Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Seasick Steve
Keepin’ The Horse Between Me And The Ground  (There’s A Dead Skunk Records / Caroline International)  octobre 2016

"Hey Rigo tu vas parler de quel disque aujourd’hui ?

- Ben de Seasick Steve, il fête ses 10 ans de carrière et sort un double album, je ne vais pas m’abstenir."

La boulette. Comment on parle d’un album de Seasick Steve ? C’est tellement dépouillé comme musique qu’il ne reste pas grand chose à se mettre sous la dent pour rédiger une critique digne de ce nom. Et c’est aussi ce qui fait que c’est beau.

Derrière ses rides et sa barbe blanche, Steve est un jeune homme au milieu de ses contemporains. 10 ans de musique c’est un cap certes, un cap que beaucoup franchissent à la moitié de son âge (exagération inside), mais ça n’est en fait que la fin du début (on est encore loin du début de la fin donc). C’est le moment où un artiste a suffisamment de bouteille pour se faire plaisir et sortir un double album, par exemple. Et dans le cas de Seasick Steve, on dirait que c’est le moment où il a les balls de lâcher un tas de chansons qu’il faisait fermenter depuis plus ou moins longtemps.

Avec Keepin’ The Horse Between Me And The Ground, Seasick Steve s’amuse avec générosité et mélange les styles qui nourrissent son univers. Pas le temps de niaiser, on passe du rock ("What A Thang") au blues ("Signed D.C"), de la country ("Grass Is Greener") au bluegrass ("Southern Biscuits"). Varié, ce double album n’en est pas moins sobre, authentique, cohérent. C’est ce qui fait qu’on peut l’écouter attentivement et d’une traite.

Cette continuité, elle m’évoque un voyage que l’on commencerait avec ce précieux conseil en ouverture : garder le cheval entre toi et la route. En selle, c’est parti pour 2 jours et une nuit de désert habité, dans le sillage d’une guitare rouge ultra custom.

Jour 1 : On embraye au pas sur "Walkin’ Blues". On rencontre une drôle de caravane gitane ("Gypsy Blood"). Sous un soleil infernal, on croise l’ombre des redneck de ZZ Top ("Hell"). Tombe le soir à la croisée des chemins, on est étourdi par le rythme chamanique de "Don’t Take It Away". Puis l’air se radoucit, la guitare se couche sur "Lonely Road", elle reprendra son chant au matin, avec "Hard Knocks".

Jour 2 : Après l’exaltation du départ la veille, le chemin du retour s’annonce plus serein, on passe du rock à l’acoustique. La voix est plus chaude, plus proche, douce, posée. La course ne s’arrête pas pour autant ("Ride"), simplement on chemine sans y penser et on y prend goût, menés par Steve, "The Walkin’ Man". C’est presque l’arrivée ("Gonna Get There"), puis on laisse filer notre guide toujours en marche, accompagné d’Amy Lavere, sur "I’m So Lonesome" (une sortie qui n’est pas sans me rappeler le générique de fin d’un autre lonesome cow-boy juché sur un cheval blanc).

Finalement sans parler de musique, j’arrive à en dire des choses sur ce double frisbee. Caracoler dans le sud des Etats-Unis sans lever ses fesses de son canapé, ce n’est pas rien, et ça donne envie de fournir l’effort nécessaire pour mener le sus-mentionné fessier jusqu’au Trianon le 4 novembre prochain à Paris. Cela doit valoir son pesant de beef jerky. Parce que s’il y a un endroit où il FAUT voir Seasick Steve, c’est sur scène ; il y a 10 ans, c’est là qu’il est né.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You Can't Teach An Old Dog New Tricks de Seasick Steve
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Seasick Steve en concert au Grand Mix (21 novembre 2009)
Seasick Steve en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Seasick Steve en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Seasick Steve en concert à L’Alhambra (vendredi 18 octobre 2013)
Seasick Steve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Seasick Steve en concert au Festival Lollapalooza Paris #1 (édition 2017) - Dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Seasick Steve
Le Bandcamp de Seasick Steve
Le Soundcloud de Seasick Steve
Le Facebook de Seasick Steve


Rigo         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=