Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A quand la mer ?
Théâtre de l'Opprimé  (Paris)  octobre 2016

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Manuel Durand, avec Flore Grimaud, Eric Verdin, Stéphane Aubry, Manuel Durand, Elisa Benizio, Emilie Cazenave et Mathilde Hancisse.

"A quand la mer ?" pourrait aussi s'appeler "Lacan/la mère" tant la pièce se place sous le signe du fils à la recherche fantasmée du père et voulant fuir "sa" mère.

Une mère qui n'est pas une super-Nana, mais l'ombre fragile de la chanteuse grecque à lunettes. Un fils qui s'appelle, pour ne rien arranger Odysseas, et qui devra passer quelques décennies avant de - peut-être - devenir un orphelin libéré de Mouskouri.

Manuel Durand, maître d'oeuvre de ce "A quand la mer ?" qui n'aime pas les temps morts et qui est chargé comme la R12 familiale sur le chemin des vacances, a conçu un spectacle presque total. On y chante de temps en temps, on y danse parfois, on s'y transforme souvent.

Le père (Eric Verdin) est masqué et le fils (Stéphane Aubry) a une perruque mouskouresque. On y joue les enfants et on y revit la vie et la télé des années 1960-1970, celles dites glorieuses mais qui ne le sont guère chez les Rondouillat...

Car la mère (Flore Grimaud) est plus que border-line, tandis que la fille aînée (Elisa Benizio) est une Christine Angot en puissance. Quant à sa soeur cadette (Mathilde Hancisse) elle est dans la peau d'une jolie blonde qui aimerait vivre une vie normale même si elle a été fatalement prénommée Nana.

Et que dire du père des deux filles, le beau-père d'Odysseas (Manuel Durand lui-même), lui qui n'est qu'un simple Jean-Claude, lui aussi emperruqué, si loin du "vrai" père, héros sans nom comme Ulysse ?

Dans ce théâtre touffu, riche en pépites, on retiendra les belles scènes familiales "seventies" où l'on regarde "Le Chat" en se questionnant sur la beauté passée de Signoret avant de zapper sur les deux autres chaînes.

On aimera ce trajet épique vers des vacances au bord de la mer et l'on aimera par-dessus tout la capacité de Manuel Durand à partir vers un ailleurs où les hôtesses de l'air d'Air Canada ont de la répartie et la tête de Nana Mouskouri (Emilie Cazenave).

Utilisant avec une parcimonie savante son écran vidéo, avec pour seul décor permanent un canapé, Manuel Durand s'appuie sur une belle brochette de comédiens, tous unis dans cet objet théâtral qui sait justifier sa différence et qui contient même quelques réminiscences lagarciennes.

Il faut être attentif à ce travail d'une réelle sincérité. Porteur d'une authentique envie de fabriquer du théâtre, Manuel Durand emportera ceux qui y seront sensible vers une émotion sans calculs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=