Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moi, Daniel Blake
Ken Loach  octobre 2016

Réalisé par Ken Loach. Grande Bretagne/France/Belgique. Drame. 1h39 (Sortie le 26 octobre 2016). Avec Dave Johns, Hayley Squires, Dylan McKiernan, Percy Sharon, Briana Shann, John Sumner, Mark Burns et Micky McGregor.

Eh oui, ça peut arriver ! En 2016, la Palme d'or à Cannes a été donnée à un grand film qui devrait convaincre ses spectateurs et non pas les obliger à adouber le choix critique.

D'autant que cette année, la critique - particulièrement la critique française - avait fait de "Toni Erdmann", le film allemande Maren Ade son chouchou.

On ne pourra que féliciter le réalisateur des Mad Max, George Miller de lui avoir préféré "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach.

Evidemment, les esprits chagrins ont souligné que c'était la deuxième palme d'or du cinéaste contestataire britannique, après "Le vent se lève" en 2006, par ailleurs le plus sélectionné à Cannes (18 fois dont 13 en compétition officielle) depuis 1972 et son magnifique "Family Life".

Mais si, la première fois, le duo Loach et Paul Laverty (son scénariste) avait été récompensé pour un film sur la guerre d'Irlande, cette fois-ci, c'est pour son cinéma social qu'il obtient la récompense suprême.

"Moi, Daniel Blake" poursuit en effet cette veine populaire qui, depuis 1967, avec "Pas de larmes pour Joy", caractérise le cinéma de Loach. Comme toujours, son héros, Daniel Blake, est un homme broyé par le système.

Comme toujours, il essaiera de s'en sortir avec la dignité d'un l'homme qui n'a que cette qualité comme arme. Comme toujours, il connaîtra la solidarité de ses pareils en malheur, ici représentés par Katie et des deux enfants.

Pour certains des amis de "Toni Erdmann", Ken Loach a franchi avec "Moi, Daniel Blake" le Rubicon du mélo. C'est sans doute parce que le vieux cinéaste estime que le monde actuel, où toutes les vannes de l'ultra-libéralisme sont ouvertes, et où chacun est seul face à la broyeuse sociale, ne peut conduire qu'au pire, prenant les formes classiques de la misère et de la prostitution.

Daniel Blake est victime d'un imbroglio administratif qui lui fait perdre ses droits et le conduit vers une mort sociale, voire physique. Loach sous-entent que cette "erreur" administrative est quasi-volontaire et montre comment, en Grande-Bretagne, comme partout ailleurs en Europe sous d'autres formes, les pauvres sont accusés d'être responsables de leur pauvreté...

Il démontre aussi que, contrairement à ce qui est dit, le libéralisme extrême est le paradis de la paperasse et de la bureaucratie.

Film poignant qu'aurait pu signer Victor Hugo si le septième art avait existé au temps des "Misérables", "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach est le portrait d'un juste victime de la guerre économique. Constat établi juste avant le Brexit, il explique pourquoi il y a quelque chose de "pourri" au Royaume d'Angleterre. Il n'appelle pas explicitement à la révolte comme d'autres films de Ken Loach, mais expose une situation avant peut-être que tout explose.

Sommet d'une œuvre commencée il y a cinquante ans, "Moi, Daniel Blake" de Ken Loach ne laissera personne indifférent. On aimerait entendre les arguments de ses détracteurs, au-delà, bien sûr, de la vieille antienne selon laquelle "on sait déjà tout ça". Peut-être n'oseront-il pas avouer que ce film humaniste les travaillent déjà comme il risque d'alimenter la réflexion de la plupart de ceux qui le verront et l'approuveront.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=