Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oscar Wilde - L'impertinent absolu
Petit Palais  (Paris)  Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Le Petit Palais présente une exposition consacrée à Oscar Wilde sous forme d'une rétrospective, entreprise toujours difficile s'agissant d'un artiste dont l'oeuvre est essentiellement scripturale.

Avec la collaboration de Merlin Holland, conseiller scientifique et petit-fils de l'artiste, Le commissaire Dominique Morel, conservateur en chef au Petit Palais, réussit parfaitement l'exercice en réunissant un corpus de deux centaines de documents, manuscrits et correspondances, photographies, tableaux et objets personnels dont la mise en résonance permet de tracer le portrait et retracer l'oeuvre de "Oscar Wilde - L'impertinent absolu".

Et ce dans une dynamique maîtrisée par le scénographe Philippe Pumain qui a opté pour des parti-pris chromatiques forts qui siéent tant à l'époque qu'ils scandent les sections chronologiques illustrant les différents arts dans lesquels il s'est exprimé.

La première salle introduit le personnage avec des oeuvres picturales mettant en lumière les deux topiques wildiens avec le "Saint Sébastien" de Guido Reni, une des icônes de la communauté homosexuelle, et la figure féminine, dans l'ambivalence incarnation de la beauté (Lillie Langtry peinte Edward John Poynter) et femme fatale telle l'actrice Ellen Terry peinte par John Singer Sargent, figures récurrentes reprises par les pré-raphaélites puis par les symbolistes.

Sur les traces d'Oscar Wilde

L'exposition met en exergue les différents domaines dans lequel Oscar Wilde exerça ses talents. Jeune homme issu d'une aisée famille dublinoise, étudiant brillant formé au Trinty College puis à Oxford, Oscar Wilde fut d'abord poète, critique d’art soutenant les artistes de l’Aesthetic Movement en rupture avec l'académisme ambiant et conférencier prônant l'esthétique du beau jusqu'en Amérique.

Figure de proue d'un cénacle de dandys poètes et esthètes qui brillait dans la capitale victorienne, il se consacre à l'écriture de nouvelles, d'essais, d'un roman, le fameux "Portrait de Dorian Gray" et de pièces de théâtre dont "Salomé", écrite en français pour Sarah Bernhardt, qui fait judicieusement l'objet d'une salle dédiée tant cette femme fatale mythologique a connu une exceptionnelle postérité picturale, littéraire et musicale.

Y sont notamment réunies les toiles de Gustave Moreau ("Salomé dansant"), Jean-Jacques Henner ("Hérodiade") et Henri Régnault ("Salomé assise") ainsi que les dix-sept planches du portfolio réalisé par l'illustrateur anglais Aubrey Beardsley pour l'édition anglaise de la pièce de Wilde, au dmeeurant censurée, dont certaines firent polémique.

En 1895, les procès intentés par le marquis de Queensberry, le père de son jeune amant, suivi de la prison, de la confiscation de ses biens et de l'exil parisien, brisent les ailes du cygne dont le tombeau est sis au Père Lachaise.

Demeurent son oeuvre et les aphorismes et maximes dont ce bel esprit raffolait. Reprises sur les cimaises, elles accompagnent le visiteur tout comme nombre de portraits de Wilde, (de dos) dans "La Danse mauresque" de Toulouse-Lautrec, en pied dans le portrait inédit de Harper Pennington et l'étonnant "book" de 13 tirages originaux réalisé par le photographe américain Napoleon Sarony, dont une est reproduite sur l'affiche de l'exposition.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 août 2017 : Et au loin, la rentrée

C'est encore un peu les vacances, les festivals continuent et pendant ce temps nous vous proposons comme chaque semaine notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Gold in the ashes" de Elias Dris
Gris Lagon, Belvédère, Sorg, Naya dans une sélection de EP
"Out of time" de Hugo Kant
"Visuals" de Mew
et toujours :
"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Olga Picasso" au Musée national Picasso

Cinéma :

les chroniques des sorties d'août
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'histoire de mes dents" de Valeria Luiselli
"La disparition de Josef Mengele" de Olivier Guez
"Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
et toujours :
"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=