Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fumuj - Redbong
La Boule Noire  (Paris)  26 mai 2005

Fumuj, jeune groupe électro-dub de la région Centre, qui a notamment participé au dernier Télérama dub festival, s'offre une Boule Noire en cet étouffant jeudi 26 mai. Un pari un brin osé pour un groupe encore peu connu, mais finalement pas si présomptueux que ça, la salle étant remplie de moitié.

Invités à ouvrir pour eux, les stéphanois de Redbong remporte très vite l'adhésion du public, avec leur hip-hop engagé et cynique.

Composé de 2 dj's et 2 mc montés sur ressort (façon de parler), Redbong fait dans la chronique sociale satyrique.

Leur 2ème morceau reprend le thème musical de l'émission "Strip Tease", une autre est un foutage de gueule en règle des caricatures peuplant la musique (le rappeur, le teuffeur, le rastaman…).

Ils parodient aussi "L'école des fans" pour un "L'école des fafs" mémorable et très explicite. Les 2 rappeurs (un vraiment hip-hop et un donnant aussi dans le ragga) mettent le feu à la salle.

Le monde politique en prend pour son grade sur fond de rap, jungle, drum'n'bass pendant prés de 40min.

Les musiques sont variées et nous éloignent quelque peu des clichés hip-hop récurrents (basse omniprésente, rythme lourd…).

Un groupe présent sur la compil des Découvertes Printemps de Bourges 2005 (tout comme Fumuj d'ailleurs), qui rend vraiment bien en live. A découvrir.

21h30, les 3 menbres de Fumuj (batteur-programmeur, guitariste et bassiste) montent sur scène pour défendre leur récent (et excellent) premier album, Monstrueuse normalité.

On dit souvent que l'électro, le dub et toutes ces musiques utilisant du numérique, prennent toute leur dimension en live…dieu que c'est vrai. Fumuj ne nous fera pas mentir là-dessus.

On se laisse gagner par un sentiment de bien être, de plénitude, d'apaisement sensoriel.

La basse (très bon jeu de scène du bassiste) ronronne et nous transporte hors des sentiers battus dans lesquels notre cerveau nous confine à longueur de journée, la guitare joue sur les effets et les dissonances alambiquées, et la batterie impose le rythme avec classe et originalité.

Fumuj alterne morceaux lents et hyphnotiques de bout en bout ("Pégaze", "Tripozutoire"…), et morceaux montant crescendo vers des sommets d'intensité rock ("Monstrueuse normalité", "Budha score", "Poupoudance"…), grâce notamment, à une batterie cinglante et terriblement efficace.

Ils retranscrivent avec brio les chansons de leur album pour le plus grand bonheur du public. Un public dub est d'ailleurs très rigolo à regarder: les corps dodelinent d'avant en arrière telle une armée de zombies.

La musique de Fumuj se fait tour à tour intense, prenante, rock, électro, dépouillée, calme, agitée…un large panel d'émotions est passé à la moulinette.Malgré un manque de communication évident avec le public (ils reconnaissent eux-mêmes que ce n'est pas leur fort), le public de la Boule Noire est conquis.

Après 1h de set, Fumuj invite les Redbong pour un morceau funky au groove catchy.

Croyez moi, Fumuj risque de faire partie des prochains grands noms du dub hexagonal, et ça serait largement mérité.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Monstrueuse normalité de Fumuj
Fumuj en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
L'interview de Fumuj (20 avril 2005)

Crédits photos : Romain


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=