Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arnaud Cathrine & Florent Marchet
Frère Animal (Second Tour)  (PIAS)  octobre 2016

Il était une fois dans la douce et belle ville de Combley, une usine de culbuto, la Sinoc, la Mère nourricière des habitants, notamment de Jean le père de Thibaut et de Renaud. Thibaut, le fameux frère animal, une vingtaine d’années, mal dans sa peau malgré sa copine Julie qui, elle, rêve d’ailleurs. Thibaut qui, presque contre lui-même, ira travailler à la Sinoc, mais ne le supportant tellement pas qu’il finira par y mettre le feu.

Il était deux fois dans la douce et belle ville de Combley au sortir de prison, Thibaut retrouve son frère, sa petite amie et Benjamin un ancien camarade de classe. Le temps a passé, Renaud s’est marié, Julie a refait sa vie à Bruxelles, Benjamin s’est engagé politiquement pour le Bloc National le parti d’extrême droite, en cette année présidentielle cela a son importance. Thibaut va devoir réapprendre à vivre, trouver un travail, retrouver une place parmi des gens qui ont évolué sans lui, sans l’attendre. Finalement, Benjamin lui ouvrira grand les bras pour profiter de sa colère et de son sentiment d’abandon, pour le transformer à la vieille du premier tour, en militant du Bloc National…

Je sais, vous vous attendiez à ce que je parle d’un disque de Florent Marchet et Arnaud Cathrine et à la place je vous raconte une histoire, mais vous l’aurez compris ce disque ce n’est pas vraiment un disque, mais une histoire entière avec un début, un milieu et une fin (ouverte), alors que le premier volume en 2008 avait été pensé comme un livre-disque sur le monde du travail et qui, un peu par hasard, s’est retrouvé sur scène. Ce second opus lui a été pensé directement comme un livre-disque-spectacle, ce qui apporte une plus grande cohérence, moins de personnages, chacun dans son rôle, Valérie Leulliot est Julie, Nicolas Martel est Benjamin, Florent est Thibaut, Arnaud est Renaud. L’équipe initiale accueille également François Morel en narrateur, journaliste et Bernard Lavilliers en Jean, le père.

En plus d’être une histoire, il faut aussi bien comprendre que c’est un disque à thèse plus que réellement engagé, une histoire ancrée dans la réalité tentant de montrer d’où vient la tentation de l’extrême droite, comment les proches réagissent, et ce qui se cache derrière la vitrine d’un parti ripoliné, alors que dans l’arrière-boutique les discours et les idées rances restent toujours les mêmes. Que l’on soit en phase ou non avec leur thèse, leurs idées, il faut en tout cas saluer le courage de prendre aussi clairement position, alors que beaucoup laisse ouvert en permanence le robinet d’eau tiède, ne surtout déplaire à personne, ne rien dire, ne pas penser…

Florent Marchet et Arnaud Cathrine font le contraire, il prenne position, la présence de l’auteur de "Les mains d’or" en figure du père n’est pas qu’une simple coïncidence, mais bien la revendication d’une certaine idée de la chanson dite sociale, mais que l’on peut appeler plutôt sociétale. C’est-à-dire qui s’inscrit dans la vie de la société, cherchant à mettre des mots et des notes sur le quotidien, et ne pas se contenter de chanter "l’amour c’est bien alors que la haine ce n’est pas bien, même si parfois il y en a des qui méritent". Les textes coécrits par Florent Marchet et Arnaud Cathrine en plus de raconter l’histoire, sont comme autant de petits chapitres, ils sont parfois crus parfois drôles en creux, avec une grande liberté de ton et de forme, liberté qui se retrouve également dans la musique.

C’est Florent Marchet qui a composé entièrement les morceaux, et cela donne son disque le plus abouti, c’est-à-dire la synthèse parfaite de tous ses disques précédents, réussissant à marier des chansons aux mélodies accrocheuses "Vis ma vie", "Si tu veux savoir" à des morceaux en talk over sur des instrumentaux mêlant cordes et arrangements électroniques. On sent à de nombreux endroits l’influence d’avoir été compositeur de quelques bandes originales de films, on retrouve également l’amour de Florent pour les chœurs, les ponts déstructurés, les changements de rythme, les envolées… Nous sommes en terre connue et pourtant jamais dans la redite, c’est une des forces de Florent Marchet : avoir un vrai univers musical, immédiatement identifiable mais toujours surprenant, cela s’appelle avoir du talent et un style.

Il faut également saluer Nicolas Martel incroyable en Mère Noël lors d’un précédent spectacle de Florent Marchet, il livre ici une parfaite performance en militant d’extrême droite, glaçant et totalement cynique en opposition avec la douceur incarnée qu’est Valérie Leulliot. Et si le chant de Florent Marchet est toujours aussi poignant et sur le fil, Arnaud Cathrine ose enfin donner de la voix, et à réellement chanter, on découvre avec étonnement qu’il est très bon chanteur également (en fait personne n’en doutait). Cela donne un disque réussi, certes avec une thèse avec laquelle on peut être en accord ou non, mais je ne suis pas éditorialiste politique mais simplement chroniqueur musical, donc je me limite à vous parler du disque et c’est à vous de vous faire votre opinion, c’est un disque qui ne peut pas laisser indiffèrent, qui oblige à réfléchir sur soi-même, sur ses convictions, sur ses comportements, un disque qui incite à prendre la parole, à débattre. Ils sont rares les disques comme celui-ci. Un disque dont on a hâte de découvrir sur scène puisqu’il a été également pensé pour ça.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gargilesse de Florent Marchet
La chronique de l'album Rio Baril de Florent Marchet
La chronique de l'album Frère animal de Arnaud Cathrine - Florent Marchet
La chronique de l'album Courchevel de Florent Marchet
La chronique de l'album Bambi Galaxy de Florent Marchet
Florent Marchet en concert à La Cigale (5 novembre 2004)
Florent Marchet en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (dimanche)
Florent Marchet en concert au Café de la Danse (10 décembre 2008)
Florent Marchet en concert à ACB Scène Nationale (dimanche 16 décembre 2012)
L'interview de Florent Marchet (29 novembre 2004)
L'interview de Florent Marchet - première partie (13 décembre 2006)
L'interview de Florent Marchet - deuxième partie (13 décembre 2006)
L'interview de Florent Marchet (avril 2007)
L'interview de Florent Marchet (2 décembre 2008)
L'interview de Florent Marchet (dimanche 16 décembre 2012)
L'interview de Arnaud Cathrine & Florent Marchet (septembre 2016)
La chronique de l'album Il n'y a pas de cœur étanche de Julie Rey & Arnaud Cathrine
La chronique de l'album Caldeira de Valérie Leulliot
L'interview de Valérie Leulliot (20 janvier 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Florent Marchet
Le Bandcamp de Florent Marchet
Le Soundcloud de Florent Marchet
Le Facebook de Florent Marchet
Le site officiel de Arnaud Cathrine
Le Facebook de Arnaud Cathrine
Le Facebook de Frère Animal


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Florent Marchet (2 décembre 2008)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=