne peut pas être nul, non ça ne peut pas. Arrive la pire des étapes : l’angoisse… Qu’est-ce que je vais bien pouvoir écrire ? Et si ma chronique est nulle ? Suis-je un bon chroniqueur ? Y aura-t-il des biscuits pour le goûter ? (Pardon, je m’égare).

Alors, soyez rassuré (ou pas) mais l’album est une pure merveille de blues et de rock. On y retrouve tous les ingrédients : guitares, rythmique de folie, harmonica, voix éraillée et des putains de bonnes mélodies.

L’album commence par un grondement de tonnerre annonciateur d’une véritable tempête musicale, un riff qui vous reste gravé à jamais dans la tête, un morceau ("Six Blind White Horses") qui ouvre les hostilités et pose le décor d’entrée : nous avons à faire là à un excellent crû. Manu Lanvin a dû, lors de son passage sur la route 61, rencontrer un bonhomme cornu (comme Robert Johnson avant lui) qui lui a offert le riff ! C’est incroyable l’effet que ce morceau produit sur vous dès la première écoute. Mais qu’est-ce que c’est bon cet harmonica qui accompagne une voix éraillée comme je les adore, je ne parle pas de la rythmique et de la guitare… C’est juste parfait ! A chaque écoute (au moins dix fois par jour), j’imagine les chevaux blancs (et aveugle... enfin si j’ai bien compris le titre hein, je rappelle que je suis nul en anglais).

La suite est à la parfaite mesure de cette intro : Blues, booze & rock’n’roll, véritable hymne, envoie du bois comme dirait l’autre… C’est frais, c’est rock, blues et j’en passe. Je me fous, voire me contrefous, des chapelles, mais ça, je me répète, vous commencez à le savoir (oui, je sais, je me fais vieux et je suis pré-sénile voire Alzheimer).

On passe par un excellent blues-rock illustré par "Under the Waves", qui clôture l’album de la plus belle des manières ou "Soul Revolution" et là on y retrouve des claviers de folie (Mike Lattrell est un très bon) et je ne te parle même pas de "She’s da Bomb", on s’éclate sur du bon vieux blues acoustique comme "R U There ?". On se retourne aux sources et qu’est-ce que c’est jouissif ! On retrouve du boogie et du blues, le tout baigné dans du rock, c’est véritablement un album complet où le Devil Band nous offre une large palette de son talent.

Parfois, comme sur "I Was Born", on se retrouve dans un club enfumé, à savourer un bourbon (ou un whisky écossais comme les aime notre vénéré boss) et on savoure un morceau plus traînant, plus "roots". On retrouve le petit côté hypnotique du premier morceau sur le très bon "Whippin’ Boy".

Manu Lanvin est un grand et bon représentant de ce style musical qu’est le blues, il n’a pas à rougir d’avoir fréquenté de très grands artistes comme Calvin Russel ou d’avoir été remarqué par Quincy Jones, c’est mérité, amplement, et il nous montre sur cet album, tout son talent. Cette galette (oui je sais, les plus jeunes ne connaissent le vinyl que depuis peu, mais nous les vétérans nous avons été élevés à ces sonorités et le petit clin d’œil à la fin de "R U There ?" m’a mis les poils) est à l’exacte image de ce que j’aime, c’est épicé, c’est relevé, c’est bio et surtout qu’est-ce que c’est bon, on le savoure morceau après morceau et on s’imprègne de chaque titre, de chaque mesure et même de chaque note !

On y retrouve un très bel hommage à J.J. Cale au travers du bien nommé "J.J. Cale on the Radio", un riff de folie là encore et les harmonicas posés par le très bon Bako Mikaelian. Une petite mention pour "Papa’s got a Reefer" qui m’éclate bien, juste avant le très optimiste "Raise Your Hands For Peace".

Manu Lanvin, c’est aussi le Devil Blues composé de Jimmy Montout à la batterie et Fred Lerussi à la basse, deux très bons musiciens qui n’ont pas vendu leur âme au diable mais font de la musique avec lui, sans oublier Neal Black avec qui il a co-écrit trois titres et d’autres en collaboration avec Ezra Brass, car Manu Lanvin est aussi un gars fidèle en amitié (et si jamais tu as le temps, va donc lire son interview dans le très bon Blues Magazine, il s’y exprime bien mieux que moi à ce sujet).

Ami lecteur, je te le dis (oui, je te tutoie toujours) : le Diable est de retour et qu’est-ce que c’est bon ! Pendant tout le mois d’août, avant de découvrir cet album, j’ai écouté en boucle la discographie de ce grand Monsieur… et pour tout te dire lecteur, puisqu’on devient proche à force, je vais me confier à toi, je me suis tourné vers la méditation, mais je me suis aussi intéressé au "lâcher-prise" et Manu Lanvin m’a permis "d’inventer" un concept : celui du Bluesman Bouddhiste (va écouter "Laisse couler" sur le très bon Son(s) of the Blues, qui est la parfaite illustration de ce concept).

Monsieur Manu Lanvin, si tu lis ces lignes (je me permets cette familiarité d’autant plus facile que nous ne sommes pas face à face, sinon je serais paralysé et incapable de prononcer plus de trois syllabes), et je le souhaite sincèrement, tout d’abord un grand MERCI pour toutes ces chansons qui m’ont fait sourire, taper du pied, chanter faux (oui, là par contre, je n’y peux rien) qui m’ont mis les poils… Merci pour toute cette discographie et pour cet opus grandiose (si si vraiment, sans aucune flatterie). Si par hasard, tu as trente secondes, tu peux m’envoyer un petit message, je crois que je serais le Bluesman Bouddhiste le plus heureux de la terre !

Et toi lecteur, je t’ordonne (oui, pour une fois) d’aller acheter cet album, d’aller voir Manu Lanvin and the Devils Blues dès qu’ils passent près de chez toi parce que crois-moi (ou pas), c’est vraiment l’album de l’année.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Grand Casino de Manu Lanvin & the Devil Blues

En savoir plus :
Le site officiel de Manu Lanvin
Le Facebook de Manu Lanvin


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=