Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Antoine Zebra
Plaisirs et Dissidence  (Zebramix)  octobre 2016

Souvent l’amour crée une sorte de dépendance, chez DJ Zebra c’est le contraire, l’amour crée l’indépendance, ne voulant plus être dans une case, il a retiré le DJ de son nom.

Souvent l’amour fait tout oublier jusqu’à son nom et son prénom, chez Zebra c’est le contraire, désormais il faut l’appeler Antoine Zebra.

Souvent l’amour fait faire n’importe quoi, chez Antoine Zebra c’est le contraire, ça lui fait faire un très bon disque de séduction, de sexe et de rock n' roll.

Antoine, oui je l’appelle Antoine, n’est pas à un paradoxe près au moment de la musique dématérialisée, dans le cloud, il propose en total autoproduction, un objet, un disque accompagné d’une nouvelle inédite et s’oppose à sa diffusion en streaming, un disque écolo-équitable fabriqué à la demande via Ulule. Ce disque, c’est Plaisirs et Dissidence, c’est ce qui appelle un titre qui annonce la couleur, c’est un album concept comme on dit, qui raconte une histoire, une histoire de plaisir et de dissidence évidemment vous l’avez compris, vous n’êtes pas si bête.

Oui mais, direz-vous, et la musique ?

J’y arrive. Antoine Zebra veut faire de sa musique un objet, et un disque commence toujours - avant même la première note - par le visuel de la pochette, observons donc celle-ci : sur un fond bleu, avec une lumière semblant venir du ciel, comme éclairé par les cieux, on voit Antoine et sa guitare, il porte un regard langoureux sur sa Telecaster (ceux qui aiment les Gibson n’ont qu’à se taire). Câlinant sa Fender, on voit bien qu’entre eux il se passe des choses qui pourraient fort bien être interdites au moins de dix-huit ans. On remarquera également la petite flèche de Cupidon fièrement dressée vers le haut qui forme le A de ZebrA, le A d’Amour, d’Album, d’Addictif, évidemment… Comment ça je surinterprète ? Mais non.

Oui mais, direz-vous, et la musique ?

L’album, pardon l’histoire s’ouvre donc sur "Plaisir et Dissidence", et ce petit monologue pose d’emblée les choses "Antoine. Elle m’a appelé Antoine, elle m’a dit qu’elle voulait savoir ce qui se cachait sous ma peau de zebre". C’est tout le sujet en creux du disque, c’est-à-dire un artiste qui se met à nu en chanson en faisant croire qu’il parle d’autre chose. Et de quoi parle-t-il ? D’amour forcément, de plaisirs horizontaux, de fantasmes, de sexe, de relations, de câlins et de Mac DeMarco. La réussite des textes est totale, alors que le sujet est un peu casse-gueule, il réussit à être grivois et coquin sans tomber ni dans de l’érotisme soft nian nian d’un téléfilm du dimanche soir de M6, ni dans la vulgarité et l’obscénité d’une vidéo Jacquie et Michel.

Musicalement c’est aussi très réussi, sous une apparente simplicité d’un homme et sa guitare, on retrouve le goût d’Antoine, pour les cuivres et les petits bidouillages de son. C’est une histoire, il rajoute donc quelques petits bruitages, des petites voix féminines, pour ancrer son récit dans le réel, dans le quotidien. Une des autres forces du disque, c’est que les chansons tiennent parfaitement la route toutes seules, sans l’histoire, sans le concept. Même si Zebra assume enfin son prénom, il reste quand même toujours le zèbre schizophrène qu’il est, gainsbourien sur "Comme Un Mec", crooner seventies sur "Je Pense A Toi", chanteur de variété sur (le tubesque) "Loin", déguisé en Alan Vega sur "Please me, babe". Et même s’il est plusieurs, il reste rock et punk dans l’attitude, dans le DIY, dans la liberté qu’il s’octroie. Le disque se clot avec une apothéose, parfait (faux) instrumental qui réussit à mettre des notes sur la petite mort, car dans ces moments là les mots sont superflus.

Bref ce disque est rempli de liberté, avec des textes simples mais efficaces, comme autant de petites histoires, avec un humour sous-jacent, plus profond qu’il semble. Il dévoile autant l’intimité de son auteur qu’une sorte d’universalité des sentiments amoureux, sans jamais négliger l’aspect charnel évidemment. Et comme pour toutes les histoires est-ce vrai ? Est-ce faux ? Zebra semble faire sienne la fameuse devise de L'Homme qui tua Liberty Valance : "This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend" ("On est dans l'Ouest, ici. Quand la légende dépasse la réalité, alors on publie la légende").

Que faire en écoutant ce disque ? C’est simple, la réponse est donnée : "Faisons l’amour maintenant, faisons-le, ici c’est plus marrant...". Voici le genre de proposition qu’il est impossible de refuser.

Antoine Zebra le chanteur qui fait l’amour à tes oreilles.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Antoine Zebra
Le Soundcloud de Antoine Zebra
Le Facebook de Antoine Zebra


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=